leral.net | S'informer en temps réel

Bathie Seras et Mbaye Diouf et Tapha Guèye 2…, ces lutteurs condamnés par leur petit gabarit

La pratique de la lutte exige de réelles dispositions. Les combattants doivent pouvoir s'adonner à la lutte gréco-romaine, olympique, traditionnelle ou avec frappe. Et les dispositions physiques sont d’abord prioritaires même si la technique est une qualité requise. En cela, certains lutteurs sont vraiment défavorisés surtout en lutte avec frappe où il n’y a pas de catégorie. Des lutteurs que la nature n’a pas dotés au plan physique sont d’office éliminés de la course au titre de Roi des arènes.


Rédigé par leral.net le Vendredi 2 Août 2013 à 11:05 | | 0 commentaire(s)|

Bathie Seras et Mbaye Diouf et Tapha Guèye 2…, ces lutteurs condamnés par leur petit gabarit
Les multiples défaites de Tapha Guèye 2 (Fass), Bathie Seras (Bathie Seras), Mbaye Diouf (Baol), Tapha Boy Bambara (Boy Bambara), Pape Tine Syndicat (Pikine Mbollo) et bien d’autres s’expliquent par leur morphologie. Ils sont certes talentueux, techniques et pétris de qualités, mais à un certain niveau, leurs dispositions physiques annihilent, selon Sunu Lamb, la plupart du temps, toute leur technique et même l’expérience acquise. A la Rome Antique, ceux qu’on appelait les gladiateurs pesaient au moins 120 kg et mesuraient près de 1m80. Les athlètes de 1m65, pesant 75 kg, auront peut-être leur public en lutte avec frappe mais, ne prétendront jamais au titre de Roi des arènes. Ils seront recalés par des gabarits mieux indiqués pour ce genre de sport.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image