leral.net | S'informer en temps réel

Barthélémy Dias : « Avec cette cabale politico-judiciaire, Macky Sall pourrait ne pas avoir de challenger lors de l'élection présidentielle »


Rédigé par leral.net le Lundi 6 Mars 2017 à 18:24 | | 0 commentaire(s)|

 

Barthélémy Dias a dénoncé une cabale médiatico-judiciaire et une utilisation astucieuse de l’appareil judiciaire d'Etat pour briser des potentiels challengers lors de l’élection présidentielle de 2019 avec notamment  Khalifa Sall pour la caisse d'avance de la mairie de Dakar et Abdoul Mbaye  via son divorce.

« La jurisprudence Idrissa Seck est là pour étayer la thèse d'un vaste complot et d'une cabale politique.  C’est une cabale politique avec l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire. On est en train de faire la même chose avec le maire de Dakar (et c’est ce qu’on est en train de faire avec  un ancien Premier ministre (Ndlr : Abdoul Mbaye) pour une affaire de divorce. Le seul but, c’est de mettre le pays dans un contexte tel qu’au soir des joutes électorales présidentielles de 2019, les populations pourraient n’avoir pas d’autre choix que de choisir Macky Sall », a expliqué à chaud Barthélémy Dias cet après-midi, qui s’est aussi réjoui de la présence de Oumar Sarr du PDS.

 

« Le régime utilise des astuces. Mais, Macky Sall doit respecter les règles du jeu et savoir que l’Etat n’est pas un jouet entre ses mains. Macky Sall sait qu’on n’a pas besoin de lui faire un dessin pour qu’il sache que personne ne peut gagner présentement l’élection présidentielle au premier tour au Sénégal. On ne doit pas gérer ce pays de manière clanique et partisane. Macky Sall sait ce qui va se passer aux Législatives, car nous ne ménagerons aucun effort pour lui imposer une cohabitation. Il sait qu’il ne doit pas chercher à passer par force au premier tour de la Présidentielle de 2019. On est en train de discuter avec Karim Wade et les autres forces politiques syndicales pour au moins appliquer l’esprit des assises nationales », a ajouté Barthélémy Dias.

 

Arrivé au Palais de Justice à 15h25, Khalifa Sall n'a pu accéder au bureau du juge qu'à 16 heures. Ses avocats ont purement et simplement demandé le report de l’audition à demain pour éplucher de façon approfondie le dossier, voire les chefs d’inculpations relatifs à la gestion de la caisse d’avance de la mairie de Dakar jugée délictuelle.

Massène DIOP Leral.net 









Hebergeur d'image