Leral.net | S'informer en temps réel



Capitaine Sanogo : « nous n’étions pas venu pour confisquer le pouvoir »

le 10 Avril 2012 à 19:25 | Lu 1023 fois

Alors que les tractations avec la CEDEAO étaient pratiquement bouclées, le capitaine Amadou Sanogo, s’est entretenu avec Les Afriques. L’officier qui a mis fin au régime du président Amadou Toumani Touré dans la nuit du 22 mars est catégorique : le CNDR n’était pas venu pour confisquer le pouvoir. Exclusif.


Capitaine Sanogo : « nous n’étions pas venu pour confisquer le pouvoir »
Les Afriques : Mon capitaine, vous venez de conclure un accord avec la CEDEAO à effet de transférer le pouvoir aux institutions républicaines. C’est un acte qui prouve que vous n’étiez pas là pour vous maintenir au pouvoir. Alors, que deviendra le capitaine Sanogo au lendemain de ce transfert de pouvoir ?
Capitaine SANOGO : tout d’abord, merci de m’offrir cette occasion de m’exprimer dans les colonnes de votre organe. Permettez-moi de saisir cette occasion pour saluer toute la communauté chrétienne du Mali qui fête Pâques et de témoigner, au nom du CNRDRE et du peuple Malien, que nous sommes de cœur avec eux.

Pour revenir à votre question, j’ai toujours dis depuis que je suis là, que nous ne sommes pas venu, mon comité et moi, le CNRDRE et toute l’armée Malienne, pour confisquer le pouvoir ou pour nous y éterniser. Je l’ai promis depuis le premier jour, quelque soit le temps que ça peut prendre ; ça peut durer 15 jours, 1 mois… Mais, en ce qui concerne le retour à un ordre constitutionnel normal, nous l’avons promis au peuple Malien dès le 1er avril avec la manière. Parce que si vous cassez pour réparer et que vous n’êtes pas en mesure de trouver une solution, mieux vaut ne pas casser.

Donc, on a cassé et on va réparer. Nous sommes là-dessus. Effectivement, j’ai conclu un accord avec la CEDEAO en vue de réaliser un transfert de pouvoir. Je ne l’ai pas fais pour la CEDEAO, je ne l’ai pas fais pour moi ; je l’ai fait pour le bonheur du peuple Malien, primordial pour moi.

Vous avez compris et constaté que grâce à la conclusion de cet accord, les sanctions ont été levées. Un processus a été enclenché, des dispositions ont été prises… Cela a permis de mettre fin aux inquiétudes du peuple Malien qui souffrait dans sa chaire, c’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour le Mali. Quant à ce que deviendra le Capitaine SANOGO ? Vous ne vous êtes pas trompé de question et vous faites bien de la poser. Je vous en remercie ! Le Capitaine Sanogo reste et demeure toujours attaché à l’accomplissement de la mission que nous nous sommes fixée de transférer le pouvoir pour atteindre les objectifs nobles qui vont dans l’intérêt et le bonheur du peuple Malien.
Les Afriques : le transfert du pouvoir peut donc prendre plus de jours encore ?

Capitaine Sanogo : Ne voyez pas la question sous cet angle là. Nous avons pris un engagement, nous avons donné notre parole, une parole d’officier. Retenez que ce transfert sera effectif. (….)
Les Afriques : capitaine SANOGO, à partir de quand vont commencer les consultations pour la désignation du premier Ministre, le chef du gouvernement qui, semble t-il, sera le vrai détenteur du pouvoir ?
Capitaine SANOGO : je peux vous dire que ça déjà commencé, le peuple et la communauté internationale seront informés dans les jours qui suivent.
Les Afriques : Qui participe à ces discussions et qui va nommer le premier Ministre ?
Capitaine SANOGO : vous avez constaté que depuis que je me suis installé dans ce bureau, qui n’est pas confortable mais qui me convient en tant que militaire, j’ai eu à rencontrer individuellement et collectivement les personnalités de tout rang, les organisations de la société civile, les partis politiques, les leaders religieux et traditionnels …parce que j’avais déjà fait remarqué qu’il n’y aura pas de solution à cette situation de fait sans une solution Malienne. C’est le Malien à tous les niveaux que ce soit, sans aucune distinction, qui devrait s’impliquer dans l’avenir de notre pays. C’est toujours à l’issu des concertations que nous avons toujours pris des décisions. En un mot, le Capitaine et le comité n’ont ménagé aucun effort pour poursuivre le dialogue afin de préserver le bonheur du peuple Malien, de garantir sa sécurité et de défendre l’intégrité territoriale. Dans tous les cas, le consensus se dégagera en accord avec le médiateur de la CEDEAO, le Président Blaise Compaoré. En ce qui concerne le profil du futur Premier Ministre, il sera un Premier ministre consensuel.

NB. A propos de la question Touareg, des conditions de l’appui militaire de la CEDEAO et de la communauté internationale, de, l’état actuel de l’armée malienne et, au passage, du régime ATT… Lire l’interview intégrale dans le numéro 198 de Les Afriques, en kiosque le 19 avril 2012.