leral.net | S'informer en temps réel

CRI DE CŒUR D’UN EX-TALIBÉ


Rédigé par leral.net le Samedi 9 Mars 2013 à 11:01 | | 11 commentaire(s)|

C'est avec beaucoup d'amertume et un cœur meurtri que j'ai suivi les journaux qui ont relaté en détails les circonstances de la mort des neuf enfants de la médina. L'incendie les a surpris et ne leur a laissé aucune chance. Paix à leur âme. C'est également avec tristesse que j'ai suivi la ruée des politiciens vers les lieux de l'accident. Le président et ses ministres tels des extraterrestres venus de la planète Mars, se sont tous présentés à l’endroit du drame. Ils donnaient l’impression d’être, très touchés par les pertes humaines et surpris de l’existence d’endroits aussi exigus où précarité et insalubrité cohabitaient sans déranger personne. Ces barons de la république jouaient-ils encore une fois une pièce de théâtre? Étaient-ils simplement déconnectés de la réalité des Sénégalais pour afficher tant d’ignorance et faire des déclarations aussi choquantes et inappropriées face à la situation?
Le peuple sénégalais commence à s’habituer aux sorties rocambolesques mais peu efficientes du président Macky Sall qui disait déjà pendant la campagne électorale «ce ne sont pas des promesses, mais des engagements» en parlant d’amélioration des conditions de vie des Sénégalais, en particulier, la diminution de la cherté de la vie. Le remplacement de Wade par Macky semble jusqu’à présent se résumer simplement à déshabiller Pierre pour habiller Paul. Sorti de l'école du Wadisme, le président a malheureusement du mal à réciter une leçon autre que celle qu'il a apprise. Les sorties musclées, les déclarations spectaculaires sont des marques indélébiles du PDS que l’APR a fièrement héritées. Elles rappellent les supercheries pleinement camouflées qu’utilisait Wade et qui avaient menées le peuple complètement en bateau. Avec ce nouveau régime, tout porte à croire que nous ne sommes pas encore sortis du trou cauchemardesque dans lequel Wade nous a laissé. Très enclin à beaucoup de bla-bla et peu d’action, le gouvernement a du mal à joindre l’acte à la parole.
J'ai suivi avec beaucoup de stupéfaction les différentes réactions, d'abord celle du ministre chargé de la bonne gouvernance ensuite celle du premier ministre et enfin le tour du président de la République. Ils ont condamné avec fermeté non pas la négligence et le manque de sécurité ayant conduit à la catastrophe, mais ont tout bonnement attaqué les maîtres coraniques et les responsables des enfants de la rue. Leurs déclarations lapidaires et fracassantes semblent plus fondées sur l’émotion que sur la raison. En tout cas, elles cachent mal leur incompréhension du phénomène des enfants de la rue. Latif parle d’autopsie, d’enquête et profère des menaces de punition tandis que Macky Sall déclare la fermeture des «daaras» et la fin ou en tout cas, l’interdiction de la mendicité des enfants. En adoptant de telles attitudes, ils risquent de commettre, comme ils en ont l’habitude, l’erreur de vouloir «vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu». Autrement dit, le résultat ne peut être qu’incertain pour quelqu’un qui pense résoudre un dilemme sans le comprendre, bien le circonscrire et adopter une bonne démarche.
Macky Sall ne devrait pas être si amnésique au point d’oublier qu’en 2005 une loi interdisant la mendicité avait été votée et elle est toujours de rigueur. Pourtant le phénomène est encore là. Nos dirigeants prennent souvent des mesures conjoncturelles basées sur des considérations complètement déconnectées de la réalité des Sénégalais. C’est pourquoi leurs applications sont souvent difficiles, voire même impossibles. Ce problème est plus profond et plus sérieux qu’il ne le paraît, il faut donc un plan sérieusement pensé pour le régler définitivement. Il ne peut être résolu sur des coups de tête à la suite d'un accident regrettable. Encore une fois, ces décisions hâtives et irréfléchies s’apparentent plus à des tactiques politiciennes visant simplement à tromper la vigilance des Sénégalais. Le peuple en a marre et comprend bien que ce qu’ils font n’est que de l’amateurisme dont le seul but est de lui jeter la poudre aux yeux.
