leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

«Bougane Guèye Dany joue aux enfants gâtés. Akh Bakhoul té adouna dafa goudd tankk» (Aly Fall, le porte – parole du SYNPICS)


Rédigé par leral.net le Lundi 11 Septembre 2017 à 14:42 | | 0 commentaire(s)|

 
Aly Fall, le porte – parole du Syndicat des Professionnels de l'Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS) entend faire tout pour que les journalistes de la "Tribune" (fermé pour motif économique), puissent retrouver leur dignité et ne craint aucunement la citation directe envoyée par Bougane Guèye Dany, suite à la conférence de presse du SYNPICS, au cours de laquelle, Aly l’aurait traité de « nouveau riche » ?
 
 
« Vous savez, je crois que le Patron de D-MEDIA, comme vous l’appelez, se cherche le temps de distraire les gens et de jouer aux enfants gâtés. Il s’est senti visé lors de notre conférence de presse sur ses employés, qu’il a renvoyés comme des malpropres et il nous a servi des citations directes, pour nous amuser. C’est son droit le plus absolu. Nos avocats s’occupent de cette affaire, qui sera appelée à la barre demain, Inchallah.

Mais, je crois que c’est peine perdue, il perd son temps en voulant ouvrir des foyers de tension, dont il ne sortira pas vainqueur. Il a licencié injustement des journalistes dans son Groupe, il n’a qu’à leur payer leurs droits. Tout autre acte qu’il pose est synonyme d’enfantillage, mais il ne nous trouvera pas sur ce terrain
 », a déclaré Aly Fall à Leral.net.
 
Concernant les griefs que Bougagne Guèye Dany lui reproche,  Aly Fall a aussi tenu à clarifier les choses. «  Il paraît qu’il a parlé dans sa citation de «propos haineux» à son endroit, etc…. Mais, ce n’est pas important, encore une fois, ce n’est pas sa personne qui nous intéresse. Ce qu’on lui demande, c’est de respecter le droit de ses travailleurs. Il faut qu’il évite d’être ridicule aux yeux des Sénégalais. Il a déchiré des contrats en cours, il n’a qu’à en assumer les conséquences et arrêter de se prendre pour ce qu’il n’est pas ».
 
C’est pourquoi, même appelé en comparution à la barre demain, Aly Fall et le SYNPICS entendent continuer le combat pour la dignité des journalistes.
 
« Le SYNPICS travaille d’arrache-pied avec les victimes de Bougane Guèye Dany, qui sont de jeunes journalistes et qui pour rappel, n’ont causé qu’un seul tort, celui de vouloir être dans un syndicat. Ce qui est inacceptable, dans un Etat de droit. En tout cas, le SYNPICS suit le dossier et reste concentré, pour gérer cette affaire avec responsabilité.

Personne ne pourra nous distraire. D’ailleurs, nous en appelons à tous les confrères d’ici et d’ailleurs, pour qu’ils viennent soutenir ces jeunes journalistes. Ils ont injustement été licenciés et privés de leurs droits. Tout le monde y compris les défenseurs des Droits de l’homme doivent se joindre à ce combat contre Bougane Guèye Dany.
 »
  
«  Il faut qu’on en arrive à se débarrasser de ce type de patrons qui pullulent dans le secteur des médias.  Ce que nous voulons par contre, c’est juste qu’il respecte ses employés et leurs droits en tant que travailleurs. S’il se dit croyant, il doit éviter de causer du tort à ses semblables, quel que soit le soi-disant pouvoir qu’il peut détenir. Akh Bakhoul té adouna dafa goudd tankk (Ndlr : Seul Dieu sait de quoi demain sera fait) », a ajouté, Aly Fall, qui rappelons-le,  est le porte – parole du SYNPICS.


 
Massène DIOP Leral.net