leral.net | S'informer en temps réel

Candidature à la Présidentielle : Pression Socialiste sur Tanor

Membre du Bureau politique du Parti socialiste, Alioune Ndoye estime que la question sur la candidature du Ps doit être tranchée maintenant au sein du parti. A deux ans de la Prési­den­tielle, le maire de Plateau est d’avis que «le temps joue contre» le Ps.


Rédigé par leral.net le Lundi 6 Juillet 2015 à 12:27 | | 6 commentaire(s)|

Candidature à la Présidentielle : Pression Socialiste sur Tanor
Alioune Ndoye estime que le Ps doit, par «respect à ses militants», régler le «problème épineux» de sa candidature à la prochaine Prési­dentielle. «Il y a un débat qu’on ne peut plus continuer de projeter dans l’avenir. Il s’agit du problème de la candidature qui doit être posée dans les instances et qu’il faut liquider», a sollicité le maire de Plateau, hier, à l’émission Sortie de Walf Tv. «Il est de l’intérêt du Ps de vider cette question. Si nous devons avoir un candidat, il faut que cela soit acté maintenant parce que le temps sera contre nous. Si, en revanche, nous ne devons pas avoir de candidat, qu’on nous le dise tout de suite avec des arguments solides. Il faut qu’on respecte nos militants», martèle le responsable des cadres socialistes.

«La principale cible de ce Règlement intérieur, c’est le Ps»

Par ailleurs, Alioune Ndoye «condamne» l’attitude de son camarade de parti, le député Cheikh Seck, un des signataires de la proposition de loi modifiant le Règlement intérieur de l’Assem­blée nationale. «On ne peut pas, parce qu’on défend une proposition de loi, descendre en flammes ses camarades socialistes dans la presse», regrette-t-il, avant de réclamer des sanctions contre le coordonnateur du sous-groupe des députés du Ps à l’Assemblée nationale. «Je con­damne vigoureusement cet acte. Et je pense que le parti doit sanctionner son auteur parce que les actes d’indiscipline, on ne peut pas les permettre d’un côté et les sanctionner de l’autre», soutient-il. D’ail­leurs, par rapport à cette loi votée la semaine dernière, M. Ndoye considère que c’est le Ps qui est visé. «Ce type de Règlement intérieur, sa principale cible, c’est le Parti socialiste. Si on n’a pas peur de dire la vérité, il faut l’admettre. C’est le Parti socialiste qui a 20 députés et qui pouvait créer un groupe parlementaire. Ils n’ont pas confiance au Ps», souligne-t-il tout en regrettant que cette question qui a semé la division au sein du Ps n’ait pas été discutée au sein des instances de leur parti.

«Dire que nous gouvernons ensemble est une insulte pour le Ps»

En outre, le maire socialiste de Dakar Plateau s’insurge contre ceux qui affirment que le Ps gouverne avec l’Apr. «Aujourd’hui, le gouvernement comporte presque 40 ministres ou plus. Nos ministres ont été réduits à deux, soit 4% du gouvernement. On nous dit qu’on gouverne ensemble. C’est une insulte», s’alarme Alioune Ndoye. Il fait remarquer le Ps ne dirige aucune institution de la République. «On nous dit que nous nous engraissons alors qu’on a que trois Pca pour un Président qui peut nommer des dizaines de milliers d’emplois civils et militaires», argumente-t-il.

Le Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image