leral.net | S'informer en temps réel

Barthélémy Dias, Maire de Mermoz – Sacré-Cœur: « Pourquoi j’ai commis des avocats pour Assane Diouf »

Le responsable socialiste et proche de Khalifa Sall, a nuancé le langage utilisé par Assane Diouf, expulsé des USA et interpellé hier, dès sa descente d’avion à Dakar. Selon Barthélémy Dias, il y a pire du côté du camp au pouvoir.


Rédigé par leral.net le Jeudi 31 Août 2017 à 10:02 | | 0 commentaire(s)|

Barthélémy Dias, Maire de Mermoz – Sacré-Cœur: « Pourquoi j’ai commis des avocats pour Assane Diouf »
Rester dans le contexte purement politique. C’est ce que Barthélémy Dias a fait en commentant le discours de Assane Diouf. Qui, selon Barthélémy Dias ne sera pas seul dans ce combat : « Nous nous battrons avec nos moyens, idées et stratégies. En tant que leader politique, je n’ai pas le droit de tenir certains propos mais, aujourd’hui, je valide certains propos de Assane Diouf. »

« Quand, à travers des subterfuges, on cherche à exiler ou incarcérer des responsables qui nourrissent des ambitions pour le pays, on insulte l’intelligence des Sénégalais. Et, quand on insulte la nation, certains compatriotes, selon leur niveau de compréhension, décident à leur manière, d’exprimer notre indignation, notre frustration et notre désolation.

C’est la raison pour laquelle je constituerais des avocats, à mes frais, pour la défense de Assane Diouf et prendrais tous ses frais de restauration. Je voudrais également que sa famille se rapproche de moi. Je ferais tout ce qu’il faisait pour eux jusqu’à ce que cette dictature cesse au Sénégal.

Qu’est-ce qui est plus dangereux entre insulter le Prophète Mohamed (PSL) et insulter le Président de la République ? Le journal Charlie Hebdo l’a fait. Or, il est interdit de caricaturer le Prophète.

Au nom du m’a-tu vu, il s’est permis de prendre l’avion de commandement, aux frais du contribuable, pour aller se promener à Paris et défendre la liberté d’expression. Où se trouve la liberté d’expression aujourd’hui ? », s’interroge-t-il, lors d’une conférence de presse organisée, hier, mercredi après-midi.

« Depuis l’indépendance, on n'a jamais assisté à une telle indignation de compatriotes. C’est parce qu'il y en a marre de cette dictature qui s’installe au Sénégal. Y en a marre que ceux qui sont supposés informer juste et vrai, défigurent la corporation de journalisme, en confondant des organes à des Gie », regrette le maire de Mermoz – Sacré-Cœur.

M. Dias déplore, une fois de plus, qu’une partie de la société civile se soit complètement aplatie devant l’Exécutif. Pis, poursuit-il, certains régulateurs sociaux que sont les chefs religieux, ont accepté de ne pas jouer les rôles que jouaient Mame Abdou Sy Dabakh, Serigne Fallou Mbacké.

« Le Sénégal va très mal.On veut maintenant nous faire croire qu’il est interdit d’insulter. Depuis quand est-il interdit d’insulter des gens qui passent tout leur temps à insulter ? Depuis quand il est interdit d’insulter des gens qui violent la Constitution du Sénégal, qui volent une élection et qui le valident, des magistrats incapables de dire le droit au nom et pour le compte du peuple ? C’est parce qu’ils ont fait quelque chose qui mérite qu’on les insulte », peste l’ancien homme fort des jeunesses socialistes.



Koura Fall








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image