Leral.net | S'informer en temps réel



CONFIDENCES DU WEEK-END : Crise ivoirienne, Cheikh Hamidou Kane déçu de Gbagbo

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 10 Janvier 2011 à 03:34 | Lu 1183 fois

Le président sortant ivoirien, Laurent Gbagbo, est presque seul dans la crise post-électorale qu’il a délibérément provoquée. Et cela en refusant de reconnaître sa défaite. Des anonymes comme des personnalités désavouent l’aventure dans laquelle il s’est embarqué. Au nombre des célébrités qui n’approuvent pas l’attitude de l’opposant historique devenu président, il y a l’écrivain Sénégalais, Cheikh Hamidou Kane. Dans le numéro double (2007-2008) du 26 décembre 2010 au 8 janvier 2011 de l’hebdomadaire panafricain "Jeune Afrique", l’auteur de "L’aventure ambigüe" se dit déçu de Laurent Gbagbo dans une interview accordée à ce journal.


CONFIDENCES DU WEEK-END : Crise ivoirienne, Cheikh Hamidou Kane déçu de Gbagbo
Il dit ne pas comprendre que "Laurent Gbagbo qui appartient au petit nombre des intellectuels arrivés à la tête d’un Etat, qui fut un militant, un opposant de la première heure au pouvoir personnel d’Houphouët-Boigny et un partisan de l’unité africaine, n’ait ni évité d’instrumentaliser les appartenances ethniques des électeurs, ni su échapper à la tentation de s’accrocher au pouvoir malgré le verdict des urnes".

lefaso..net


1.Posté par Bécaye le 10/01/2011 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est aussi une surprise pour beaucoup d'Africains.

2.Posté par LERGUI le 10/01/2011 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je crois qu'il a un probleme mental du a la surprise des resultats proclames.il ne s'attendait Apas a cela et en plus il ne croit pas en D I E U .

3.Posté par beuss le 10/01/2011 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gbagbo, je n'ai jamais cru en lui. Même l'expression de son visage, cache mal une mauvaise foi évidente.

4.Posté par yaakar le 10/01/2011 23:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est la mentalité malade des dirigeants africains. Le pouvoir en Afrique n'est pas un service rendu au peuple qui demande beaucoup de sacrifices mais une position de jouissance des biens du peuple. Regardons bien prêt. Qu'est ce qui est arrivé à Tandia du Niger qui voulait se maintenir au pouvoir que pour terminer des projets en oubliant que les cimetières sont regorges de personnes qui se croyaient indispensables. Il y a qu'aussi des faibles d'esprit, au lieu de prôner les valeurs universelles de la républiques, se mettent à citer intempestivement leur président. C'est ce qui se passe lentement et surement en Guinée. En suivant la télé, tous les ministres citent leur Président comme pour le plaire alors qu'ils devraient savoir que s'ils sont nommés ministres, c'est parce qu'ils sont compétents. Je me demande est ce que ce ne sont pas nous même qui fabriquons ces monstres de dirigeants qui une fois en position de confiance démesurée et d'autorité sauvage se croient tous permis. Pourquoi un jeune comme Aliou Sow ministre des collectivités se mette il à défendre un Wade mourant fini au crépuscule de sa carrière alors qu'il est tout jeune et devrait normalement croire à ses compétences? Il appartient à Wade de se défendre en apportant du nouveau pour que la majorité des sénégalais lui accordent encore leur confiance à diriger le pays. Il faut savoir raison garder.
Cessons de glorifier nos dirigeants et croyons aux valeurs qui restent après le passage des hommes. Comme qui dirait que les hommes passent et les institutions demeurent. Et il faut fortifier l'idée du Président Obama qui disait que l'Afrique n'a pas besoin d'homme puissants mais des institutions fortes. Et en vérité l'homme est crée faible, s'il est fort c'est parce que ses semblables l'ont rendu forts. D'ailleurs c'est en étant faible qu'on est fort. Tous ceux qui ont la grande gueule et qui se croient forts en vociférant, en criant comme le faisait le président des étudiants mourides sont en réalité des gens vides et très faibles.

5.Posté par Kiné le 11/01/2011 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

gbagbo ou la honte pour notre continent...........


Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site