leral.net | S'informer en temps réel

"C’est aberrant de dire que Aïdara Sylla veut transiger", dixit un des avocats de l’homme main de Wade


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Février 2013 à 14:00 | | 3 commentaire(s)|

"C’est aberrant de dire que Aïdara Sylla veut transiger", dixit un des avocats de l’homme main de Wade
Un des avocats de l’homme de main de Wade, Alioune Aïdara Sylla a démenti les rumeurs parlant d’une éventuelle possibilité pour ce dernier de transiger sur le délit de change. Selon la robe, cela est aberrant et heurte le bon sens. Selon lui, son client ne peut transiger pour ce délit qui a été le dernier à être retenu contre lui parmi d’autres. La seconde raison, explique -t-il, est qu’il ne peut pas le faire pour un seul chef d’inculpation. "S’il transige pour celui-là seulement, il ne va pas pour autant sortir de prison", a laissé entendre l’avocat qui ne croit pas à cette éventualité et n’est pas au courant, renseigne Direct Info. Alioune Aïdara Sylla a été inculpé et placé sous mandat de dépôt pour complicité de détournement de derniers publics, blanchiments de capitaux, violation de la loi sur le change. Il a été arrêté à l’aéroport en possession de chèques libellés et signés des mains de l’ancien Président de la République Abdoulaye Wade.



1.Posté par Ahmadou Diop le 14/02/2013 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le politiquement incapable travaille maintenant en intérim, à défaut de régler l’éternelle problématique des sénégalais


Biens mal acquis- procès d’hissène Habré : le politiquement incapable travaille en intérim, à défaut de régler l’éternelle problématique des délestages massifs du courant électrique. En lieu et place des vraies questions de l’heure, l’éternel huis clos continue à Colobane à guichet fermé !
APRES KARIM WADE, OUMAR SARR, OUSMANE NGOM, SAMUEL SARR…: Abdoulaye Baldé convoqué demain à la section de recherches de la gendarmerie de Colobane
Ce gouvernement disqualifié pour son incapacité décapante et son incurie manifeste à répondre à l’attente des sénégalais, trouve habilement une décharge nécessaire pour se dédouaner du mandat pour lequel il a été élu. Il faut le voir pour le croire.
Comme le monde du show biz, le spectacle sensationnel continue ! La rivalité déloyale affligeante crée le buzz. Chacun tient à se faire voir au grand jour, pour être le meilleur clown. Le premier d’entre eux, celui qui incarnait l’espoir de tout un peuple, par ses expériences et ses compétences avérées nationales et internationales, nous voulons parler de l’ex chef de l’opposition pour qui nous avions voté massivement au premier tour, sans retenue, est depuis, le cireur des bottes de Macky Sall, pour être finalement son chef de service des sinécures. Que cela ne tienne ! Suivez notre regard, il s’agit bien de Moustapha niasse, le patron de l’AFP, dont nous ne comprenons plus ses sorties bruyantes, qui décidément, semble troquer son âme contre un prestige, qu’il a déjà acquis. Curieux ! Il n’est pas déshonorable, tant s’en faut. C’est un pas que nous ne franchirons pas, eu égard à la respectabilité de l’homme d’honneur qu’est Moustapha Niasse, dont les appels du pied aigre- doux ne souffrent d’aucun quiproquo. Pour autant, pourrions-nous taire, au risque d’être complices des incohérences d’une opposition déboussolée par son langage obscur, au regard de ce que nous voyons jusqu’ici comme étant un échec cuisant, palpable. Moustapha Niasse que nous estimons beaucoup jusqu’ici, nous a déçus et semble être le chef de service des cireurs des bottes de Macky Sall. Contre toute morale, il met en jeu son honneur. Etrangement, il devient servilement, à petits feux, un « baay fal », c'est-à-dire un chambellan qui prend cause et fait pour l’honneur d’un président élu à défaut et par dépit, et qui promet plus qu’il n’en fait, en réalité.
Il est maintenant le parrain de premier plan, qui roule pour la mécanique médiatique, inflationniste.
Il est connu et dispose d’un renom intact jusqu’ici. Son carnet d’adresses bien fourni l’autorise normalement à être indépendant face à un exécutif juge et partie. Il ne connaît pas non plus la diète. C’est un chef d’état, qui maîtrise parfaitement les rouages de l’administration que n’importe quel autre homme politique sénégalais. Il n’a pas besoin de tout cela. Etrange ! Il mérite plus que ça. Que vient-il faire dans cette galère, après des loyaux services pour la République, de Senghor, en passant par Abdou Diouf et wade ? Il devient le porte-parole cagoulé de l’apr. Que diantre ! Quel diable l’a-t-il piqué pour être dans ce sale rôle et pour plaire à la machine de l’esbroufe, de notoriété publique ?
Biens mal acquis : le huis clos de l’éternelle dramaturgie continue ! C’est à ne rien comprendre dans ces combines politiciennes de mauvais goûts !

