leral.net | S'informer en temps réel

Branchements clandestins à Fass Mbao : Ils alimentent 20 familles sur le dos de la Senelec

Cheikh Touré et Dioulory Niang croupissent depuis mercredi à la citadelle du silence. Ils sont accusés d’avoir fraudé sur le réseau de la Sénélec. Ils ont fait bénéficier de l’électricité, par le biais d’un réseau parallèle, durant des années à des tiers en contrepartie d’une rémunération pécuniaire mensuelle.


Rédigé par leral.net le Vendredi 25 Novembre 2011 à 12:40 | | 0 commentaire(s)|

Branchements clandestins à Fass Mbao : Ils alimentent  20 familles sur le dos de la Senelec
Omar Kambile en service à l’agence principale de la Sénélec sise à Thiaroye, reçoit constamment des rumeurs de fraudes sur leur réseau. Des rumeurs qui font état de branchements électriques clandestins souterrains par des individus au quartier Médina Fass Mbao. Aussitôt informé, le chef d’agence mijote un plan et lâche quelques-uns de ses éléments sur le secteur désigné pour se rendre à l’évidence. Mais surtout découvrir la « fuite » et éventuellement mettre la main sur les trafiquants. Ils enclenchent des recherches rythmées de filatures et de planques autour de la maison qui ravitaille en électricité. Une maison qui se trouve être celle du sieur Dioulory Niang. Ils interpelleront les bénéficiaires une vingtaine de propriétaires de maison du réseau clandestin qui dénoncent leur fournisseur, Cheikh Toure. Qui, interpellé, balance le propriétaire dudit réseau, en l’occurrence, Dioulory Niang.
Ceci étant, les responsables de la Sénélec sollicitent les services d’un huissier de justice pour faire le constat des installations frauduleuses. Ils déposent une plainte avec constitution de partie civile au poste de police de Sicap Mbao pour vol et complicité de vol d’électricité et rétrocession illicite. « 24 maisons bénéficiaires des branchements clandestins souterrains ont été repérés dans la localité de Médina Fass Mbao. S’y ajoute le domicile du nommé Dioulory Niang, qui est à l’origine du trafic frauduleux. Tous les propriétaires de ces concessions soutiennent avoir bénéficié du réseau grâce aux installations par câbles du nommé Cheikh Touré. Ses abonnés affirment payer mensuellement en fonction des appareils électriques déclarés », soutient le chef d’agence. Kambile estime avoir subi un énorme préjudice financier, à travers ces installations clandestines.
A combien se chiffre le préjudice financier subi par la Sénélec dans les installations clandestines d’électricité au quartier Médina Fass Mbao ? C’est la question qui taraude présentement les responsables de l’agence principale sise à Thiaroye.
Les mis en cause réfutent les accusations et s’accusent mutuellement. Cheikh Touré clame son innocence et enfonce son coaccusé, Dioulory Niang. Il soutient n’être pour rien dans cette affaire de trafic d’électricité. Il déclare avoir juste aidé Niang à récupérer ses sous auprès de ses « abonnés ». « Avant son voyage à l’étranger, il (Niang) m’a présenté d’abord à ses différents clients avant de me charger de lui récupérer son argent auprès de ces derniers, car il est un beau-frère pour moi. D’où le motif de mon étonnement lorsque j’ai appris la plainte de la Sénélec contre ma personne », renseigne Touré.






Hebergeur d'image