leral.net | S'informer en temps réel

Ce que Wade, son parti et son pouvoir n’ont pas compris

Il y a 17 ans, nous découvrions un genre musical pas comme les autres. Entre deux cours, sur un terrain de basket, nous étions tombés sur un article qui faisait référence à un groupe mythique : le Positive black soul. Entre la beauté des mots et leur profondeur, nous étions tombés sous le charme du rap. La fin des années 90 et le début de l’an 2000 était un débat houleux qui opposait les real au fake. Le hardcore avait gagné en cette période ses lettres de noblesse. Il représentait la ligne dure du mouvement. Les irréductibles. Les adeptes de cette ligne dure voulaient conserver une notion essentielle au mouvement. La conscientisation positive des masses. C’é­taient entre les contradictions que Xu­mann, membre de Pee Froiss, avait défini le real (le vrai rappeur) en ces termes : «Un real se définit par la profondeur de ses textes.» La recherche du beau pour l’é­­veil des consciences a toujours été le leitmotiv des «real» et, au-delà, de tout le mouvement hip-hop.


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Octobre 2011 à 21:44 | | 23 commentaire(s)|

Ce que Wade, son parti et son pouvoir n’ont pas compris
Le fantastique mouvement qui aujourd’hui veut instaurer un Nouveau type de Sénégalais (Nts) est né de cette volonté, toujours exprimé par des lyrics, de faire naître l’esprit critique, de blâmer l’injustice et de n’accepter de s’inscrire que dans le progrès. Y’en a marre est un cri du cœur à base de lyrics épicés d’une détermination sans faille. Leurs précurseurs, sans exception, appartiennent à la ligne dure du mouvement. Le hardcore. Leur engagement a juste changé de canal, mais ils n’ont jamais failli dans leur mission première. La voix des sans voix.

Le pouvoir n’a pas compris que ce cri du cœur, cette exaltation du désespoir et de l’amertume n’est autre chose qu’un vécu. Chaque Sénégalais vit cette exaspération. Y’en a marre a permis aux jeunes de s’exprimer, tout comme le studio permet aux rappeurs de mettre sur le marché un produit musical répété entre quatre murs. Le 23 juin était le jour de lancement de ce tube. Les Sénégalais, particulièrement les jeunes, sont sortis pour entonner en chœur leur refrain favori. Y’en a marre.

Mais, le pouvoir n’a toujours pas compris, que c’est le peuple qui est sorti ce 23 juin et que l’opposition n’en était pas le porte étendard. Elle était du public et a juste payé le billet pour assister au spectacle. Un spectacle en feu et lumière. C’est ainsi qu’avec des pierres, leur seule arme face aux propos guerriers des porte-parole du gouvernement et du Président, la jeunesse a sauvé la République qui tanguait.

Ce que le fils du Président n’a pas compris, c’est qu’il est l’exemple parfait d’un pouvoir sans éthi­que et sans scrupule. Il est le maître de la terre, du ciel et de la mer. Il est au-dessus de tout, même de la Justice. Les Sénégalais ont assisté médusés aux cuillères et clefs Usb aux prix démesurés, à la lampe allumée en plein jour et qui a coûté 8,5 millions francs Cfa. La banlieue, symbole du «Y’en marrisme», a attendu sa part sur le budget de 372 milliards qui finalement n’a servi qu’à un petit tronçon de voie qu’empruntent les nantis de la République bananière. La «machine de guerre» qu’il croit de l’autre côté et qui jouerait en sa défaveur, c’est lui-même qui en tient la gâchette. Il s’est explosé la cervelle comme Icare avec ses ailes brûlées alors qu’il se croyait déjà au sommet.

Ce que le pouvoir n’a pas compris, c’est que des carrières se sont brisées, des rêves ensevelies puis­que le fils, du haut de son perchoir, croit seul détenir le pouvoir de faire ce qu’il veut et d’écraser tout obstacle sur son passage. Les Sé­négalais sont exaspérés par ce fait.