Les écoles coraniques sont aujourd’hui indexées, mais force est de comprendre qu’elles ne sont pas les seules instances à envoyer des enfants dans la rue. À y voir de plus prêt et en connaissance de cause, le fonds du problème est la pauvreté et l’absence de soutien de l’état aux familles infortunées. Aucun parent, ni maitre coranique n’envoie un enfant mendier à cœur joie. Mais pour certains, la mendicité est un moyen de survie, une voie inévitable pour joindre les deux bouts. Ils le font presque tous par contrainte.
Au Sénégal, la répartition des richesses est très illégale et inégale. Rappelons que pour quelques années passées au gouvernement de l’ex-régime, la fortune du président actuel s’élève presque à une dizaine de milliards. Dans le pays, il n y a pas de sécurité sociale. Les pauvres sont laissés au compte de la débrouillardise quotidienne. Les disparités sociales contraignent les plus démunis à n’avoir d’autre recours que la mendicité pour survivre. Imaginez un peu la situation de cet enfant, dont les parents sont handicapés visuels ou moteurs, et dont l’existence est complètement ignorée par les programmes de l’état. Il est obligé de se débattre avec les moyens du bord dont le plus accessible est de faire la manche. Les pays développés ont ces mêmes problèmes sociaux, mais à la place de passer leur temps à parler, ils ont développé des programmes d’assistance sociale. Certains cas sont entièrement pris en charge par l’état. Pendant ce temps, on assiste au Sénégal à des spectacles parfois ignobles et inhumains au vu et au su de toutes les autorités. Pensez un instant à la marche des élèves aveugles de Thiès qui réclamaient juste leur droit de prise en charge et l’intervention musclée de la police face à ces handicapés sans défense. La scène nous incitait à croire que l’état veut les contraindre à retourner tendre la main dans la rue. Sans prise en charge, comment freiner le défilé des enfants en haillons dans nos rues? Il faut être sérieux.
Au Sénégal, le manque de sérieux des dirigeants est criard et le peuple ne peut plus continuer à supporter des injustices de toutes sortes et des comportements motivés uniquement par des querelles de positionnement politique. Le peuple veut des réponses à ses questions.
Beaucoup d'organismes œuvrent dans la lutte contre le travail des enfants et nous n'avons jamais vu le gouvernement manifester un quelconque désir de soutien en leur endroit. Oustas Alioune Sall le mentionnait récemment. Il entretient un empire d’enfants sans aucune aide de l’état. D’autres organismes existent, mais ils déplorent presque tous cette indifférence des autorités publiques.
Et les voilà, comme réveillés en surprise dans leur rêve par l’évènement macabre du 4 Mars 2013, ils débarquent sur les lieux pour crier comme des chiens enragés qu'ils ne veulent plus voir d'enfants mendier. C'est avec regret que je vais leur dire que le problème continuera tant et aussi longtemps que des mesures d’accompagnement idoines ne seront prises pour prendre en charge ces mômes. On ne gouverne pas en prenant des décisions hâtives basées uniquement sur un évènement ponctuel. Toutes les décisions doivent s'inscrire dans un programme bien muri. La loi d’interdiction existe déjà, mais son application effective ne pourra se faire de façon isolée. Elle devra faire partie intégrante d’une série de mesures visant à aider les parents et les maitres coraniques à mieux supporter le coût de la vie.



