leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Barthélémy Dias rejette sa condamnation:"Si j'accepte ce verdict, je serais peut-être liquidé..."


Rédigé par leral.net le Jeudi 16 Février 2017 à 14:30 | | 0 commentaire(s)|

Barthélémy Dias rejette le verdict du Tribunal correctionnel de Dakar qui l'a condamné à deux ans dont six mois ferme pour le meurtre de Ndiaga Diouf. Selon le verdict prononcé ce jeudi, le maire de Mermoz Sacré Coeur, doit payer solidairement, avec ses complices Habib Dieng et Babacar Faye, le franc symbolique de 25 millions de francs CFA aux héritiers de Ndiaga Diouf.

Ses deux complices écopent de la même peine que lui. "Nous ne sommes pas satisfaits du verdict qui vient d'être rendu. Nous avons entendu une condamnation qui ne se justifie pas", a réagi M. Dias, lors d'un point de presse tenu au domicile de son père, quelques heures après le verdict. "Si on accepte ce verdict, je serais peut être liquider à la prochaine députation. Mais à qui le tour?", s'interroge M. Dias, indiquant que "ce procès n'est rien d'autre qu'un vaste complot qui ne dit pas son nom". Il en veut pour preuve qu'"au delà de Bamba Fall (en prison pour le saccage de la maison du Ps) et Barthélémy Dias, c'est la personne de Khalifa Sall qui est visée.

Dans les heures à venir , vous verrez la confirmation qu'on veut utiliser la justice pour liquider un potentiel adversaire politique, un espoir des Sénégalais", a-t-il prévenu, avant d'accuser le Président Macky Sall: "si le président avait fait l'objet du même acharnement qu'il est en train d'exercer contre nous, il n'aurait jamais été président du Sénégal. Dans les jours à venir, je parlerai de Macky Sall. Il est temps que les Sénégalais sachent ce qui s'est passé. On ne peut plus accepter qu'un homme qui a été Premier ministre, directeur de campagne d'un Président et pense qu'il n'a rien à se reprocher, mais les autres. Ça doit cesser", a-t-il lancé.

"On ne peut plus accepter que les hommes politiques incapables de satisfaire les populations, convaincre les populations autour d'un programme de société ou d'un second mandat, trouve des moyens qui sont anti démocratiques et illégaux et aux antipodes de la démocratie pour liquider des adversaires politiques", a-t-il ajouté.

Barthélémy Dias a annoncé que ses avocats vont interjeter appel de sa condamnation.

Selon l'APS, Samba Diouf, Cheikh Mbackiyou Sidy et Oumar Manga, poursuivis dans la même affaire, ont été condamnés à deux ans de prison ferme pour "association de malfaiteurs et rassemblement illicite".