Ce que le pouvoir n’a pas compris, c’est que Abdou Diouf jusqu’aux derniers moments avant sa chute historique en 2000 savait drainer des foules à coup de tee-shirts et de frais de transport. Mais quand la vérité a sonné, sortie des urnes, il n’avait d’autres choix que d’appeler celui aujourd’hui qui a choisi d’emprunter les mêmes voies de perdition. Le pouvoir oublie qu’un peuple libre n’est pas l’égal d’un peuple embarqué dans des véhicules pour satisfaire l’orgueil déclinant d’un père de la Nation aux abois. Une symphonie de liberté et de justice a tonné ce 23 juin. Le real a encore remporté son duel face au fake.

Ce que le pouvoir n’a pas compris, c’est que la France a assisté au spectacle à distance mais n’en est point l’organisateur encore moins le catalyseur. Pourquoi un 14 juillet pour répondre à celui qui aurait lâché celui qui doit «s’appliquer les conseils prodigués à Kadhafi» ? Ils font fausse route car la raison d’exister d’un gouvernement n’est pas de répondre à un autre pays, mais de satisfaire une population qui se croit laissée à elle-même. Le peuple sénégalais survit plus qu’il ne vit ; et il fallait un jour exprimer cette colère et cette déception. 2012 n’est plus loin et l’occasion sera donnée au peuple d’exprimer son Y EN A MARRE. Cet état d’esprit a jusqu’ici rendu «passif» mon peuple. Quand ils ont vu 2012 s’éloigner, leur espoir réduit à 25% et leur durée de vie à un tour, ils ont choisi, ardemment, d’exprimer leur lassitude. C’était un instinct collectif de survie. Des édifices ont été saccagés, nous le déplorons, mais nous nous posons aussi la question de savoir s’ils avaient d’autres choix. Le pouvoir a fait voler l’édifice la plus importante. La notion de République et d’étique. Rien d’autre n’avait de valeurs aux yeux de cette jeunesse à l’espoir vaincu. Le fils a appelé le «tonton» au secours. La patrie de la mère. Sa patrie. C’est une insulte.

Le discours que nous avons entendu exaspère plus que le silence coupable. Nous avons vu des hommes et des femmes aux antipodes des réalités vécues par les Sénégalais. Ils n’ont pu cerner les impératifs de l’heure, aveuglés qu’ils sont par les luxures du pouvoir. Nous avons entendu un président de la République renier ses propos d’hier. Nous nous sommes demandé un instant s’il avait tout son esprit. Il a osé dire n’avoir jamais déclaré un certain 1er mars 2007 qu’il lui était impossible de se représenter à une élection pour avoir brigué deux mandats successifs. Nous avons entendu un président de la République légitimer les découpages administratifs et la révocation des élus choisis par les populations. Mais le plus sidérant, c’est d’entendre le Président excuser le parjure et en être fier. Il se donne le droit de dire et de se dédire. C’est dramatique !

Ce que le pouvoir n’a pas compris, c’est que l’exaltation du «moi» n’aide pas à cerner les réalités, à faire un bon diagnostic afin d’établir un plan d’action fiable. Nous avons vu des hommes et des femmes applaudir à tout va, mé­prisant le peuple qui souffre. Nous avons vu un président de la Ré­pu­blique obnubilé par sa réélection, oubliant le peuple qui debout l’a élu. Mais personne n’a été surpris. En choisissant de parler à son parti, il a choisi de snober le peuple et de ne parler que de ses intérêts.

Voilà pourquoi, le 23 juillet une partie du peuple mobilisée à travers tout le pays essayera de donner un spectacle à la hauteur de celui du 23 juin. Ils n’ont pas compris et toujours pas que le spectacle du 23 juin a été une réussite parce que le peuple s’est payé lui-même le billet et qu’il a entonné avec toutes ses composantes un re­frain aimé de tous : Y’en a mar­re. Ils ont pincé ensemble les koras, ont rugi et ont dompté le monstre qui voulait les apprivoiser.

Le pouvoir n’a tout simplement pas compris qu’«a vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitable les révolutions violentes». John Fitzgerald Kennedy de­vait servir de leçon à Me Ab­dou­la­ye Wade. Ce dernier devait garder son idéal en perdant ses illusions (la dévolution monarchique du pouvoir) afin de rester dans la vraie politique. Le jour se lève …