Babacar BA (ex-talibé), auteur du livre : Leurres et lueurs de l’émigration
Gatineau – Canada





1.Posté par Bessel le 10/03/2013 00:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est malhonnête de dire que l'Etat veut fermer les daaras.
Il faut arrêter ces conneries.

2.Posté par pas d'anti-valeur le 10/03/2013 09:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien dit Babacar, je me demande bien d’où aller venir la réponse!
Les millions que nos Diomba niaaw dépensent sous forme de dons ne servent qu'à assoir leur base politique
Et ils ne donnent jamais ce qui leur appartient mais toujours l'argent du pauvre sénégalais qui n'a pas le droit de tomber malade Euskeuy

3.Posté par Vive le NTS le 11/03/2013 08:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Toi aussi mon cher Babacar, tu as une réaction émotionnelle ! car dire que c'est l'état qui doit prendre en charge les talibés ! il faut arréter ! déjà qu'il a du mal à prendre les nos écoles et lycées et universités ! Soyons honnêtes !!!!!!!! Pour rappel, nous sommes un pays pauvres ! alors l'état doit faire ceci, celà et j'en passe, c'est tout simplement pas possible.
Rappelons nous des mots d'un Grand homme politique; "Ne nous posons pas la question à savoir ce que Le pays peut faire pour nous, mais plutôt ce que nous pouvons faire pour Le pays"
Arrêtons de développer cette mentalité d'éternel assisté ! attentiste ! AGISSONS !!!!!!

l'erreur, c'est déjà de faire des enfants alors que l'on sait pertinament qu'on a pas le minimum de moyen pour s'en occuper ! bordel de m.e.r.de.

4.Posté par Vive le NTS le 11/03/2013 08:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Et que personne ne me dise que Dieu moye mayé dom !
Car c'est surement pas le Seigneur que t'a dis d'aller courtiser et/ou de coucher avec la fille ou ta femme (sans précaution).

5.Posté par pas d'anti-valeur le 11/03/2013 09:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvreté qui découle plus d'une richesse est inégalement reparti : ""Le butin provenant [des biens] des habitants des cités, qu'Allah a accordés sans combat à Son Messager, appartient à Allah, au Messager, aux proches parents, aux orphelins, aux pauvres et au voyageur en détresse, afin que cela ne circule pas parmi les seuls riches d'entre vous. Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu'il vous interdit, absentez-vous en; et craignez Allah car Allah est dur en punition. » L'exode Al-Hasr : 7 , d'une dette usurière colossale que nous ne pourrons finir de payer, d'une corruption sans vergogne!
Les enfants qui naissent ne sont en rien source de pauvreté je me demande qui est venue au monde avec un carnet de chèque pour ses parents....Il aurait suffit d'une bonne éducation (je ne dit pas instruction) en inculquant des valeurs hautement humains de Diome, Gor, Ngoor, Keersa pour que nous ayons des vaillants bras pour booster notre économie et que nos milliards aillent là ou ils doivent aller!
Et comme le peuple est en manque de valeurs c'est sur que ceux qui vont diriger en manquerons nécessairement! Et si le Bon Dieu par sa miséricorde en envoie un on le massacre
Le "Dictateur'' khadafi l'avait bien réussit lui en mettant tout les indicateur de la Libye au vert et boum on le massacre sous prétexte de la liberté et avant lui Thomas Sankara avait fait atteindre le Burkina l'auto-suffisance alimentaire en 4 ans et lui aussi Boum!
Je me demande bien si tout n'est pas fait pour nous maintenir dans la misère et on s’étonne que les gens mendient!
N'est pas Musulmans celui qui mange à satiété sans se soucier si son voisin à diner ou non à enseigner le prophète!
Voilà un exemple d'enseignement pour la solidarité nationale et internationale
Je ne suis pas pour la mendicité mais pour l'entre-aide

6.Posté par pas d'anti-valeur le 11/03/2013 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@NTS
Effectivement c'est lui qui donne les enfants mais IL a aussi fixé des interdits '' ne vous approchez pas de la fornication c'est une turpitude et mauvais chemin (vers la pauvreté et la perte des liens de parente à mon entendement bien sur).
Comment un pauvre peut il se procurer des anti-retroviraux alors qu'il a faim! ce qui fait que l’État va être obliger de l'aider ou ses proches de se vider les poches car le sida ne tue pas presto
La pauvreté ce n'est pas une malédiction mes il peut s'agir d'une punition conséquent au fait des déviances par rapport aux lois qu'elles soit morale ou autre imposées par le Créateur

7.Posté par ibra le 11/03/2013 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

