leral.net | S'informer en temps réel

CONTRE LE RELOGEMENT DE 2500 FAMILLES A SANGALKAM : le Collectif des inondés de Keur Massar sur le pied de guerre

Dans la banlieue, après la pluie c’est le mauvais temps. La preuve, ça commence à patauger dangereusement dans certains quartiers. A Keur Massar, le Collectif des inondés est déjà sur le pied de guerre. Ses responsables clament haut et fort qu’ils ne comptent pas rejoindre Sangalkam où le gouvernement a décidé de loger certaines populations habitant dans des zones inondées.


Rédigé par leral.net le Samedi 3 Juillet 2010 à 14:21 | | 0 commentaire(s)|

CONTRE LE RELOGEMENT DE 2500 FAMILLES A SANGALKAM  : le Collectif des inondés de Keur Massar sur le pied de guerre
De Fass Mbao, sur la route Mame Diarra à Boune, à hauteur du tableau Dibiterie et à Thiaroye, en passant par la station de Yeumbeul, Malika, Mtoa dans les Parcelles assainies, partout les populations pataugent déjà dans les eaux. L’application du plan Orsec 2009 n’a pas tenu toutes ses promesses, car différentes zones de Yeumbeul, Malika, Keur Massar restent sous les eaux. Et ce, malgré les tentatives d’évacuation des eaux à travers les caniveaux, qui tardent à prendre forme. Si l’on se réfère à la première pluie, la psychose gagne les habitants quant aux prochaines précipitations qui s’annoncent diluviennes. Le gouvernement, conscient des inondations inévitables, compte sortir des eaux 2500 familles vers un site situé à Sangalkam. Seulement, les conditions restent à être définies et les populations sont réticentes, du fait qu’elles avaient rencontré d’énormes difficultés lors du précédent plan Orsec. Elles avaient été regroupées sous des tentes, en cohabitation avec l’armée, à Yeumbeul et Thiaroye.

Pour éviter pareille situation, le Collectif des inondés de Keur Massar menace toute autorité qui demanderait que les habitants soient pris en « otages » sous ces tentes. A en croire le chargé de communication, Babacar Djiméra, « le gouvernement devait plutôt songer à diligenter les travaux de dragage des eaux et sommer la société responsable des Parcelles assainies de rembourser des quittances de loyer aux nombreux sinistrés propriétaires de maison, à défaut de procéder à leur indemnisation. Pour rappel, le Collectif s’adressant au ministre de l’Urbanisme, l’année passée, avait trouvé une solution éphémère avec un système le drainage par gravitation à travers des tranchées. Mais les milliards injectés récemment pour venir à bout des inondations n’ont pas encore servi à grand-chose. Car les travaux, timidement entrepris, n’optimisent pas les chances de maîtriser les eaux pluviales cette année.

Mamour AW






Hebergeur d'image