leral.net | S'informer en temps réel

Blanchiment de capitaux : L'épouse de l'ex-consul d'Italie à Dakar risque deux ans de prison

Le parquet de Dakar a sollicité la peine de deux années de prison, pour blanchiment de capitaux, contre l'épouse de l'ex-consul d'Italie au Sénégal. La Guinéenne Marguerite Kaoko a été épinglée par la Cellule nationale de traitement des informations financières qui a découvert plus d'un milliard dans son compte bancaire ouvert dans les livres de Cbao-Attijaribank. Le délibéré sera vidé le 22 juin prochain.


Rédigé par leral.net le Jeudi 10 Juin 2010 à 16:28 | | 1 commentaire(s)|

Blanchiment de capitaux : L'épouse de l'ex-consul d'Italie à Dakar risque deux ans de prison
Les observateurs qui pensaient que l'ex-consul d'Italie était impliqué dans l'affaire de blanchiment de capitaux suite à un rapport de la Cellule de traitement des informations financières (Centif) n'ont qu'à déchanter. En fait, contrairement aux allégations distillées dans la presse, il s'agit de l'épouse du consul qui est poursuivie par le parquet de Dakar dans cette affaire. Mais, le consul est cité dans le dossier en qualité de simple témoin. Par conséquent, il ne figure guère sur le banc des accusés.
La mise en cause a comparu avant-hier devant le tribunal correctionnel de Dakar pour les délits de blanchiment de capitaux et d'association de malfaiteurs. Au terme d’un procès nocturne, qui aura duré plus de cinq tours d'horloge, la ressortissante guinéenne encourt deux années de prison ferme, sur sollicitation du procureur de la République. Ce dernier estime que la dame est coupable des griefs qui pèsent sur son dos. Lorsqu'elle a été interrogée sur l'origine de cette importante manne financière décelée dans son compte bancaire, elle soutiendra que l'argent provient de sa part d'héritage, suite au décès de son père survenu en Guinée.

Selon ses déclarations, l'argent aurait transité de la Guinée au Sénégal par la voie des frontières et avec l'aide des membres de sa famille. Elle soutient qu'à cet effet, des concessions ont été vendues à hauteur de deux milliards 500 millions de francs. Dans la même lancée, la dame Marguerite Kaoko déclare, devant le juge, être propriétaire de plusieurs immeubles en Afrique et en Italie ainsi que d'autres biens acquis avec cet argent. Elle affirme, par ailleurs, qu'elle se trouve dans une union légale avec le consul Antonio T. qu'elle a connu en 2006 et un enfant est né de cette union.

Tout au début du procès, la défense assurée par Mes Moustapha Diop, Fara Gomis et Abdou Rahmane Sow ‘Lénine’, a soulevé une exception de nullité de la procédure judiciaire intentée à l'encontre de Mme Kaoko. Les avocats évoquent la convention de Vienne de 1961 pour dire que l'épouse d'un consul bénéficie d'une immunité diplomatique au même titre que les membres de la famille de ce dernier. Il a aussi été question, lors du procès, de l'immunité de juridiction dont la dame bénéficierait. Sur ce point précis, les robes noires indiquent que la mise en cause ne saurait être poursuivie par les tribunaux sénégalais. La défense a également demandé la mainlevée sur le compte bancaire de la dame. A sa suite, le représentant du parquet à l'audience s'est attaqué au certificat de mariage versé dans le dossier, avant de préciser que la législation italienne interdit la bigamie. Après en avoir délibéré, l'exception sera rejetée par le juge Maguette Diop qui ordonnera la poursuite du procès.

La Guinéenne Marguerite Kaoko a été épinglée par un rapport de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) qui a découvert une importante somme d'argent au niveau du compte bancaire de la compagne du consul, ouvert dans les livres de la Cbao-Attijaribank. La Centif a estimé que cette importante manne financière, qui se chiffre à plus d'un milliard, ne pouvait provenir que d'un trafic de drogue ou de blanchiment d'argent. C'est fort de ces éléments que la justice est entrée en jeu dans cette affaire. L’épouse de l'ex-consul d'Italie à Dakar, Marguerite Kaoko, était ainsi inculpée et placée sous contrôle judiciaire.

Pape NDIAYE walfadjri



1.Posté par jules diallo le 11/06/2010 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ne faite pas des affaires avec cet femmeil faut la jugè correctement ,si elle merite la prison kel aille la bas sans detour

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image