leral.net | S'informer en temps réel

« C'est Moustapha Diakhaté qui a éclaté le parti »

Citée en exemple comme la localité parfaite en matière de cohésion parmi les trois Communes d'arrondissement de la ville, Thiès-Nord avait réussi à trouver un consensus, entre les vingt parties prenantes formations politiques et des associations de la collectivité. Les relations de partenariat ont même abouti à une déclaration d'entente lors d'un point de presse.


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Juin 2014 à 16:00 | | 1 commentaire(s)|

« C'est Moustapha Diakhaté qui a éclaté le parti »
Mais, c'est quand il s'est agi de structurer le Comité électoral, renseigne la tête de liste proportionnelle, Mor Ndiaye Mbaye, au sein duquel la conférence des leaders a réservé les postes de coordonnateur, de mandataire, de responsable de la sécurité et celui d'adjoint à la trésorerie, à l'Apr, que les problèmes ont surgi, notamment autour de la désignation des hommes dans les partis. Ceux qui se réclament comme étant des authentiques du parti dans la ville, selon M. Mbaye, tentent à chaque occasion, de mettre à la marge ceux qu'ils indexent d'être des « hommes de Thierno Alassane Sall ». Il révèle qu'une réunion a été tenue en secret, à l'insu de tous les grands responsables, où Seynabou Ndiéguène a été choisi comme coordonnatrice, et Lamine Ndiaye comme mandataire. « Cela ne m'engageait pas, parce que le principe n'y était pas et il fallait marquer le coup pour faire cesser ces pratiques. J'ai récusé cette liste et elle était bloquée
jusqu'à l'arrivée du superviseur, Moustapha Diakhaté, qui, de Dakar, est venu avec des œillères, une idée figée sur les personnes qui l'intéressaient, qu'il a voulu contre vents et marrées, faire passer », s'offusque t-il. Mor dévoile que c'est face à une forte mobilisation qui a empêché le député d'accéder à la salle, qu'il l'a contacté pour lui demander de leur faire évacuer les lieux. « Je lui ai demandé de poursuivre sa logique. Car si je ne représentais rien, je ne rassemblerais pas autant ». Le lendemain, la rencontre butera sur le statu quo voulu et entretenu par M. Diakhaté, créant un blocage pendant des heures. Le problème surviendra après l'annonce de la liste à Bby, des personnes choisies. La coalition a contesté le choix porté sur Mme Ndiéguène et Lamine Ndiaye. Une opposition externe qui vient s'ajouter à celle interne, dans les rangs de l'Apr même. Selon Mor Mbaye, Moustapha Diakhaté voulait, à tout prix, imposer un Apériste au poste de trésorier. Ce qu'a refusé Benno. C'est ainsi que Mamadou Dieng, la locomotive de Benno sans Apr, la tête de liste majoritaire a estimé, dans le souci d'éviter la forclusion, qu'il fallait aller dans une coalition. « Il est parti avec dix huit des parties prenantes parmi les vingt. Je lui ai rejoint dans la coalition Booloo Defar Thiès, avec la majorité des responsables de la Commune Thiès Nord, dix neuf, de l'Apr », exprime t-il.

« En cas de victoire, les femmes, notre priorité »

« Notre stratégie est calquée au Yoonu Yokkuté. Les femmes, les jeunes et les personnes vulnérables. Nous avons conçu un programme de formalisation des structures féminines. Elles sont déjà organisées autour de groupements et nous comptons les aider avec des experts en développement local, pour élaborer avec elles, des projets de développement », promet M. Mbaye. Parce qu'à son avis, il serait illusoire de venir avec de projets prédéterminés, alors qu'elles savent mieux que quiconque ce dont elles ont besoin le plus besoin, encore qu'elles ont toutes des projets en cours d'exécution. « Nous allons les trouver dans leurs activités et les y renforcer et structurer. Puis, nous allons les accompagner dans la recherche de financement et la formation en gestion des projets ».
Un autre aspect important, dans le programme de la Coalition Booloo Defar Thiès, est l'accompagnement dans l'assainissement et le nettoiement pour faire face à l'insalubrité de la ville. « On les organisera en petits groupements, on les dotera de matériels de base. Elles vont balayer leurs quartiers deux fois par semaine, pour maintenir un environnement sain ».
Depuis la victoire en 2012, Thiès a été déserté par ces personnes. Sur le terrain, seul Thierno A. Sall et « ses hommes » se battaient pour le maillage de la ville et jouer le rôle d'interlocuteur pour ceux qui frappaient à la porte du parti. On lui reproche, et nous avec, de mettre sur pieds des structures parallèles. Le parti n'a jamais eu de structure officielle. Fallait-il, pour autant travailler dans le désordre ou ne pas travailler du tout ?
Pendant trois ans, ils ont seuls cordonné les travaux dans la ville et chaque fois qu'il s'agit de prendre des décisions à la base, ceux qui avaient choisi de faire leur politique au sommet du parti, essaient de museler cette base.
Quand on voulait tenir des réunions, il y avait toujours quelqu'un qui ameutait des lutteurs, avec des bombes à gaz asphyxiant, pour empêcher que les rencontres se tiennent. Cette stratégie d'intimidation a été déployée jusqu'au bout.

La Tribune






Hebergeur d'image