leral.net | S'informer en temps réel

« Benno : une coalition de partis ou Une collision entre leaders de partis. Un mal de plus pour les Sénégalais. »

L’union ne pourrait pas faire la force, l’opposition sénégalaise regroupée au tour de benno est un bel exemple de mon constat. Depuis des années, l’opposition sénégalaise est otage en son sein par une crise de leadership due simplement par des intérêts personnels d’anciens hommes d’Etat et un gout incommensurable du pouvoir qui ont du mal à porter les habilles d’un homme de gauche et à se dresser contre les dérives et les bêtises d’un pouvoir détenu par un despote qui ne se prive pas à imposer ses désirs démentiels en réalité.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Septembre 2010 à 20:42 | | 1 commentaire(s)|

« Benno : une coalition de partis ou Une collision entre leaders de partis. Un mal de plus pour les Sénégalais. »
Le chemin chaotique de Niombor devrait servir de modèle à l’opposition, pour le vaincre, il ne suffit pas de pérorer pour convaincre des sénégalais aux abois à cause d’une politique absurde et utopique d’un prince et son fils. Il ne suffit pas non plus de passer par des communiqués de presse pour mobiliser et sensibiliser des citoyens moribonds. Les commandes du navire sont entre les mains d’un octogénaire comme si il était victime de cette maladie du tremblement essentiel. Prendre les commandes est un devoir.
Devant des pseudo opposants, Wade et son pouvoir ont commis toutes les forfaitures inimaginables aux mépris des lois et règlement du pays afin de sauvegarder les intérêts d’un système mafieux, d’une famille, d’un clan et d’un parti.
Moustapha Niass, Ousmane Tanor Dieng, Abdoulaye Bathily, Talla Sylla, Macky Sall et Amath Dansokho au-delà de leurs querelles politiques historiques pour certains, ils forment une opposition de façade. L’équation de la candidature unique n’a pas toujours trouvé une solution ou des solutions.
L’absence de l’opposition à l’Assemblée Nationale, certes est l’une des erreurs monumentales qu’il ne fallait pas faire.
Cette absence devrait renforcer l’engagement de tous les ténors de l’opposition pour faire face à Wade, car « ses députés » ne sont que des chevaux de courses avec des œillères qui votent aveuglement toutes les sornettes d’un chef.
Le PDSL et sa constance ne se retrouvent que dans le désordre, l’opposition se verse dans des querelles et calculs de positionnement au détriment des intérêts des sénégalais.
Faut –il accepter la main tendue de Wade pour dialoguer ? C’est du leurre le président ne dialoguera jamais tant qu’il y’a au sein de l’opposition un semblant d’unité. La seule alternative pour sortir le pays dans l’impasse est de s’unir et d’accepter de se ranger derrière le candidat choisi qui potentiellement est à la hauteur de l’adversaire.


Khadimly@live.fr



1.Posté par Badara BA le 21/09/2010 21:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En plus c'est une triste vérité. Ces politiciens se foutent des sénégalais… Quand on fait parti du pouvoir tout est bon et quand on le quitte çà n a jamais été bon. Cas de

Gadio,
Souleymane Jules Diop,
Idrissa Seck,
Macky Sall,
Khalifa Niass,
Moustapha Niass,
Ousmane Ngom…

La liste n'est pas exhaustive et c'est désolant pour notre chère Sénégal.

Il nous faut un homme politique nouveau que je n'entrevois pas.

Pauvre de sénégalais!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image