leral.net | S'informer en temps réel

CBV: L’Imam de Diorga Chérif passe la Tabaski en prison

Poursuivi pour coups et blessures volontaires (CBV), l’Imam de la mosquée de Diorga Chérif (Rufisque) va devoir attendre en prison d’être édifié sur son sort. En attendant son procès, sa demande de liberté provisoire a été rejetée par le juge.


Rédigé par leral.net le Vendredi 3 Octobre 2014 à 11:24 | | 2 commentaire(s)|

CBV: L’Imam de Diorga Chérif passe la Tabaski en prison
A la suite d’une bagarre avec son Naayib, l’Imam M. Diaw de la mosquée de Diorga Chérif à Rufisque a atterri en prison.
Le religieux a attaqué et blessé son second, pour un billet de 1 000 francs. En effet, il est de coutume dans le quartier de donner une somme d’argent à l’Imam et son second, après chaque cérémonie.
Toutefois, après la célébration d’un mariage, l’imam a refusé de donner à son Naayib sa part, soit la somme de 1000 francs. Lorsque ce dernier est venu lui demander l’argent, l’Imam est entré dans une colère noire, avant d’être calmé par ceux qui étaient présents. Considérant l’incident clos, le Naayib Samba Sy est allé dormir dans un coin de la mosquée où l’Imam l’a réveillé d’un coup de couteau sur le bras, puis d’un autre au pied. En tentant de se lever, il a été assommé d’un violent coup de bâton. Par la suite, il a été acheminé à l’hôpital pour des soins. Muni d’un certificat médical, il est allé porter plainte pour coups et blessures volontaires avec une incapacité temporaire de travail de 15 jours.
Mais hier, le procès a été renvoyé à cause de l’absence de la partie civile. Le conseil de Diaw en a profité pour introduire une demande de liberté provisoire, en insistant sur le fait que la partie civile s’est déjà désistée, sur la demande des notables du quartier. Me Michel Basse a ajouté que la seule condition posée par Samba Sy est que le prévenu lui alloue la somme de 300 000 francs pour réparer le préjudice causé. Mais le maître des poursuites s’y est opposé. Il estime que les faits sont très graves pour accorder la liberté provisoire au prévenu. “L’ordre public a été troublé. Il s’y ajoute que les faits se sont produits dans une mosquée qui est un lieu où se retrouvent beaucoup de gens”, a souligné le procureur.
L’Imam de Diorga Chérif va finale- ment passer la Tabaski à la citadelle du silence, en attendant son procès. Le juge a rejeté la demande de son conseil et confirmé la date de renvoi au 8 octobre.

Enquête






Hebergeur d'image