Leral.net | S'informer en temps réel



Boris Spassky Junior : «Mon père est séquestré à Moscou»

le 26 Septembre 2012 à 11:44 | Lu 383 fois

INFO LE FIGARO - Le rival de l'américain Fischer, victime d'un AVC handicapant en 2010, a disparu de son domicile le 16 août. Son fils, Boris Junior a retrouvé sa trace à Moscou. ll porte plainte «pour enlèvement et séquestration».


Boris Spassky Junior : «Mon père est séquestré à Moscou»
Le 16 août, l'ex-champion du monde d'échecs, Boris Spassky, disparaissait de son domicile parisien. Le lendemain, le journal russe publie une interview du grand-maître franco-russe. Les propos retranscrits semblent accréditer la thèse d'une évasion pour échapper à de mauvais traitements. Le 8 septembre, Boris Junior, le fils du champion, retrouve la trace de son père à Moscou. Selon lui, ce dernier «n'arrivait pas à se souvenir comment, de Paris, il était arrivé soudain en Russie...»

Une femme agressive se présente comme son agent
Retour en arrière sur deux ans d'événements tragiques, jusqu'à cet épilogue digne de John Le Carré. Le 22 septembre 2010, Spassky est victime d'un AVC à Moscou. Le champion reste paralysé du côté gauche. Son fils, Boris junior, le fait rapatrier à Paris où il est pris en charge à Bichat, puis à Gennevilliers.

À son chevet viennent son épouse, Marina, sa famille proche et son fils. Apparait alors pour la première fois une femme, Valentina Kuznetsova, qui se dit son agent. Son comportement se révèle vite agressif. «Nous étions avec ma mère auprès de mon père à l'hôpital de Gennevilliers, quand cette inconnue a agressé verbalement ma mère, l'accusant de mauvais traitements, déversant un flot d'injures et d'invectives sur la médecine française et notre famille», déclare formellement Boris junior, dans son témoignage destiné à la police française.

Après son hospitalisation, le champion Spassky, 75 ans, peut retourner chez lui. Sa femme et son fils ont fait médicaliser la maison familiale. Son épouse Marina, qui souffre d'une grave maladie du dos, veille à la convalescence de son mari. Les phénoménales capacités d'analyse aux échecs de l'ancien champion ont quasiment disparu, mais il récupère une petite partie de sa motricité. La femme inconnue, Valentina Kuznetsova, harcèle au téléphone Marina Spassky. Cette femme lui a-t-elle, comme le pensent ses proches, mis dans la tête l'idée d'un retour au pays natal? De son lit de malade, Boris Spassky commence à rêver d'une rémission totale et d'un retour triomphal en Russie. Le 16 août, Marina revient de l'hôpital et trouve la chambre vide. Affolée, elle appelle son fils Boris, qui revient aussitôt de Madrid en urgence. Marina lui apprend que dans des conditions troubles son père aurait été emmené par des inconnus à l'ambassade de Russie, où lui aurait été délivré un passeport à usage unique.

Plainte pour enlèvement et séquestration
Trois semaines s'écoulent. Boris Junior, accompagné d'Anthony Crawford, un ami fidèle de la famille, localise son père dans un hôpital de Moscou où il se rend. Le fils raconte au Figaro : «Lors de notre deuxième visite, Valentina Kuznetsova était là et m'a tout de suite fait comprendre que l'entretien serait dirigé par ses soins. Elle a refusé de me laisser seul avec mon père. Elle a rendu la conversation impossible, me coupant la parole, répondant à la place de mon père. Quand j'ai abordé le thème de la plainte contre ma mère, elle s'est physiquement interposée entre mon père et moi afin de nous interrompre. Quand je lui ai demandé qui avait parlé au Komsomolskaïa Pravda, elle a concédé avoir organisé la rencontre de mon père avec le journaliste».

Cette interview à charge, invérifiée et invérifiable, dans laquelle le champion aurait accusé son entourage d'abus de faiblesse, continue à circuler aujourd'hui sur internet. Boris Spassky est toujours «officiellement malade, hospitalisé de son plein gré dans un établissement russe». Pour protéger son père, qui jouit de la double nationalité française et russe, Boris Junior a décidé de porter plainte en France pour enlèvement et séquestration contre toute personne physique et morale.


Boris Spassky, un héros russe anti-soviétique

Le destin de Boris Spassky ressemble à un roman tragique. En 1941, à 4 ans, il est transféré de Leningrad vers la province de Kirov juste avant le siège par les armées d'Hitler. Il est dans le train qui échappe aux bombardements, les voyageurs des deux autres convois sont mitraillés par la Luftwaffe. En 1969, il devient à Moscou le 10ème champion du monde d'échecs. En URSS, ce génie est le symbole du communisme triomphant, «l'homo sovieticus». Problème. Spassky, libre-penseur et anti-communiste convaincu, a soutenu ouvertement les révoltés du Printemps de Prague. Aux Olympiades ostensiblement il va serrer la main a des tchèques qui arboraient un brassard noir. Russe jusqu'au fond de son âme, apparatchik jamais.

Un destin qui ressemble à une tragédie
En 1972, il joue le match le plus célèbre de l'histoire des échecs. Face à lui, solitaire et génial, l'américain Fischer. Il endosse encore une fois, malgré lui, le rôle de défenseur ultime de la Soviétie. En perdant ce combat , le héros national devient un renégat aux yeux du Kremlin. En 1974, il rencontre Marina Scherbatcheff qui travaille pour l'Ambassade de France à Moscou. Influence libérale? Leur amour inquiète le pouvoir central. Le KGB les surveille. Il se marie en 1975 et s'installe en France en 1976.

En 1992, vingt ans après, Fischer sort de son isolement. Il retrouve son «meilleur ennemi», Spassky, pour un match revanche organisé en Serbie. Le sponsor , Vassilievic, est considéré comme un criminel par le département d'état américain. Fischer est interdit de séjour aux États-Unis, Spassky, lui, passe entre les gouttes, la politique mitterrandienne n'étant alors pas ouvertement anti-serbe.

En 2004, Bobby Fischer est arrêté à l'aéroport de Tokyo. Spassky, dans une lettre ouverte, propose qu'on l'enferme avec son ami Bobby. 2012, Spassky disparait puis est retrouvé trois semaines plus tard à Moscou. Un destin qui ressemble à s'y méprendre à une tragédie.

Par Bertrand Guyard