leral.net | S'informer en temps réel

Célébration ce mercredi du Magal "Niety Fanou Barakhlou" - En souvenir de la disparition du premier Khalife des Mourides


Rédigé par leral.net le Mercredi 11 Mai 2016 à 16:49 | | 8 commentaire(s)|

Après la célébration du Magal du "Kazu Rajab", qui a permis à la communauté mouride de communier avec la famille de Serigne Fadhilou Mbacké, mercredi 4 mai dernier à Touba, c’est au tour de Darou Khoudoss de commémorer la disparition du premier Khalife de Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, ce mercredi 11 mai, à Darou Salam Darma. Ce Magal, naguère célébré par Sokhna Mbène Mbacké, sous le "Ndigël" de son défunt époux, Serigne Cheikh Mbacké "Gaïndé Fatma", est perpétré par son fils, Serigne Aboubacar Mbacké.

Darou Khoudoss n’oubliera jamais son fondateur, Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, premier khalife de Cheikh Ahmadou Bamba. Aussi, sa disparition en 1945, dans la troisième nuit du mois dit "barakhlou", est commémorée tous les ans, par une des épouses de son illustre fils, Serigne Cheikh Mbacké "Gaïndé Fatma", Sokhna Mbène. Comme son vénéré époux, Sokhna Mbène est une descendante d’un des piliers du Mouridisme, Mame Thierno Birahim Mbacké, en l’occurrence, car elle est la fille du premier khalife de Darou Mouhty, Serigne Modou Awa Balla Mbacké.

A sa disparition, c’est son fils, Serigne Aboubacar Mbacké, plus connu sous le nom de Serigne Abo "Gaïndé Fatma", qui a pris le relais et qui, depuis quelques années, s’est donné comme sacerdoce de célébrer ce Magal cher à sa défunte mère, affectueusement appelée "Badiène Mbène", de son vivant. Darou Salam Darma, où est organisée la cérémonie, est le seul village fondé par "Gaïndé Fatma", en 1952, et Serigne Abo y a élu domicile, du vivant de son père et guide spirituel.

Après ses études coraniques dans les "Daaras", auprès de grands érudits dont la réputation n’est plus à faire, Serigne Abo, l’actuel leader spirituel de Darou Salam Darma, comme la plupart des fils de Serigne Cheikh, a fait des études à l’école française, jusqu’au niveau du secondaire, avant d’aller parfaire ses connaissances ésotériques. De nos jours, Serigne Abo compte de nombreux disciples, à majorité constitués de jeunes, plus particulièrement de sportifs (lutteurs et footballeurs), qui ne manquent pas de solliciter constamment ses prières.

Grand producteur agricole, Serigne Babacar Mbacké est très attaché à son village, Darou Salam Darma, qu’il ne quitte presque jamais, en dehors de quelques séjours à Touba. Dans cette contrée du Djolof, nichée à quelques encablures de Sagata Djolof, dans le département de Lingère, les communautés religieuses (Mouride, Tidiane et Khadre), tout comme les différentes ethnies cohabitent avec une parfaite et rare harmonie et reconnaissent l’autorité morale de Serigne Abo "Gaïndé Fatma", qui vit en parfaite intelligence avec toute la communauté.

Même s’il incarne le syncrétisme de l’ethnie ouolof, il n’est pas donné à tous d’être à la fois le petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba et de Cheikh Ibra Faty Mbacké, plus connu sous le nom de Mame Thierno Birahim, ou encore sous le sobriquet de "Ndamal Darou". Sokhna Mbène, sa défunte mère, est en effet la fille de Serigne Modou Awa Balla Mbacké, premier khalife de Mame Thierno. C’est elle qui a inauguré la première édition du Magal dit "Niety fanou barakhlou", sur instruction de son vénéré époux. L’édition 2016 est prévue ce mercredi 11 mai 2016.

Légué aujourd’hui à son fils aîné, Serigne Abo, le Magal a pris une dimension internationale grâce à l’impulsion donnée par son organisateur, les disciples de "Gaïndé Fatma" convergeant de partout pour y prendre part. Dans cette action de grâce rendue à son vénéré grand-père, Serigne Abo est secondé par son frère, Serigne Hassan II Mbacké, homonyme de l’ancien roi du Maroc.
Leral, avec Serigne Mour DIOP

Serigne Abo Mbacké, l'héritier du Magal dit "Niety fanou barakhlou"
Serigne Abo Mbacké, l'héritier du Magal dit "Niety fanou barakhlou"






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image