Désormais «il y aura un avant 23 juin et un après 23 juin». L’op­po­si­tion aussi doit le comprendre. C’est au tour du peuple de prendre la parole et de définir les contours de la gestion de notre bien commun : Le Sénégal. L’arro­gance, le népotisme et la démagogie ne seront plus acceptés. Le peuple a exprimé sa lassitude et a repris ce qui lui revient de fait : La souveraineté nationale. Aucune impunité ne sera acceptée. La justice pour tous est désormais réclamée. Il a été enseveli «un quart de siècle à la défense des libertés et à la conquête des droits individuels et collectifs». Abdoulaye Wade a joué et perdu. La dévolution mo­nar­chique a ainsi été ensevelie pour toujours. Il y a eu un 22 mars 2009 et un 23 juin 2011, il y aura inéluctablement un 26 février 2012. Ce sera à notre tour de prendre la parole, d’exprimer notre ras-le-bol et de choisir de meilleurs dirigeants.

Désormais aucun groupuscule d’individus assoiffés de pouvoir ne s’accaparera des biens appartenant à tout le monde. La volonté populaire sera prise en compte. La Jus­tice indépendante et le Parlement des vrais représentants du peuple.

La gestion des affaires publiques ne doit plus être entre les mains d’hommes douteux, mais managée par des hommes de compétences et de vertus. Les tortueux doivent être poursuivis, les voyous emprisonnés. Peu importe le nom de famille.

Les hommes politiques, dans leur ensemble doivent comprendre, comme disait l’autre, que ceux qui ont trouvé tant de moyens d’étouffer la liberté où elle est née, n’en ont encore trouvé aucun pour l’empêcher de naître et de faire explosion là où elle ne s’est jamais montrée.

La nuit a trop duré, mais le jour se lève dans l’amertume pour un souffle nouveau. Il y a désormais l’é­mergence d’un Nouveau type de Sénégalais qui réclame plus de considération et de respect, et qui foulera au pied toute désinvolture. C’est le peuple qui donne le pouvoir et cela, les Sénégalais l’ont compris.

Abdou KEBE – Le déçu de l’Alternance



1.Posté par trapatoni le 19/10/2011 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ABSOLUTELY BRILLANT

2.Posté par Patisco le 19/10/2011 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Président wade,Vos théories les plus saugrenues sont des puits d'inspiration pour les plus grands penseurs de ce monde.
Vos éblouissantes pensées poétiques font de vous l'être le plus apte à ressusciter le regretté "cercle des poètes disparus" !
Votre impressionnant mental de gagneur est une vraie source d'inspiration pour tous les collectifs sportifs en perdition !

Mbeugue Beuré Bagne Baré , vive wade et ses alliés 75% au premier tour

3.Posté par Ndiaganiao le 19/10/2011 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'opposer n'est autre que proposer. Une opposition sans proposition n'est qu'un mouvement d'humeur.
Par conséquent nous n’avons pas d’opposition au Sénégal parce que nak ces mouvement d’humeur n’ont de programme a proposer au sénégalais, ils sont vide
Vive wade et ses alliés 75% au premier tour

4.Posté par Mbour le 19/10/2011 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wade dolignou yow lagnou gueum ya niou doy thia kaw thia kanam rek
Président wade le Sénégal est content de toi, vous avez changé le visage du pays, vous avez développé les secteur de la santé, éducation, agriculture tec
Sénégal est avec toi président 75% premier au premier vive wade alliés

5.Posté par khelmourafet le 19/10/2011 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et ce n'est pas vous nullards de journalistes qui lui feront comprendre lui et son pouvoir bande de cancres que vous êtes vous cette presse de rien du tout.

6.Posté par khelmourafet le 19/10/2011 11:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvres journalistes n'appelaient pas le peuple ces quelques écervelets qui étaient le 23 juin sur les rues de Dakar pour faire du banditisme non et non le peuple sénégalais est plus grand que ça , plus mûr et plus responsable. Arrêtez de nous insulter bande de minables.

7.Posté par khelmourafet le 19/10/2011 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous voulez vendre votre paperasse il faut le faire d'une manière digne et honnête c'est mieux que d'enfariner les citoyens avec des contre vérités .Mais ça m'étonnerai que sachiez ce qu'est la dignité et l’honnêteté.

8.Posté par khelmourafet le 19/10/2011 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous la presse préparez vous car si toute fois Me Wade quitte le pouvoir vous allez le faire avec lui car il n'y aura pas un homme aussi tolérant que lui qui accepterait vos railleries.

