leral.net | S'informer en temps réel

CAN 2015 - Giresse: «Rien n'était perdu»

Alain Giresse, l'entraîneur du Sénégal, a expliqué en conférence de presse avoir su remobiliser ses troupes, menées au score à la mi-temps face au Ghana (2-1 au final).


Rédigé par leral.net le Lundi 19 Janvier 2015 à 19:23 | | 0 commentaire(s)|

CAN 2015 - Giresse: «Rien n'était perdu»
Alain Giresse (sélectionneur du Sénégal): «C'est toujours mieux d'avoir pris trois points, mais ça ne garantit pas la qualification, comme la défaite du Ghana ne garantit pas son élimination. Il reste deux matches à jouer. On a su fournir les efforts en deuxième période, c'est plutôt un signe encourageant. À la mi-temps, j'ai dit aux joueurs que rien n'était perdu à condition de reprendre le football par le bon bout. À partir du moment où on était mené et qu'il restait 45 minutes, le doute ne s'est pas intallé, on est revenu sur le terrain avec la conviction de reprendre le match de meilleure manière. Le changement à la mi-temps était tactique. On est repassé à quatre derrière, il fallait rééquilibrer l'équipe, mais ça ne remet pas du tout en cause la première mi-temps de Djilobodji.»

Moussa Sow (attaquant du Sénégal, auteur du but de la victoire): «C'est bien pour l'équipe. C'est bien d'avoir pris les trois points et maintenant il faut se concentrer sur le prochain match. J'étais déçu de ne pas commencer, c'est normal, je suis compétititeur, je veux jouer et gagner. Je mets mes états d'âme de côté, je les garde à l'intérieur, il faut respecter les choix du coach. C'est vrai que c'est moi qui suis entré et qui ai marqué, voilà.»

Bouna Coundoul (gardien et capitaine du Sénégal): «Sur le penalty, en voyant le ralenti, j'ai à 100% vu qu'il n'y avait pas faute. J'ai dit à l'arbitre que le joueur avait plongé, il m'a dit ''OK, la prochaine fois'', mais il n'y a pas de prochaine fois! Le plus important, c'est qu'on ait gagné. Aujourd'hui, on s'est battu du début à la fin. Nous pouvons battre n'importe quelle équipe. Le Ghana a eu la première mi-temps, mais on savait qu'on pouvait marquer plus de buts que lui. Si on joue tous les matches de la compétition comme on a joué la deuxième mi-temps, on peut aller jusqu'au bout, inch'Allah. Le coach avait mis un 3-5-2 et ça n'a pas bien marché. Le coach a dit: ''Les qualifications, c'est fini, on est à la CAN, on doit se réveiller. Si on veut le faire, on va le faire''. Sur le terrain, au lieu de parler, on l'a fait.»

avec AFP






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image