leral.net | S'informer en temps réel

Blocage de la transgambienne : La Cddc invite l’État du Sénégal à prendre ses responsabilités

Le coordonnateur de la Convergence pour le Désenclavement et le Développement de la Casamance (Cddc), Chérif Sambou Bodian, a condamné, ce jeudi, l’attitude des autorités gambiennes. Ce dernier prône le dialogue et des concertations régulières entre le Sénégal et la Gambie pour une circulation apaisée sur la « transgambienne ».


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Mars 2016 à 14:38 | | 6 commentaire(s)|

« Il est inconcevable qu’un État prenne unilatéralement des décisions qui entravent gravement le transport terrestre et menacent l’intégration économique et la coopération sous régionale », a déploré, ce jeudi, le coordonnateur de la Convergence pour le Désenclavement et le Développement de la Casamance (Cddc), faisant état de la situation du blocus de la transgambienne depuis plus d’une dizaine de jours. Pour lui, la situation qui prévaut actuellement entre les deux pays ne devrait pas avoir lieu du fait de leur appartenance à une même entité sous régionale dénommée Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). « La Cedeao fait de la libre circulation des personnes et des biens un de ses principes majeurs », informe-t-il.

Pour éviter de vivre cette crise à répétition au niveau de la frontière sénégalo-gambienne, la Cddc invite l’État du Sénégal à prendre ses responsabilités. « La raison voudrait que des mesures alternatives soient prises par les autorités sénégalaises afin de mettre fin au calvaire régulièrement vécu par les transporteurs et voyageurs sénégalais lors de la traversée du fleuve gambien », dit-il avant d’exhorter le Gouvernement du Sénégal à accélérer la construction de la voie de contournement de la Gambie pour soulager les usagers qui font la navette entre le nord et le sud du pays. Aussi, ajoute-t-il : « La réalisation de cette route stratégique signera définitivement notre souveraineté territoriale et mettra un terme aux tracasseries insupportables de l’État gambien ».

Pour rappel, le trafic routier est bloqué depuis une dizaine de jours sur la Transgambienne. La hausse exagérée et unilatérale des autorités gambiennes des tarifs de traversée pour les camions est à l’origine de ce blocus.

Fara Mendy






Hebergeur d'image