- Pape comprends un peu une chose, les dirigeants ont des devoirs vis à vis du peuple
‎-- 400000$ est le salaire de Barack Obama président des états unis. Ce salaire multiplié par 10 années équivaut à 4000000$ = 4 millions de dollars c'est à dire 2 milliards de francs CFA.
-- 296000$ est le salaire de Stephen Harper premier ministre du canada. Ce salaire multiplié par 10 années fait 2960000$ = 2 millions 960 mille dollars c'est à dire 1 millard 480 millions de francs CFA.
-- Si ces deux présidents ne touchaient pas leurs salaires et vivaient uniquement de leurs privilèges et avantages, en 10 ans, ils n'économiseraient pas plus que 2 milliards. de nos francs.
-- Selon plusieurs sources, la fortune de notre cher président est évaluée à 8 milliards.
-- Un esprit logique peut il comprendre qu'un tel président puisse diriger une équipe de lutte contre l'enrichissement illicite? Comment un tel état peut-il parler de manque de moyens pour prendre en charge les plus démunis? Ils doivent arrêter la récréation et commencer à se pencher sur les vrais enjeux de l'heure. Tout est cher au Sénégal, le peuple souffre, l'éducation sabotée, la santé négligée....Comment pouvons nous parvenir à des adultes responsables si les enfants ne sont pas bien formés?

8.Posté par pas d'anti-valeur le 12/03/2013 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ibra
Clap clap clap clap ( applaudissement)

9.Posté par BOUNKATAB le 12/03/2013 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est a se demander si les dirigeants de ce pays lisent et prennent en compte de telles contribution.C'est a se demander si autour du president de la republique gravitent des conseillers qui peuvent agir en professionnels.De quoi s'agit t-il ? D'abord de daaras respectant les normes et qui ne beneficient d'aucun appui de l'etat, ensuite de daaras informels avec des talibes obliges de mendier pour vivre et enrichir en meme temps le maitre coranique et e

10.Posté par BOUNKATAB le 12/03/2013 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est a se demander si les dirigeants de ce pays lisent et prennent en compte de telles contribution.C'est a se demander si autour du president de la republique gravitent des conseillers qui peuvent agir en professionnels.De quoi s'agit t-il ? D'abord des daaras respectant les normes et qui ne beneficient d'aucun appui de l'etat, ensuite de daaras informels avec des talibes obliges de mendier pour vivre et enrichir en meme temps le maitre coranique et enfin des personnes pauvres qui mendient dans la rue pour survivre.Cette mendicite ne s'arretera jamais jusqu'a la fin des temps parceque il y aura toujours des personnes qui eprouvent le besoinde faire l'aumone. Que peut faire l'etat pour venir en aide aux pauvres ?Non seulement le ministere de l'action sociale doit accomplir pleinement sa mission, mais les fondations carritatives aussi doivent intervenir chaque jour et ne pas attendre les inondations et autres calamites.Les ministeres, les mairies, les societes d'etat et les societes privees ont des volets sociaux, ils n'ont qu'a les mettre en pratique sans attendre qu'on les sollicite.Un gouvernement et ses demembrements ne peuvent ne pas faire du social tout azimut et interdire la mendicite.Bien que le president ait precise dans sa declaration qu'il ne veut ni ne peut interdire la mendicite, les personnes malintentionnees comme Sidy lamine Niasse et Modou Bousso Deng ont compris que ce sont les daaras et l'islam qui sont vises.Alors ce que l'on peut conseiller a un gouverment qui veut agir avec efficacite, c'est d'etudier serieusement les cas qui se presentent avant de prendre une decision.

11.Posté par coxeur le 12/03/2013 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

parfaitement d'accord avec vous quand vous soulevez ce manque d'assistance des familles diminues et de manque de politique bien élaborée pour ces dernières.Cependant cette decision pour moi constitue un début d'une série de mesures qui va certainement apporter une solution définitive.Certes je ne suis pas politique mais ce phénomène de mendicité juvénile vraiment dépasse l et chaque jour que Dieu fait nous assistons a des scenes ignobles et insensées de ces pauvres mendiants squelettiques, maladifs et de plus en plus exposes a la pédophilie.Oui babacar je comprends ton cri de détresse mais il est grand temps d'arrêter cet phénomène qui n'honore aucun fils de ce pays qui se réclame musulman.Oui pour l'arrêt définitif de la mendicité,oui pour une meilleure charge des familles les plus diminues et oui pour des actes concrètes et finalement oui pour l'application sans délai de l'arrêt de la mendicité.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image