leral.net | S'informer en temps réel

[CHRONIQUE] Lesbiennes, mais pas trop ! La Justice sénégalaise à nouveau sur le devant de la scène

ThiesVision.com - Et revoilà l’interminable débat de l’homosexualité au Sénégal, un sujet qui a du mal, beaucoup de mal à quitter le devant de l’actualité. La dernière en date, l’affaire des lesbiennes «supposées» du resto-bar Piano Piano à Yoff, avec le placement en garde à vue de cinq jeunes filles pour atteintes aux bonnes mœurs.


Rédigé par leral.net le Samedi 16 Novembre 2013 à 13:28 | | 0 commentaire(s)|

[CHRONIQUE] Lesbiennes, mais pas trop ! La Justice sénégalaise à nouveau sur le devant de la scène
Si «aucun homosexuel n’est en prison au Sénégal» comme s’en est glorifié le ministre de la Justice Sidiki Kaba, l’emprisonnement du chroniqueur Tamsir Jupiter Ndiaye pour plusieurs chefs d’accusations dont acte contre-nature, ne sont pas pour conforter les assertions d’un ministre qui par le passé, s’est fait l’avocat tonitruant de la cause homosexuelle qu’il a défendue à travers le monde.

Dire que les assurances du président Macky Sall devant le président Obama, en juin dernier, avaient toutefois l’air de clore le débat de l’homosexualité et de manière définitive. Mais voilà que le sujet revient au galop, avec cette nouvelle affaire qui s’avère être un test grandeur nature pour la justice sénégalaise.

Selon un quotidien dakarois paru ce samedi, les jeunes filles arrêtées auraient reconnu les faits et assumé les actes posés. Des actes contre-nature lourdement réprimés par le code pénal sénégalais. En toute logique, elles devraient rejoindre Tamsir Jupiter Ndiaye et Matar Diop Diagne condamnés pour les mêmes faits.

Devant le tribunal ce lundi, le jugement de ces jeunes filles ne sera pas anodin, le Sénégal surveillé comme du lait sur le feu par ses partenaires étrangers, qui l’ont indexé récemment à Genève devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, justement sur la question de l’homosexualité.

Lundi, elles ont rendez-vous avec le destin, avec l'histoire: leur condamnation confortera une bonne majorité de Sénégalais, la classe religieuse et les organismes de défense et de sauvegarde des valeurs culturelles en particulier. Alors que leur relaxe ne manquera pas de servir de prétexte aux lobbies homosexuels et leurs pressions multiples sur le Sénégal.

Des lobbies prêts à tout, pour obtenir gain de cause.

«Il n’existe pas dans la législation sénégalaise un texte incriminant l’homosexualité… Aucune personne n’est détenue au Sénégal en raison de son homosexualité». Ces assurances du Garde des Sceaux, Sidiki Kaba en octobre dernier, sont à l’épreuve dans cette affaire qui en rappelle une autre : celle des homosexuels de Mbao qui s’étaient passé la bague.

Et il y a de quoi redouter de nouveau une pression des mêmes lobbies qui ont fait plier la France, les Etats-Unis, entre autres. Notre pays jusqu’ici, demeure l’exception à cette tentative d’uniformisation de ce que l’Occident considère comme des valeurs prétendues universelles…

ThiesVision.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image