leral.net | S'informer en temps réel

Barthélemy Dias, maire de Mermoz-Sacré Cœur: « L’Etat sabote notre travail »

Le maire de la commune d’arrondissement de Mermoz-Sacré Cœur, Barthélemy Dias, a fait face à la presse, hier, pour, dit-il, rétablir la vérité dans le différend qui l’oppose à la Sicap et à des régies publicitaires. Le quotidien EnQuête renseigne que le responsable socialiste de Mermoz-Sacré cœur a égratigner l’Etat du Sénégal qu’il accuse de saboter le travail que les mairies sont en train d’abattre.


Rédigé par leral.net le Vendredi 5 Juin 2015 à 09:13 | | 10 commentaire(s)|

Barthélemy Dias, maire de Mermoz-Sacré Cœur: « L’Etat sabote notre travail »
Barthélemy Dias ne fait pas dans la langue de bois. Le maire de la commune de Mermoz Sacré-Cœur fustige le comportement de l’Etat du Sénégal vis-à-vis des mairies qu’il ne dirige pas. Le responsable socialiste, qui animait, hier, un point de presse à Dakar, a déclaré : « L’Etat est en train de saboter tout le travail qu’abattent les collectivités locales surtout avec la réforme de l’Acte 3 de la Décentralisation. Nous sommes des représentants de l’Etat mais celui-ci sabote notre travail ».

Sur le différend qui l’oppose à des régies publicitaire dont les panneaux sont implantés dans son périmètre communal, le maire socialiste explique qu'il a tout simplement ordonné et procédé à la démolition de leurs panneaux car elle n'ont pas payé de recettes publicitaires. Ce, dit-il, conformément à la loi. A travers des échanges de correspondances que le maire socialiste a brandies en guise de preuve, Barthélemy Dias dit avoir informé à temps les différentes régies publicitaires se trouvant dans sa circonscription administrative des nouvelles dispositions qui ont été prises pour la publicité, avec l’entrée en vigueur de l’Acte 3 de la Décentralisation.

Après une délibération prise par le Conseil municipal le 5 février 2015 et approuvée par le sous-préfet de la localité, une sommation a été envoyée à l’ensemble des régies publicitaires concernées le 11 mars 2015 pour qu’elles s’acquittent de leurs taxes ou enlèvent leurs panneaux publicitaires. Barthélemy Dias indique, avec l’aval de son Conseil municipal, avoir imposé un pas de porte, c’est-à-dire, un droit d’entrée. Ce qui fait que quiconque veut créer un parking pour vendre des voitures doit d’abord payer 1 million de franc Cfa pour s’implanter dans la localité en plus du loyer mensuel. « C’est à prendre ou à laisser. Que celui qui n’est pas content aille ailleurs », rumine-t-il avant de faire dans la menace : « Nous sommes aujourd’hui jeudi (Ndlr : hier). Il reste encore quelques panneaux publicitaires qui sont encore debout. Je tiens à dire à ces régies publicitaires qu’il leur reste la journée d’aujourd’hui, (hier) celle de demain (aujourd’hui) et toute la journée de samedi pour enlever les panneaux. Parce que samedi à partir de 21h, les panneaux qui restent seront aussi démolis ».

Contentieux avec la Sicap
Autre différend sur lequel le maire de Mermoz Sacré-cœur s’est prononcé, c’est celui l’opposant à la Sicap. Accusant la société immobilière du Cap-vert d’avoir opéré un « génocide foncier » dans sa circonscription administrative, Barthélemy Dias exige, outre la présence de la commune de Mermoz Sacré-cœur dans toute la Commission de contrôle des opérations domaniales, la reprise des délibérations qui ont été prises en ce sens et dont certaines sont en rapport avec des cartes d’identité fictives. « Entre Imodsen et le Club Olympique, ils se sont partagés des parcelles de 1000 et 2000 m² entre les fils de... et amis de... Je leur dis qu’ils ne vont rien construire », peste-t-il.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image