9.Posté par opinion le 19/10/2011 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute cette arsenal d'opposants pour seulement Me Wade mais vraiment il est extraordinaire et ceci montre qu'il travaille sinon il y' aurait pas tout ce bruit derrière lui .

10.Posté par RITA le 19/10/2011 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons bien compris la stratégie de l'opposition et des journalistes, nous savons que d'ici les élections chaque jour que Dieu fera il y'aura un article qui tentera de déstabiliser le régime de Wade mais c'est peine perdue.

11.Posté par RITA le 19/10/2011 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous dites que Wade est faible et tous les jours c'est une tentative de déstabilisation de la part de l'opposition. Vous êtes persuadez que si Wade se présente il remportera sans aucun doute les élections.

12.Posté par RITA le 19/10/2011 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour créer un type nouveau ou apporter une conscience nouvelle il faudra d'abord être soit même conscient et responsable. Nous savons tous que les rappeurs sénégalais à quelques exceptions prêt ne sont pas des références.

13.Posté par RITA le 19/10/2011 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le 23 juin n'est pas l'œuvre des rappeurs encore moins de l'opposition, c'était une situation exceptionnelle et c'est grâce à la clairvoyance du Président de la République que le pays n'a pas pris feu car la stratégie de l'opposition était de mettre le pays dans un chaos total.

14.Posté par RITA le 19/10/2011 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on entendra jamais les vrais rappeurs comme daraji et autres dans ces genres d'affaires, personne n'interdits aux rappeurs de sortir des singles de dénonciation mais aller jusqu'à participer à des réunions politiques montre tous simplement que certains rappeurs ont failli à leur mission.

15.Posté par voxpopulis le 19/10/2011 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ton sublime article. Que Dieu nous préserve de ce mal qu'incarne ce vieux senile de wax waxet. Un autre deçu parmi les milliers de deçus

16.Posté par rone66 le 19/10/2011 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Naturellement, l’Homme, et surtout le sénégalais ne voit que ce qui lui est favorable.
Il deviendra raisonnable quand il lui aura été expliqué par A+B que le gain n'est pas forcement là où l'on pourrait l'attendre si on lui apprend à creuser un peu au delà de son confort immédiat.

17.Posté par rone66 le 19/10/2011 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Changez-vous d'abord vous-mêmes, et refusez cet état de dépendance envers... l'état. Ensuite, la démocratie fera son œuvre.

18.Posté par rone66 le 19/10/2011 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Changez-vous d'abord vous-mêmes, et refusez cet état de dépendance envers... l'état. Ensuite, la démocratie fera son œuvre.

19.Posté par rone66 le 19/10/2011 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si le président Wade l’homme de 2000 a ouvert une nouvelle ère de la diplomatie qui communique avec tout le monde, sans se refugier dans des cadres de suspicion préétablis, c’est aussi parce que l’homme est fort d’une conviction, il faut mieux parler avec l’ « ennemi » que de l’ignorer ou lui faire la guerre à tout bout de champ

20.Posté par rone66 le 19/10/2011 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si le président Wade l’homme de 2000 a ouvert une nouvelle ère de la diplomatie qui communique avec tout le monde, sans se refugier dans des cadres de suspicion préétablis, c’est aussi parce que l’homme est fort d’une conviction, il faut mieux parler avec l’ « ennemi » que de l’ignorer ou lui faire la guerre à tout bout de champ

21.Posté par rone66 le 19/10/2011 23:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'une des questions que l'on devrait se poser au Sénégal c'est: Est-on bien raisonnable? Est-ce que nos colères, nos revendications (tant au niveau syndical que patronal) sont-ils réelles et légitimes? La réponse n'est peut-être pas forcement ce que l'on croit...
Et puis regardons aussi autour de nous. Est-ce un problème général ou est-ce encore un problème a la sénégalaise. Alimente par certains

22.Posté par rone66 le 20/10/2011 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ne faut pas trop attendre l'homme providentiel. Si chaque sénégalaise se bouge et se prend en main, se lève tôt le matin pour être actif et entreprenant, avec un esprit positif et en arrêtant de gueuler contre le monde entier en général et les hommes politiques en particulier, la moitié des problèmes de ce pays sera résolue

23.Posté par ass le 20/10/2011 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

meme un journaliste de formation ne ferais pas un article pareil pauvre senegal et ses couillenaliste a deux balles

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image