leral.net | S'informer en temps réel

Cabriolage chez Gackou: Le présumé auteur, un vigile du n°2 de l'Afp déféré au parquet

On en sait davantage sur les circonstances du vol de matériels commis la nuit avec effraction au domicile du numéro 2 de l’Alliance des forces du progrès (Afp), Malick Gackou, par ailleurs, ancien ministre du Commerce. L’un des gardiens du responsable politique de l’Afp a été démasqué et mis sous les verrous.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Février 2015 à 15:03 | | 1 commentaire(s)|

Cabriolage chez Gackou: Le présumé auteur, un vigile du n°2 de l'Afp déféré au parquet
Le présumé cambrioleur du domicile en chantier de Malick Gackou sis au quartier Mbod 3 a été interpellé et déféré, hier, au parquet par le commissariat de police de Guédiawaye. Il s’agit de S. Diallo, un des agents de sécurité du numéro 2 de l’Alliance des forces du progrès. Le vigile de l’ancien ministre a été placé sous mandat de dépôt, hier, pour complicité de vol aggravé commis la nuit avec effraction. Le vol de matériels (quatre téléviseurs à écran plat et matelas orthopédique) a été constaté jeudi 12 février à 10 h par le vigile El hadji M. Sagna. Celui-ci alerte, par téléphone, le garde du corps de M. Gackou, le lutteur, Mamadou D., alias Ambulance, qui arrive et constate le cambriolage. Il informe le gardien S. Diallo, 25 ans, qui était de garde la veille, qui rapplique au chantier et effectue avec eux l’éventaire des objets volés.

L’agent de sécurité clame cependant son innocence et indique n’avoir pas constaté de vol de matériels dans la bâtisse au moment de rentrer chez lui. Le lutteur Ambulance saisit leur employeur, M. Gackou, qui dépose une plainte contre X au commissariat de police. Aussi, déclare M. Gackou, devant les enquêteurs policiers, «j’ai été informé du vol par mon garde du corps, Mamadou D. dit Ambulance. Les malfaiteurs auraient accédé à l’intérieur de l’immeuble par escalade sans aucune trace d’effraction. J’étais, pourtant, de passage cette nuit-là à 00 h dans l’immeuble pour superviser les travaux en cours. J’ai quitté les lieux à 01 h. Mais il ne s’était rien passé sur le chantier. La porte principale de la bâtisse se ferme à clef, mais pas celle des chambres. Quatre postes téléviseurs de marque et un matelas orthopédique ont été volés», dira M. Gackou qui réclame l’application stricte de la loi.

Après investigations, les éléments du commissaire central de police, Bécaye Diarra, - sous la houlette du chef de sûreté, Adramé Sarr - appréhendent le vigile de la veille, S. Diallo, et placent en garde à vue le suspect, pour les besoins de l’enquête. Le second vigile, El hadji M. Sagna, indique avoir pris service à 07 h 45 le lendemain des faits. «C’est S. Diallo qui assurait la sécurité, cette nuit-là. A mon arrivée, je ne l’ai pas trouvé sur place pour le traditionnel passage de témoin. J’ai constaté le vol des matériels lorsque je montais au premier étage pour éteindre les lampes. J’ai alerté notre chef de service qui est le lutteur doublé de garde du corps de M. Gackou, Mamadou D. alias Ambulance», déclare le gardien Sagna.

Mais, S. Diallo, le vigile suspecté, a battu en brèche les accusations de vol aggravé et de complicité. Il affirme voir été informé du cambriolage par le lutteur Ambulance alors qu’il était chez lui en train de s’occuper de son bétail. Ainsi, il soutient être blanc comme neige dans cette affaire et dit ignorer l’identité du ou des monte-en-l’air. «J’ai quitté mon poste de garde à 06 h du matin sans attendre que mon collègue Sagna vienne me relayer. Mais, c’est celui-ci qui m’a demandé de partir, car il n’y avait pas de risque. Je ne suis pas de mèche avec les voleurs de mon employeur. J’ai tout simplement commis l’erreur de quitter le poste de garde sur avis de mon collègue alors que j’aurais dû l’attendre jusqu’à ce qu’il vienne prendre la relève. Je n’ai pas abandonné notre guérite et ne me suis pas non plus endormi. J’ai effectué deux rondes, cette nuit-là, l’une à 03,h et l’autre vers 05 h. Signalons qu’il y’a un amas de gravats derrière le bâtiment qui pourrait faciliter l’accès aux cambrioleurs. Je ne reçois jamais de visite à mon lieu de travail. Aucune présence suspecte n’a été constatée durant la nuit des faits», a indiqué le présumé cambrioleur.

Mais, vu la nature de la configuration de l’immeuble en chantier et surtout l’emplacement du poste de garde des deux vigiles, force est de constater que l’introduction d’individus aurait sans doute pu éveiller les soupçons de l’agent de sécurité de garde. D’où, nous renseignent nos sources, le motif pour arrêter le vigile suspecté, S. Diallo.

Grand-Place






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image