leral.net | S'informer en temps réel

Blanchiment de capitaux : John Obi écope trois ans de prison et une amende de 468 millions

Le locataire du quartier pénitentiaire de Saint-Louis va passer dix années derrière les barreaux. Alors qu'il n'a pas fini de purger ses sept ans de prison pour trafic de cocaïne, John Obi vient, à nouveau, d'écoper trois ans pour tentative de blanchiment d'argent, en plus de 468 millions d'amende.


Rédigé par leral.net le Jeudi 6 Janvier 2011 à 04:57 | | 1 commentaire(s)|

Blanchiment de capitaux : John Obi écope trois ans de prison et une amende de 468 millions
Nouveau coup de massue pour John Obi qui n'a pas fini d'en découdre avec la justice sénégalaise. En effet, le ressortissant nigérian vient d'être condamné à trois ans de prison ferme, pour le délit de tentative de blanchiment de capitaux ; en plus de devoir s’acquitter d'une amende de 468 millions de nos francs. Le prévenu était pris en possession de 125 millions de francs Cfa à l'aéroport Léopold Sédar Senghor. Il avait alors transigé avec la douane qui lui a pris 70 % de la somme correspondante. Les avocats de Obi pensent qu'il n'était plus possible de parler de blanchiment d’argent, parce que la transaction conclue avec la douane rend licites les sommes convoyées par leur client. Le procès s'est tenu le 23 novembre de l'année dernière.

Cette seconde condamnation intervient après une première où John Obi avait écopé sept années d'emprisonnement, pour trafic international de drogue dure. Il a alors été arrêté le 14 juin 2007 au niveau de la station balnéaire de Saly Portudal avec 21kg de cocaïne, répartis en 89 boulettes et 20 briques. Les gendarmes avaient découvert, dans l’une des onze chambres occupées dans un hôtel de la place, neuf billets d’avion, plusieurs devises en euros, dollars américains, livre-sterling, Ouguiyas, francs guinéens, etc. Aussi, 34 cartes Sim de diverses sociétés de téléphonie basées dans la sous-région ouest-africaine et en Europe, avaient été trouvées par les pandores.

Aujourd'hui, la nouvelle donne intervient après un marathon judiciaire survenu à la veille de son procès pour blanchiment de capitaux, devant le tribunal correctionnel de Dakar. John Obi a été transféré vers la prison de Saint-Louis, sans que ses avocats ne soient au courant d'une telle décision. C'est le jour de son procès où ce dysfonctionnement a été noté par le juge. A cette occasion, ses conseils qui parlaient d'‘enlèvement’, de ‘manque de respect pour la justice’, d'‘atteinte à la bonne administration de la justice’, de ‘mise en doute du bénéfice d'un procès juste et équitable’, déploraient un ‘transfert en catimini’.

Lorsque ces hommes de loi s'étaient rapprochés du parquet pour connaître les tenants et les aboutissants de ce transfert, le parquet disait ignorer même le lieu de destination ainsi que les circonstances dans lesquelles Obi s'est retrouvé à Saint-Louis. Ainsi, les avocats de John Obi accuseront l'Exécutif de s'être mis au travers de la justice pour empêcher l'exécution de la liberté provisoire accordée par la Cour d'appel de Dakar. Cette histoire a même été portée à la connaissance de la communauté internationale puisque les avocats de Obi avaient saisi l'ambassade du Nigeria à Dakar, les parents de leur client, entre autres.

MANDAT D'ARRET, CONFISCATION DE SES BIENS, INTERDICTION DE REMISE DE CHEQUE : Le complice de Obi dans le collimateur de la justice

Dans cette histoire de tentative de blanchiment de capitaux, John Obi n'est pas seul au banc des accusés. Le porteur de cette importante somme d’argent, John Githegi, qui revenait du Kenya le jour des faits, a été reconnu coupable au même titre que son mentor, considéré comme le chef d'orchestre de l'opération.

Le complice de Obi est sous le coup d'un mandat d'arrêt que le juge correctionnel lui a délivré. Le magistrat a aussi ordonné la confiscation de ses biens et l'interdiction de remise de chèque pour une durée d'une année pour les condamnés.

Pape Ndiaye
source Walfadjri




1.Posté par Marie le 06/01/2011 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nouvellement ouvert au Sénégal et situé au 1018 Thiaroye Dakar-Sénégal, le cabinet Kawaracom accompagne vos projets. Il agit bien sûr en collaboration avec les entreprises partenaires.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image