leral.net | S'informer en temps réel

Bolt : «Je suis une légende vivante»

Vainqueur du 200m jeudi soir, Usain Bolt n'a pas manqué de rappeler qu'avec désormais quatre titres olympiques en individuel, il est devenu une légende vivante de l'athlétisme, surpassant Jesse Owens et Carl Lewis. Le Jamaïquain a par ailleurs évoqué sa future retraite…


Rédigé par leral.net le Vendredi 10 Août 2012 à 12:30 | | 1 commentaire(s)|

Bolt : «Je suis une légende vivante»
A Londres

Quel est votre sentiment après cette nouvelle victoire et cette nouvelle médaille d'or ?

Usain Bolt : Ça a été une belle course. La clef, c'était de courir vite dans le virage. Je savais que je virais mieux que Yohan (Ndlr : Blake). Mais j'ai senti sa pression derrière moi à la sortie du virage. Il a fallu que je garde les yeux dans mon dos (sic). Quelque part, Yohan m'a poussé, comme il m'a poussé cette saison. Je l'en remercie. Je l'ai déjà dit mais quand il m'a battu lors des sélections jamaïquaines, c'est comme s'il avait frappé à ma porte en disant : "Usain, c'est l'année des Jeux, es-tu prêt ? Moi, je le suis." Ça m'a réveillé, ça m'a ouvert les yeux et je le remercie encore.

Que signifiait votre geste (Ndlr : un doigt sur la bouche) sur la ligne d'arrivée ?

Beaucoup de personnes ont douté de moi avant ces Jeux, notamment après mes défaites aux sélections jamaïquaines, mais dans mon esprit il n'y avait pas de doutes. C'est pour ça que j'ai fait ce geste sur la ligne. C'était pour dire à ceux qui ne croyaient pas en moi : "Arrêtez de parler, je suis une légende vivante." Je suis content d'être venu ici et d'avoir montré au monde que je suis le meilleur.

A aucun moment, depuis les sélections jamaïquaines, vous n'avez craint que Blake ne vous domine ici lors de ces Jeux ?

Non. Il y a deux ans, je lui ai dit : "Tu arrives au mauvais moment. Tu cours vite, mais les deux prochaines années seront les miennes." Cette semaine, je n'étais pas à 100%. Je n'en suis pas loin mais si j'étais à 90%, c'est déjà pas mal. Et j'ai réussi à gagner. Mais pour les prochaines années, vous avez vu comme Yohan court vite ! Alors je vais devoir me lever de bonne heure pour le battre (sourire).

Après ce titre, pensez-vous être une légende au même titre que Mohamed Ali ou Michael Jordan ?

Je ne peux pas le dire. Je ne sais pas si je fais partie de la catégorie des Ali ou Jordan. Michael Jordan était le meilleur dans son sport, Mohamed Ali était le meilleur dans son sport et moi je suis le meilleur en athlétisme. Je laisse les gens décider du reste. Je sais juste que je suis une légende.

Si vous n'aviez pas été Usain Bolt, préfériez-vous être Jesse Owens ou Carl Lewis ?

Sans hésitation Jesse Owens, j'ai un grand respect pour lui. C'est un grand athlète. Il a fait de grandes choses pour son pays. Il a vraiment poussé à leur meilleur des athlètes. Je vais dire maintenant quelque chose de controversé au sujet de Carl Lewis. J'ai perdu tout respect pour lui, voilà. Les choses qu'il a dites à propos des athlètes jamaïquains, ses allusions au dopage, c'est vraiment rabaissant de dire des choses comme ça. Il veut seulement attirer l'attention sur lui parce que personne ne parle plus de lui. Je n'ai plus de respect pour ce type.

Pouvez-vous nous assurer que les sprinteurs jamaïquains ne se dopent pas ?

Sans aucun doute ! On s'entraîne dur, on se voit travailler tous les jours à l'entraînement. Yohan ne se dope pas, il n'aime pas ça (Ndlr : il a tout de même été suspendu trois mois pour dopage en septembre 2009). On court beaucoup, on s'effondre sur la piste, c'est vraiment dur, on essaie de montrer au monde que nous courons proprement.

Pensez-vous pouvoir tenter le triplé dans quatre ans aux JO de Rio ?

C'est une mission difficile. Comme je l'ai dit, ces deux gars (Ndlr : il montre Blake et Weir) ont 22 ans. Moi, j'aurai 30 ans à Rio et eux 26. Ils courent déjà vite. Je ne veux pas me projeter jusque-là. Je voulais être une légende, je l'ai répété depuis trois ans. J'ai atteint cet objectif, je veux en profiter. Après, il faudra que j'en trouve un autre. Peut-être le football… si je suis assez bon (sourire).

Songez-vous à prendre votre retraite comme l'a fait Michael Phelps ?

Je vais sans doute me retirer assez jeune. Pour être au sommet, il faut s'entraîner dur et Yohan Blake a déjà couru en 19''2 sur 200m et 9''7 sur 100m. Je pense que dans les quatre ans à venir, il sera encore plus fort. Je compte donc prendre ma retraite avant qu'il ne courre trop vite. Je ne pense pas me retirer tout de suite, ma vie a été belle, avec des haut et des bas, je ne m'en plains pas. Mais mon challenge était de devenir une légende et c'est fait, alors je vais devoir trouver autre chose pour me motiver.

La finale du 4x100m samedi soir peut-elle être votre dernière course ?

Non, non. Ça ne sera pas ma dernière course.

(Avant de quitter la salle, il prend la parole) «Attendez, j'ai une chose à ajouter. Je suis une légende vivante, dites-le bien partout. J'insiste bien. Si vous ne dites pas à tous les gens de vos pays, à la télé, dans les journaux, que je suis une légende vivante, je ne donnerai plus jamais d'interviews (rires dans la salle).



1.Posté par CHERIF AIDARA le 10/08/2012 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chérif aidara le petit fils de cheikh sadibou aidara grand marabout
est la aujourdhui pour aider ce qui on besoin de lui pour tout les domaine
amour chance reussite travail mariage santé succés dans vos entreprises basé sur le saint coran incha allah kou gneuw sa adio fadiou
thi barké cheikhna cheikh sadibou thi barké yonentebi mouhamad salalahou aleyhi wa salam wa salatou wa salam hairou leumbiya badar ak ouhout
contact ;00221 77 921 57 39 MERCI

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image