leral.net | S'informer en temps réel

CHEIKH AHMADOU BAMBA : Un musulman soufi, ascète et mystique

Rédigé le Dimanche 30 Décembre 2012 à 02:32 | | 3 commentaire(s)

La communauté musulmane sénégalaise en général et mouride en particulier s’apprête à célébrer le cent-quinzième anniversaire du retour d’exil de Cheikh Ahmadou Bamba. Un homme qui avait dédié sa vie à l’enseignement des préceptes de l’Islam, à l’adoration de Dieu et à la servitude vis-à-vis du prophète Mohamed (SAWS). Une attitude qui lui avait valu bien des déboires de la part du colonialiste qui n’avait pas hésité à l’exiler au Gabon pendant sept ans. Mais qui est Cheikh Ahmadou Bamba ? C’est à la découverte de cet homme que le Pays au Quotidien vous invite.



CHEIKH AHMADOU BAMBA : Un musulman soufi, ascète et mystique
Ahmadou Bamba Mbacké dit Khadimou Rassoul a vécu sur terre entre 1853 et 1927. Né à Mbacké Baol, une ville fondée par son arrière-grand-père Maharame Mbacké, Ahmadou Bamba Mbacké était le fils de Mame Mor Anta Sally et de Sokhna Diarra Bousso. Grand serviteur de l’Islam et grand patriote, il a été aux côtés de Cheikh El Hadji Malick Sy, l’un des grands acteurs de la résistance culturelle sénégalaise, par un refus de la politique d’acculturation et d’assimilation que voulait imposer le colonisateur. Toutefois, «bien que ne supportant pas la conquête française, il prêche cependant avec succès la paix et promet le salut à ses disciples qui se seraient conformés à ses recommandations qui sont celles de Dieu et de son prophète dans l'islam, Mahomet». Son amour pour le prophète l’a poussé à adopter comme surnom, Khadimou Rassoul, qui signifie en arabe «serviteur du prophète Mahomet». Un surnom qu’il laissera d’ailleurs à la postérité. Nombre de ses homonymes sont aujourd’hui appelés Khadim. Grand panégyrique, Cheikh Ahmadou Bamba a dédié l’essentiel de son œuvre, à des odes au prophète de l’Islam.

La recherche de connaissance, la prière et la mystique du travail, étaient érigés au rang de sacerdoce chez Ahmadou Bamba. La vie de Khadimou Rassoul se résumait à un quadrilatère dont les différents côtés sont : la prière, la culture, l’enseignement et les poèmes à l’honneur du prophète, ces célèbres khassaïdes. Au-delà du refus de la politique d’assimilation imposée par les colons, son plus grand mérite a été d’avoir fondé une tarikha qui aujourd’hui transcende les frontières sénégalaises et même africaines. Pourtant, il aurait par pur souci d’atavisme, embrasser la tarikha Khadre dont le père était un adepte. Mais Khadim Rassoul, a voulu se faire sa propre voie sur le chemin qui mène vers Dieu. Pour y arriver, il mit sur pied la Tarikhatoul Mouridoulahi : la voie des esclaves de Dieu. D’origine peule, Cheikh Ahmadou Bamba est finalement devenu un wolof du Baol, une localité située au centre du pays et où, ses parents se sont installés. Musulman, soufi ascétique et mystique, il a beaucoup écrit sur la méditation, les rituels, les études coraniques et les panégyriques du prophète Mohamed (SAWS).

Face aux brimades du colonisateur, Khadimou Rassoul fonde en 1887, la ville de Touba, une bourgade située au cœur du Baol et qui en 125 ans, est devenue la seconde ville du Sénégal du point de vue de la population. Convoqué le 5 septembre 1895 à Saint Louis par le gouverneur général de l’Afrique occidentale française (AOF), il est arrêté, emprisonné à Saint Louis, puis exilé au Gabon. Selon l’administration coloniale, «il ressort clairement du rapport que l'on a pu relever contre Ahmadou Bamba aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves, sont en tous points suspects». Une décision que le Cheikh mit sur le compte de la volonté divine. Appelant les hommes à se tourner vers Dieu, prêchant la non-violence, la quête du savoir utile, le travail, le courage pacifique, la détermination et la foi en Dieu. Il déclarait : "Je ne crains que Dieu, je porte mes espoirs en Dieu, rien ne me suffit si ce n’est la religion et la science."

