leral.net | S'informer en temps réel

Casamance : 30 ans de lutte entre séparatisme et l'exploitation des ressources naturelles

Partout dans le monde les projets miniers auront un impact sur l'écosystème naturel de peu d'importance, et sur la vie des gens en attaquant le tissu social, les traditions et l'équilibre politico-économique des populations concernées. Très souvent, il s'agit de la déclaration politique qui mine les relations et les équilibres existants s'ils ne sont pas, dans certains cas, même en accentuant les situations critiques existantes, comme dans la région de la Casamance au sud du Sénégal, dont nous allons parler.


Rédigé par leral.net le Vendredi 11 Juillet 2014 à 11:01 | | 0 commentaire(s)|

Casamance : 30 ans de lutte entre séparatisme et l'exploitation des ressources naturelles
Carnegie et Astron Ltd, une entreprise multinationale sino-australien, a reçu en 2004 par l'autorisation du gouvernement sénégalais pour effectuer des recherches dans le sous-sol pour tester la possibilité d'extraire des matières premières comme l'uranium et le zircon. Ce projet se concentre dans un domaine particulier à la frontière avec la Gambie, s'étendant vers le sud à 16 km de côtes. Juste dans la même année, ce territoire a été créé dans une zone marine protégée de 119 kilomètres carrés au moyen d'un décret du gouvernement, qui était censé préserver la terre et ses habitants de toute exploitation inconsidérée du sol et du sous-sol.

La construction d'une mine entraînerait la destruction potentielle de la dune qui s'étend sur toute la longueur de la côte de la Casamance; cette dune préserve les terres agricoles par l'avancée de la mer, en permettant aux gens de vivre de l'agriculture, de la pêche et de l'élevage.

La communauté rurale, constitué d'un ensemble de 44 villages, abrite les craintes que ce projet fait des impacts graves et irréversibles sur l'environnement, notamment la désertification et la salinisation des sols des eaux souterraines, avec des dommages incalculables à l'agriculture, pêche et l'agriculture.
Si la dune a été détruit, la mer serait entré dans la terre, le riz serait contaminé, parce que la dune est une protection naturelle contre l'eau salée de la mer, contre l'érosion; même maintenant, chaque année, la mer avale deux pieds de terre.

Les représentants des communautés locales, en collaboration avec les associations "Casamance Horizons» et «Océanium de Dakar", qui ont lieu depuis 2004, la sensibilisation et l'opposition à la construction de cette mine, le début de ce qui a été indiqué dans le projet initial de Carnegie et Astron pour Mars 2014, mais a été retardée pour la situation géo-politique très délicate dans la région. En fait, la Casamance est le centre d'un conflit de trente ans entre le gouvernement central et MFDC (Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance), qui poursuit une lutte armée pour l'indépendance de la Casamance, avec le risque de reprise du conflit au cours des dernières années était en sommeil.
Pendant ce temps, en Juin 2013, le Président de la République Macky Sall s'est réuni à Londres des représentants de Carnegie Astron ratifié la convention en vertu de laquelle le début de l'excavation est prévue pour Mars 2014.

Le projet, selon Carnegie, comprend la construction de réservoirs longueur d'excavation de 14 mètres et une profondeur de 9: les aquifères se trouvent à seulement 4 pieds de profondeur: les conséquences alors, serait la pollution des eaux souterraines par les deux 'eau de mer de traitement et de raffinage de l'uranium zircon. Le projet comprend l'extraction de 45 000 litres d'eau douce et d'extraction de 5000 tonnes de sable chaque année. Cela se traduirait par un impact très lourd sur leur mode de vie, la prévention de la préservation des pâturages, des champs de riz, les sources d'eau et d'autres ressources nécessaires à leur subsistance: en fait, forçant les gens à fuir leurs maisons, ou vivre dans un la situation de la pollution grave de l'environnement. Ont été proposées seulement 160 emplois dans le visage d'une population touchée de plus de 10.000 habitants.

L'exploitation intensive de la terre fournit, selon le projet, d'une durée de 5 ans, alors tout restera laissé à l'abandon, tout comme cela s'est déjà produit en Gambie, où une multinationale chinoise a déjà effectué des fouilles de ce type voisin: une terre dénudée, pleine de grands trous, déboisé et laissé à l'abandon. Tout cela nuirait à même le délicat système de mangroves le long de la dune, est un excellent digue naturelle contre l'érosion côtière.

MFDC (Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance), a pris officiellement position contre le projet de Carnegie Astron, déclarant publiquement que s'il est touché même un seul grain de sable, la riposte sera à la hauteur.

En Janvier 2014 dans le village de Niafourang a été faite avant la projection du documentaire "La lutte - Sauver la Casamance", qui couvre le sujet en question, accompagné par un concert d'une conférence de presse à laquelle assistaient les principaux médias nationaux.

Entre Février et Mars 2014, l'armée sénégalaise a eu lieu dans les villages de Kabadio et Niafourang, menaçant les habitants de ne pas manifester plus contre le projet d'exploitation minière.
Dans une déclaration à la fin de Mars, César Atoute Badiate, chef de la branche armée du mouvement, déclare qu'il a l'intention de négocier avec le gouvernement central que par la médiation des États-Unis, qui a ouvert un bureau spécial pour la résolution des problèmes critiques dans la casamance .

Pendant ces jours il y a de nouvelles, officieusement, par un contact qui souhaite rester anonyme pour des pressions reçues, que les travaux débuteront dans ce mois, en Juillet 2014.
Le 12 Juin 2014, l'armée est revenue dans la zone de la mine.

La situation n'est donc en constante évolution, et alors qu'il semblait ouvrir une voie diplomatique, sur les autres faits de l'intimidation des populations locales et la militarisation de plus en plus grande, ne vont pas dans le sens d'une résolution non-violente des conflit.

andreafdl@hotmail.com








Hebergeur d'image





Hebergeur d'image