Le combat continue !
Ahmadou Diop

2.Posté par Ahmadou Diop le 14/02/2013 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sanction des fatickois ? Un peu de retenue, d’humilité ! Porter le nom de ce que l’on ne veut pas prononcer, autorise tout, maintenant, dans ce pays inintelligible.


Et cet obscur multimilliardaire, aux commandes de la république ?
Jet de pierres contre les ministres de Macky Sall à Fatick: Thierno Alassane Sall veut des sanctions. Au nom de la liberté d’expression inscrite dans la constitution, les fatickois, qui n’ont que leurs voix pour désavouer un président de la république, foulant du pied sa parole donnée, doivent-ils être nécessairement sanctionnés ? C’est la preuve matérielle des faits d’un totalitarisme au culot incommensurable, qui ne souffre d’aucune ambigüité. Un peu de retenue, d’humilité ! Porter le nom de ce que l’on ne veut pas prononcer, autorise tout, maintenant, dans ce pays inintelligible.
La douane se constitue partie civile dans l’affaire Aliou Aïdara Sylla. Elle se cale sur le politiquement incapable, à la seule fin de bénéficier de galons supplémentaires indus par l’entregent du juge et partie. Pour autant, cette même douane s’est-elle portée partie civile dans l’affaire du premier ministre, Abdoul Mbaye, accusé de blanchiment d’argent dans l’affaire Hissène Habré ? Bonne gouvernance transparente, sobre et vertueuse !
L’arrogance attentatoire des grosses cylindrées luxueuses : une césure avec la rhétorique médiatico-politique.
En Europe, lors des ventes aux enchères, tenez-vous bien, un seul tableau d’art peut coûter la bagatelle de 18 millions d’euros ! Une broutille pour certains d’entre eux. Parmi les clients bien dorés, à la poche élastique, y figurent au premier plan, les éternels acquéreurs du continent noir, qui sont exclusivement des fils de chef d’Etat- « des fils de chef », là où l’argent du pétrole coule à flot, sans que les populations lassées et laissées pour compte, ne voient la couleur de l’or noir. Pour les vendeurs impénitents de la surenchère, point n’est besoin de s’inquiéter outre mesure. Point de blanchiment d’argent.
On n’y pense pas. La confiance règne. Dans le meilleur des cas, on dénonce, mais on encaisse quand même. Le chantier avec la traque des biens mal acquis n’est qu’une ruse. Le reportage effrayant de france3 sur les biens mal acquis nous donne la mesure d’une hypocrisie totale sur cette question. Ceux qui encaissent l’argent largement détournés, ne s’inquiètent nullement outre mesure. Ce sont les mêmes qui dénoncent les pratiques douteuses et qui encaissent l’argent sale. Un scandale monstrueux ! Le comble, c’est qu’une certaine respectabilité de marchands d’art, y tirent son épingle de la comédie, financent une partie du bénéfice sur la recherche médicale. On sait que ce financement sera déductible d’impôt. Quand l’hypocrisie nous tient ! Alors qu’à l’inverse, ici, pour une broutille, on en fait tout un spectacle assourdissant sur l’affaire Aliou Aïdara Sylla, présumé coupable de blanchiment d’argent, d’escroquerie, association de malfaiteurs. Apparemment, les africains présumés coupables ne sont pas logés dans le même registre que les autres.
Pourquoi, alors pourrait-on payer sur place un tableau d’art avec un montant de 18 millions d’euros ? Que représentent 2,5 milliardaires de francs CFA par rapport à 18 millions d’euros ? A moins que la justice n’y voie rien d’autre que de l’argent sale, sans apporter la moindre preuve matérielle. Il n’y a pas photo. L’asymétrie du discours médiatico-politique contraste parfaitement avec les marchands qui se nourrissent sur l’épaule des biens mal acquis.
A quoi sert de faire tout un remue-ménage, si on ne prend pas en compte, en aval comme en amont, ceux qui encaissent l’argent sale, qu’il faut nécessairement traduire dans les tribunaux, en les traitant tout simplement de machines à laver des biens mal acquis ? En réalité, les biens mal acquis ne doivent servir exclusivement que les intérêts extérieurs. Pendant ce temps, le maquilleur s’en sert politiquement pour se faire une sainteté imaginaire, à dessein de renouveler un mandat hypothétique, sous la bienveillance apparente de pyromanes convertis en pompiers de service. Voilà un monde à la renverse !
Et cet obscur multimilliardaire, aux commandes de la république ?

Le combat continue !
Ahmadou Diop

3.Posté par beugue sa ma rew le 14/02/2013 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le trésor amoul khaliss , khaliss amoul fa ,il faut aller demandé à wade des conseille pour le financement des projets ,comment aussi alimenté le trésor publique,car nous risquons d'aller vers le pire ,monsieur le président tu grand en suite tu as la chance ,et le président wade est un grand homme d’État aller le voir c'est mieux pour le Sénégal pour tous

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image