leral.net | S'informer en temps réel

CRACHATS PUBLICS, DÉPÔTS D’ORDURES SAUVAGES, HYGIÈNE CORPORELLE : Sommes-nous fâchés avec la propreté ?

La santé du corps, sa beauté et sa fraîcheur relèvent des aspects auxquels l’Islam accorde un soin particulier en considérant qu’ils font partie de la substance même de son Message. Aussi, l’individu ne peut être acceptable et respectable aux yeux de l’Islam, que s’il prend soin de son corps, grâce à la propreté, et que lorsque sa nourriture et sa tenue générale échappent aux souillures et aux états répugnants. Car la santé du corps et sa pureté n’assurent pas seulement une amélioration matérielle, mais leur effet est profond sur la purification de l’âme et l’aptitude de l’homme à assumer le poids de la vie. Voici résumée, la problématique de notre dossier.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Août 2010 à 03:11 | | 3 commentaire(s)|

CRACHATS PUBLICS, DÉPÔTS D’ORDURES SAUVAGES, HYGIÈNE CORPORELLE : Sommes-nous fâchés avec la propreté ?
« Nous sommes sales ! » Ce coup de gueule d’un collègue journaliste renseigne amplement sur la pratique des Sénégalais de la propreté. Pour se convaincre de la pertinence de ce propos, il suffit de promener son regard et son nez dans les environs immédiats de son lieu d’habitation, fût-il résidentiel, dans Dakar. « Cadavres » de cannettes ou de bouteilles de boisson, sachets en plastiques qui ornent rues et ruelles, la capitale sénégalaise présente un tableau peu flatteur du Sénégal. Si ce ne sont des immondices, ce sont des égouts défaillants qui cohabitent avec les esplanades de bon nombre de mosquées. Avec un brin de fatalisme, on s’en accommode volontier. Et comme pour conjurer cet état de fait, Fatou Ndiaye dit non à la saleté. La soixantaine bien entamée, elle réside à Ouagou Niayes. Et c’est aux premières heures de l’aurore qu’elle s’arme de son balai pour nettoyer la maison. Mais également les abords de la mosquée qui jouxte son lieu d’habitation. « J’ai été élevée dans la propreté et, en bonne musulmane, je ne peux être autrement », explique-t-elle. C’est avec beaucoup d’amertume qu’elle réprimande ses petits fils lorsqu’ils font acte de négligence dans leur comportement. La même préoccupation de propreté est partagée par le journaliste Seydou Nourou Dia. Pour ce dernier, l’Islam, c’est la pureté. Et qui dit pureté dit propreté.

Donc, au regard du journaliste, un bon musulman doit être propre. Il doit également se soucier de la propreté de son environnement. A la question de savoir si on peut être un bon musulman sans être propre, Idrissa Dia, instituteur à Nouakchott, est sans ambigüité. « Non, car Dieu a dit dans le Coran qu’un bon musulman doit être propre de l’intérieur et de l’extérieur. Dieu aime la propreté, le prophète Mohamed (PSL) l’a dit et répété dans les hadiths ». Ibrahim Ly, secrétaire général chargé des affaires administrative de la Fondation GIVE 1 PROJECT, pense personnellement que le bon musulman se distingue à travers ses actes et son comportement dans son entourage. Or, développe-t-il, la propreté psychique et physique vont de pair pour ne pas dire se reflètent à travers la démarche. Un type de comportement à adopter par rapport à l’environnement immédiat. Dans le même registre, Ibrahim Ly conçoit difficilement qu’on puisse être un bon pratiquant en étant dans un état psychologique ou physique impropre. Ainsi, argue-t-il, cette propension se répercute sur notre vécu et par conséquent, notre degré à être un bon pratiquant en prend un coup.

En effet, les contraintes de la vie ont grand besoin d’un corps solide, ferme et résistant. L’Islam a honoré le corps en faisant de sa purification complète une exigence indispensable à chaque prière et en instituant cinq prières obligatoires chaque jour. Il a imposé à l’homme la charge de bien laver son corps entièrement, à plusieurs occasions qui se répètent régulièrement dans sa vie. Cela représente la purification complète. Dans les situations ordinaires, le fidèle est tenu de se laver les membres et les parties exposés à la pollution atmosphérique et au contact avec l’extérieur dans les activités quotidiennes, ainsi que les organes du corps qui émettent beaucoup de sécrétions.


El Hadji Massiga FAYE
Source Le Soleil



1.Posté par Fagraphi le 19/08/2010 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au delà même de la communauté musulmane tout être humain vivant sur la terre doit ou sinon même l'obligation de cultiver la culture de la propreté tout en ayant le sens de l'hygiène aussi bien que corporelle que dans nos comportement de tous les jours .

Mais aussi l'éducation de base pose un problème ce qui est dommage et malheureux à l'image du pays, par rapport à nos compatriote africain et au vu des pays occidentaux.

A celà s'ajoute l'indiscipline caractériser notoire de nos population je s8 désoler de le dire c'est ce qui ce passe partout. Tu auras beau mettre des sacs à poubelle cela ne servira à rien si chez soit on est pas propre............


2.Posté par Bozz le 19/08/2010 14:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Où est passé le civisme;C'est toujours d'actualité.

3.Posté par lili le 19/08/2010 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

que dires des talibés qui sont élevés dans la crasse !!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image