Leral.net | S'informer en temps réel

Ce que François Hollande et Nicolas Sarkozy disent l'un de l'autre

le 2 Mai 2012 à 19:42 | Lu 616 fois

Ce que François Hollande et Nicolas Sarkozy disent l'un de l'autre
François Hollande sur Nicolas Sarkozy :


Sarkozy fait « repentance » au sujet du Fouquet's. Le 23 février, lors d'une réunion publique à Laval, François Hollande raille les regrets du président de la République. « Il a été pris d'une soudaine repentance, il a promis de ne plus retourner au Fouquet's. Je le rassure, il n'aura pas besoin d'y retourner la prochaine fois ! ». François Hollande le trouve cela « émouvant » de « le voir balbutier, bafouiller ».

Sarkozy et « l'ardoise magique ». Dette, chômage, pouvoir d'achat... : le bilan de son adversaire est un sujet fétiche du candidat socialiste. « Vous vous rappelez les ardoises magiques ?, lance-t-il à Saint Joseph de la Réunion le 1er avril. C'était une ardoise où les mauvais élèves faisaient leur brouillon (...) Quand ils avaient échoué, au bout de quelques minutes, de quelques heures, ils effaçaient. ».

Sarkozy et les « oraux de rattrapage ». A l'issue du premier tour, le « président-sortant » demande 3 débats. « Comme certains mauvais élèves qui ne sont pas satisfaits de la note qui leur a été attribuée, il demande maintenant des oraux de rattrapage !, s'amuse François Hollande le 23 avril à Lorient. Avant le premier tour, il me proposait deux débats. Après le premier tour, voilà qu'il en veut trois. Et après le second tour, combien en voudra-t-il ? »

Sarkozy « le candidat du vrai chômage ». L'annonce, par le chef de l'Etat, de la fête du « vrai travail » le 1er mai suscite les critiques quasi unanime de la classe politique. « Ce n'est pas le candidat du vrai travail, mais du vrai chômage ! », lance François Hollande à Laon de 24 avril. Plus tard, Nicolas reculera et parlera de la « vraie fête du travail ». Et le candidat socialiste de réagir encore : « alors il y en aurait une fausse ? une autre ? »
Nicolas Sarkozy sur François Hollande :

Hollande « ment matin et soir ». Le lendemain de son entrée officielle en campagne, Nicolas Sarkozy décoche ses premières flèches sur son rival socialiste. En meeting à Annecy, le 16 février, il l'accuse -sans le nommer -de vouloir « affaiblir la France » et de mentir « soir et matin » : « Dans la vie, assène le président sortant, on peut défendre toutes les convictions mais on a un devoir d'honnêteté un devoir de courage ».

« Hollande est nul ». C'est une confidence faite le 9 mars, en marge d'un déplacement à Nice, à un journaliste du « Monde » qui avait suivi sa campagne victorieuse de 2007 : « Il n'est pas bon et ça commence à se voir. Hollande est nul ! Il est nul tu comprends ? Royal, on peut dire ce qu'on veut, mais elle avait du charisme », confie Nicolas Sarkozy. Lors de la publication de ces propos, le chef de l'Etat dément avoir « jamais dit ça ».

Hollande « ne respecte pas les Français ». Le 17 mars, Nicolas Sarkozy est à Lyon. A la tribune, durant 50 minutes, il pilonne le candidat socialiste, accusé de mener une « campagne basée sur le « mensonge », de tout « dissimuler » et de « maquiller les enjeux ». « On ne respecte pas les Français quand, pour esquiver le débat, on dit tous les jours le contraire de ce qu'on a dit la veille », fustige le chef de l'Etat devant 10.000 personnes survoltées.

Hollande , le candidat de « 700 mosquées ». Sur TF1, le 25 avril, Nicolas Sarkozy lui reproche d'être soutenu par « 700 mosquées » et par l'intellectuel musulman Tariq Ramadan. Ce qui est faux dans les deux cas. Pour le chef de l'Etat, qui brandit le vote des immigrés aux élections locales comme un épouvantail, il s'agit de montrer François Hollande sous un jour « communautariste » et de convaincre les électeurs FN de lui faire barrage.

RENAUD CZARNÈS ET PIERRE-ALAIN FURBURY/ LESECHOS.FR