leral.net | S'informer en temps réel

Centaines de millions de francs Cfa investis dans la lutte : Les chanteurs de l’arène sénégalaise réclament leur part du gâteau

LERAL.NET - L’arène sénégalaise est un milieu où se compte par centaines les millions. Toutefois, cet argent, certains qui jouent un rôle très déterminant dans la galvanisation des lutteurs, n’en voient pas la couleur. Nous voulons parler des chanteurs qui, du début à la fin d’une séance de combat, assurent l’animation tout en poussant les lutteurs dans l’enceinte à donner le meilleur d’eux-mêmes.


Rédigé par leral.net le Vendredi 8 Avril 2011 à 10:43 | | 4 commentaire(s)|

Doudou Yaye Katy
Doudou Yaye Katy
Mais il se trouve que ces chanteurs sont les oubliés de l’arène. C’est une révélation faite par la cantatrice Ndickou Thioune qui était l’invitée de l’émission Keur-Gui de Sidath sur la RFM. La cantatrice qui vient de mettre sur le marché un album de deux morceaux a fustigé les conditions précaires dans lesquelles les chanteurs de l’arène travaillent.

Pour la bonne dame, les chanteurs doivent être soutenus compte tenu de leur rôle dans ce sport de chez nous. « Tous les acteurs de la lutte ont un cachet sauf nous. Et je parle pour les tous les chanteurs de l'arène qui ne voient pas la couleur de l'argent qui se distribue par des centaines de millions dans la lutte», a-t-elle fait savoir. L’ex-épouse du chanteur Doudou Yaye Katy de mettre en garde les promoteurs de lutte. « Si on ne nous vient pas en aide, nous ne viendrons plus au stade pour chanter. Et vous verrez bien le vide que cela va occasionner dans l'arène», prévient-elle.

Appuyée par le communicateur traditionnel Salla Bigué qui fait état de la discrimination dont font l’objet les chanteurs de l’arène, Ndickou Thioune de revenir à la charge pour laisser entendre : « Nous sommes plus proches de la sortie ». Ce, pour dire que le partage des millions de l’arène se fait de façon inéquitable. Car, pendant que les lutteurs gagnent des dizaines des millions, ces chanteurs se limitent à faire la cour à « leurs nobles » qui leur balancent un, deux ou trois billets de 10 000 francs Cfa.

Abdou K. Cissé



1.Posté par bayesata le 08/04/2011 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

al hamdoulilah dieureudieufé cheikh ibrahima niass

2.Posté par Bozz le 08/04/2011 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rien de plus normal!

3.Posté par BOUKI SINE le 08/04/2011 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FAUT SAVOIR CHOISIR...
Soit vous vous comportez en griot et vous vous contentez de ce qu'on vous donne ;
soit vous vous comportez en artiste et vous négociez un cachet comme tous travailleurs.

4.Posté par Le Portail Trading d'Afrique le 08/04/2011 21:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Business for AFRICA

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image