Leral.net | S'informer en temps réel



Burundi : des opposants politiques torturés

le 24 Août 2015 à 16:02 | Lu 391 fois

Burundi : des opposants politiques torturés
Les opposants réels ou supposés au président Pierre Nkurunziza , sont couramment victimes de torture au Burundi, frappés à coups de barres de fer ou brûlés à l'acide par les forces de sécurité, a dénoncé aujourd'hui Amnesty International (AI). "L'usage de la torture et autres mauvais traitements contre des membres de l'opposition politique, ou supposés tels, semble se répandre et s'aggraver" au Burundi depuis qu'a éclaté fin avril un mouvement de contestation contre le 3e mandat du président Nkurunziza, finalement réélu le 21 juillet, écrit l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Selon les témoignages recueillis par AI dans un rapport intitulé "Dites-moi juste ce que je dois avouer" , tant la police que le Service national de Renseignement (SNR) multiplient les tortures: les détenus sont frappés avec des câbles électriques, matraques, barres de fer, violemment piétinés, menacés de mort ou font l'objet de simulacre d'exécution. "Ils ont pris un bidon de cinq litres rempli de sable et l'ont attaché à mes testicules. Ils l'ont laissé comme ça pendant une heure, je me suis évanoui", a raconté une victime à AI, "puis quand je suis revenu à moi, ils m'ont fait asseoir dans une flaque d'acide de batterie".

Le rapport comprend aussi le témoignage du journaliste burundais Esdras Ndikumana, 54 ans, correspondant de l'AFPet de Radio France Internationale (RFI), arrêté le 2 août par le SNR et sévèrement battu durant deux heures. Plusieurs témoins ont raconté avoir été contraint de faire des aveux sous la menace. "Ils m'ont dit, si tu n'avoues pas, on va te tuer", a raconté l'un d'eux à AI, "mais j'ai répondu +comment avouer puisque je ne sais rien, dites mois juste ce que je dois avouer".

Outre la torture et les mauvais traitements, AI dénonce le caractère arbitraire des arrestations et détentions et l'absence d'avocats, de médecins et de visites de proches. Ni la police ni le SNR n'ont souhaité s'exprimer sur ce rapport.

lefigaro.fr avec AFP