leral.net | S'informer en temps réel

CONSTAT DE L’ASSOCIATION DES DIABÉTIQUES : Un mort toutes les 10 secondes dans le monde

Toutes les 10 secondes une personne meurt du diabète dans le monde. Toutes les 30 secondes, un patient est amputé quelque part sur la planète pour la même cause.

En 2025, la prévalence en Afrique serait de l’ordre de 80%. Au Sénégal, plus de 2 % de la population souffre de cette maladie dite du sucre


Rédigé par leral.net le Mardi 28 Octobre 2008 à 14:37 | | 0 commentaire(s)|

CONSTAT DE L’ASSOCIATION DES DIABÉTIQUES : Un mort toutes les 10 secondes dans le monde
Déjà plus de 2.000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année au Centre Mark Sankalé, l’unique structure de prise en charge des personnes atteintes de la maladie à Dakar et au Sénégal. Un tableau sombre peint vendredi dernier par les diabétologues. C’était lors de l’ouverture du Congrès national sur le diabète au Sénégal.

Devenu un réel problème de santé publique mondiale, l’ampleur et la croissance de cette maladie sont inquiétantes pour tous les habitants de la planète.

Dans nos pays, son extension est assimilable à une véritable explosion silencieuse et dévastatrice. C’est parce que le diabète, dont les complications et l’étendue de son ampleur demeurent méconnues, s’appuient sur l’ignorance des populations, pour étendre son mal.

Monsieur Baye Omar Guèye, journaliste à SudFM et secrétaire général de l’Association sénégalaise des diabétiques (Assad), dans son rapport introductif du congrès, a souligné que pour faire tomber la barrière de l’ignorance, les médias et la presse en général, ont un rôle fondamental à jouer dans la sensibilisation et l’éducation des populations.

Il s’agit, selon lui, de toucher un large public et, chaque support, avec ses spécificités, doit présenter des avantages mais aussi des limites. Un travail qui ne peut se faire, a-t-il dit, que par la presse audiovisuelle et la presse écrite. Car, estime-t-il, si on part du principe selon lequel, la connaissance d’une pathologie est la moitié du chemin parcourue dans la croisade contre celle-ci, l’utilisation des médias et les communications de masse s’avèrent urgente et incontournable.

Auparavant le Pr Moustapha Sow, diabétologue, qui a animé une présentation sur l’obésité adolescente a pensé opportun de tirer la sonnette d’alarme pour que l’Afrique échappe à cette question. Il est constaté aujourd’hui, selon lui, un surpoids physique au niveau des jeunes garçons et filles. Et de faire remarquer que plus on est obèse moins on est protégé par le diabète.

Lançant un appel, il a conseillé aux populations de prendre toutes les dispositions de prévention surtout pour les familles qui vivent déjà avec des diabétiques. Un diabétique dans une famille, un hypertendu ou encore une sœur atteinte du cancer du sein, devraient permettre au reste des membres de cette même famille de surveiller leur état de santé, a prévenu le diabétologue.

Expliquant les causes de cette maladie, il dira qu’aujourd’hui, le mode vie a changé et l’alimentation est devenue grasse et sucrée. La sédentarisation avec un minimum d’effort et l’âge avancé, sont autant de facteurs qui ajoutent aux risques de ce mal universel.

Auteur: Cheikh Tidiane MBENGUE SudQuotidien






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image