leral.net | S'informer en temps réel

Bousculée par son collègue Boughazelli : Aïda Mbodj envoie un “direct” retentissant au député de la banlieue


Rédigé par leral.net le Mardi 27 Octobre 2015 à 15:29 | | 23 commentaire(s)|

On n’avait pas tort, alors pas du tout, d’annoncer que la réunion de ce matin, convoquée à l’Assemblée nationale, aux fins de procéder à l’installation des Commissions, n’allait pas manquer de piquant. En effet, la réunion a été, à la limite, survoltée à très fort débit, d’ailleurs.

Selon des sources généralement bien informées, Actusen.com peut écrire que la partie livrée par la députée Aïda Mbodj et le bouillant député de la banlieue Seydina Fall dit « Bougazelli » est une preuve symptomatique du caractère houleux de la rencontre qui vient de finir, il y a quelques instants.

De quoi s’agit-il ? En réalité, tout a commencé lorsque les députés libéraux, en l’occurrence ceux dirigés par Aïda Mbodj, désignée pour présider aux destinées du Groupe parlementaire “Libéraux et Démocrates”, ont voulu faire valoir l’Article 35 qui devait convoquer la plénière.

Dans la foulée, Seydina Fall, alias Boughazelli, s’est arraché de sa place, pour bousculer la Présidente du Conseil départemental de Bambey. Mais erreur ! Car à peine a-t-elle été déséquilibrée par le député issu de l’Alliance pour la République qu’Aïda Mbodj, en véritable Lionne du Walo et du Baol, a envoyé à ce dernier un “direct” qui fera bourdonner à jamais les oreilles du parlementaire apériste.

Après le coup de poing reçu à la figure, Seydina Fall, alias Boughazelli s’écrie : “Ya, xana dangay kharu?”

Et pour punir son collègue Seydina Fall, la responsable du Parti démocratique sénégalais lui a administré ce coup de poing, avec à la clé, une bague pointue qu’elle portait par devers elle. Dépassé par les événements, Seydina Fall, dit Boughazelli a titubé, perdu l’équilibre, avant de s’écrier : “ya, xana dangay kharu?” (ya, tu veux te suicider ?”).

Pendant ce temps, l’ancienne mairesse de Bambey, intransigeante et refusant de vaciller sur ses bases, l’attendait de pied ferme, toujours. A cet effet, Boughazelli a vite fait de capituler et de déposer les armes. Surtout que sa collègue, qu’elle avait bousculée au passage, était prête à imiter les femmes du Walo qui, face au colon, avaient préféré s’enfermer dans une chambre et s’immoler par le feu, plutôt que de se soumettre.

Jointe par téléphone, Aïda Mbodj : ”Il m’a agressée, je n’ai fait qu’appliquer la loi du talion et du œil pour œil, dent pour dent”

Jointe par téléphone, Aïda Mbodj reconnaît l’existence de l’incident avec Seydina Fall, mais se veut claire, nette et précise : “Il m’a agressée, je n’ai fait qu’appliquer la loi du talion et du œil pour œil, dent pour dent”.

Et Mme Mbodj d’ajouter : “Il n’y a pas un homme qui ose s’en prendre à mon intégrité et à qui je n’administrerai pas la leçon Boughazelli. S’il (Ndlr : ce dernier récidive, je lui ferai regretter ça à la seconde qui suit. Et je ne porterai jamais plainte contre quelqu’un qui m’agresse”.

Actusen.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image