Après avoir passé sept ans et 9 mois en exil à Mayombé, actuel Gabon, Serigne Touba revient à Dakar en 1902. La liesse populaire qui l’accueillit, poussa l’administration coloniale, à vouloir l’arrêter de nouveau. Une forte colonne de tirailleurs et de spahis fut envoyer, mais face à la détermination de ses talibés, elle rebroussa chemin. Il sera finalement arrêté, une année plus tard, pour être exilé cette fois en Mauritanie. Pacifiste à souhait, Cheikh Ahmadou Bamba n’opposait aucune résistance. Sa seule volonté était d’adorer Dieu et d’enseigner l’Islam. Une attitude qui poussa l’administration coloniale à réaliser en 1910 qu’il «n’était pas son ennemie». N’empêche, elle placera en résidence surveillée à Ndiarème, actuelle Diourbel. Serigne Touba commença la construction de la Grande mosquée de Touba en 1926. Une œuvre qui sera d’ailleurs poursuivie par son premier Khalife Serigne Mouhamadou Moustapha et parachevée par ses différents fils (Fallou, Abdoul Ahad, Abdoul Khadre, Saliou) qui se sont succédé au khalifat. C’est dans cette grande mosquée qu’il sera inhumé à sa mort en 1927. Son œuvre continue à rayonner dans et au-delà du Sénégal. Aujourd’hui des milliers de fidèles, à dos d’âne, en charrettes, en voitures, par avions ou même à pieds, convergent à Touba pour «appuyer Bamba à louer (son) seigneur pour les épreuves traversées». Vous avez dit ascétisme ?

Chaque année plusieurs centaines de milliers de ses disciples effectuent en commémoration de son départ en exil au Gabon un pèlerinage dans la ville sainte de Touba. Ce pèlerinage, organisé les 18 du mois lunaire de Safar et communément appelé Grand Magal de Touba, est l'occasion d'une fervente communion pour les pèlerins qui le considèrent comme le jour de leur salut.

le Cheikh fut l’objet de plusieurs épreuves parmi lesquelles, celle du lion affamé du jardin zoologique de Sor. " Ce jour, il fut enfermé avec un lion qui se montra aussi docile qu’un mouton. " Le Cheikh paisible et sage, déclarait toujours : " Jamais je ne porterai préjudice à qui que ce soit. " Enfermé dans un cachot, le Cheikh récite les sourates de la vache et de la famille d’Imrane.

Le père des historiens et poètes de la confrérie des Mourides Serigne Moussa Ka nous raconte : " Ce jour, le Cheikh eu une vision de sa mère Sokhna Diarra qui l’exhorta à continuer à servir Dieu et son Prophète. Une nuit de vendredi, ses ennemis l’enfermèrent dans une cellule obscure où étaient plantés des poignards et des pointes. " Envoyé par son Seigneur, l’Ange Gabriel protégea Cheikh Ahmadou Bamba qui ne fut pas blessé. Il fut conduit dans une ruelle où un taureau dressé à tuer fut lancé contre lui. A sa première charge, il tomba raide, mort devant le Cheikh grâce à l’assistance de l’Ange Gabriel. A bord du navire, au moment de faire ses ablutions pour la prière de midi (Zuhr), une dame se présente devant lui avec la ferme intention de l'en empêcher. C'est alors qu'intervinrent les anges. Ils portèrent le Cheikh à la surface de l'eau où il fit, dans la paix et la tranquillité sa prière. Au Congo, le Cheikh connut toutes les difficultés. Il fut jeté dans le feu par des mercenaires voulant faire leur propre loi, mais les flammes épargnèrent le serviteur du Prophète. " Ce jour il fut précipité dans un feu par ses ennemis enterré à l’image du Prophète Abraham, le père du monothéisme. "

SOULEYMANE KANE

lesenegalais.net



1.Posté par mame boye le 30/12/2012 05:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

du nouveau sur skype vous voulez connaitre votre avenir ajoutez moi la.voyante89 MERCI

2.Posté par Mouhameth DIOP le 31/12/2012 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CHEIKH AHMAD,

Fils de MOUHAMMAD,
Fils d’HABIBALLAH, naît en l’an 1272 de L’Hégire(*) (1853), dans un petit village du Sénégal fondé par son Grand-Père : MBACKE BAOL.

Il deviendra l’un des plus prestigieux fils de la communauté musulmane.

3.Posté par FocusActu le 31/12/2012 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >


Hebergeur d'image