leral.net | S'informer en temps réel

Bara Tall et Cie s’en prennent à Macky Sall

Le Syndicat national du bâtiment et des travaux publics dénonce le marché complémentaire de 80 milliards relatif à l’autoroute à péage donné de gré à gré. Bara Tall et Cie pensent que c’est un manque de respects aux entrepreneurs sénégalais et disent ne plus se laisser faire.


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Mars 2013 à 09:52 | | 0 commentaire(s)|

Bara Tall et Cie s’en prennent à Macky Sall
Le Syndicat national du bâtiment et des travaux publics dit avoir appris que le Conseil des Infrastructures a donné son feu vert pour la signature d’un marché complémentaire, sans appel d’offres, pour la poursuite des travaux de l’autoroute à péage de Diamniadio à l’Aéroport International Blaise Diagne (Aibd) pour un montant de 80 milliards de Fcfa.

« Cette décision inacceptable des autorités, s’inscrit en droite ligne des pratiques que notre syndicat avait toujours décriées du temps de l’ancien régime et qui, hélas, n’ont toujours pas disparu. En effet, il est incompréhensible qu’au moment où le concept de patriotisme économique est chanté sur tous les tons que, dans la pratique, le nouveau régime, malgré ses promesses électorales, continue à favoriser les entreprises étrangères ou à capitaux étrangers, au détriment du secteur privé national », soutiennent Bara Tall et Cie.

Déjà qu’à l’origine, disent-ils, ce contrat CET (Construire, Exploiter, Transférer) avait été dénoncé par l’ensemble de la profession, car non seulement il excluait expressément les entreprises locales, mais il était taillé de telle sorte qu’il ne pouvait échapper à son attributaire actuel.

Ceci, ajoute-t-il, se fait également au détriment des finances publiques, car en supprimant la concurrence, on favorise une augmentation exponentielle des coûts.

Selon les entrepreneurs sénégalais, ces pratiques administratives constatées sont en profonde contradiction avec les promesses de campagne électorale et la déclaration de politique générale du gouvernement. « Nous remarquons également que depuis l’avènement de la loi CET, à chaque fois que l’administration veut améliorer les conditions du concessionnaire actuel, des modifications de la loi sont initiées, alors que la loi doit avoir une portée générale, et les conditions particulières réglées par voie contractuelle », dénoncent-il.

C’est pourquoi, notent-ils, ils ne peuvent plus continuer à accepter que « les pouvoirs publics injectent des sommes considérables dans notre secteur d’activité et que ces ressources profitent exclusivement aux entreprises étrangères et aux économies de leurs pays, laissant nos entreprises nationales dans des difficultés inextricables par manque d’activités. Alors que, paradoxalement, sur les 8 dernières années, il a été constaté des investissements de plus de 2.300 milliards de FCfa dans le secteur des Btp ».

Nettali






Hebergeur d'image