Leral.net | S'informer en temps réel



Centrafrique: Des ressortissants sénégalais demandent à être rapatriés de Bangui

Rédigé par LERAL NEWS le 10 Décembre 2013 à 20:13 | Lu 611 fois

Des ressortissants sénégalais réfugiés au consulat de leur pays à Bangui demandent à être rapatriés, en raison de la violence qui sévit en République Centrafricaine, a indiqué, mardi, Mamadou Diallo.


Centrafrique: Des ressortissants sénégalais demandent à être rapatriés de Bangui
‘’Tout est bloqué. Il n’y a pas de commerce, il n’y a pas de nourriture’’, a dit à la RFM Mamadou Diallo, interrogé depuis Bangui. Il a précisé qu’ils sont présentement plus de 100 Sénégalais à trouver refuge au consulat.

‘’Beaucoup veulent rentrer. S’il y a des avions, nous sommes prêts à partir’’, a-t-il indiqué, en wolof, non sans ajouter que ‘’certains Sénégalais, pris de panique, sont terrés dans leur maisons’’.

Des affrontements entre milices chrétiennes et musulmanes touchent l'ensemble du pays, depuis quelques semaines.

L’armée française a lancé, la semaine dernière, une opération de désarmement dénommée ‘’Opération Sangrais’’, pour tenter de mettre fin aux exactions.

Quelque 1600 soldats français sont déployés aux côtés de 2500 soldats de la force africaine. Deux d'entre eux ont été tués lors d'affrontements avec des milices lundi soir.

APS


1.Posté par Khemess le 10/12/2013 23:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vive l'Afrique mon Afrique c'est très bien:entretuez vous c'est ça la voie du développement.continuez et bon courage.

2.Posté par MANE Moussa le 13/12/2013 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que doit faire la France dans la situation Centrafricaine? Une question à laquelle, il est facile de répondre qu'il n'y parait. En effet, contrairement aux Occidentaux, les Africains sont toujours surpris de ce qui leur arrive comme malheur dans et par la politique. Quand les terreaux de la violence, de la tyrannie, de l'arbitraire, de la dictature et de la torture se préparent, nous feignons de ne rien voir venir. Obsédés par une haine tenace des réglements de compte entre frères, nous n'avons de vision qu'à faire du mal à tout ce qui nous résiste sous prétexte de rétablir un nouvel ordre dans le monde, comme si l'histoire ne nous avait rien appris. Chez nous, tout est tâtonnement, essais et tentatives mais dans le sens négatif. Et lorsque l'on est tenté par les démons de la bêtise, il n'y a personne de son entourage pour vous retenir, vous conseiller, vous empêcher de commettre l'rréparable. Prenons le cas de la Centrafique qui a vu se préparer un "redresseur" de tort qui rassembla des mercenaires de pays frontaliers et à majorité musulmans pour envahir son propre pays à 90% chrétiens. L'essentiel pour Michel Djotodia c'est de prendre le pouvoir par tous les moyens sans tenir compte des conséquences éventuelles en terme du refus des populations Centrafricaines à se soumettre non pas à lui mais à ses compagnons de conquête qui sont à majorité musulmans, dans un pays à majorité chrétienne. Face à la terreur des envahisseurs qui ne répondent plus à leur "maître, Djotodia", celui-ci n'a aucun autre recours qu'à demander de l'aide de l'extérieur pour se débarrasser de ses alliés encombrants. Devant les tueries interreligieuses, faut-il que toute la planète croise les bras et laisse ces nègres se disperser dans lês forêts avec pour seule nourriture, des tubercules crues, des points de stagnation d'eau de pluie pour boire, des feuilles d'arbres pour construire des huttes avec des feuillages leur servant de toit sous la pluie, les citadins rejoignant les campagnes comme si l'on était à l'exemple des kmers rouges entrant en 1975 à Phnom Pehn (pour ceux qui connaissent l'histoire)? Bien sûr que les nègres ne fabriquent pas les armes qu'ils utilisent mais faudrait-il, ne pas réfléchir avant d'agir, de se laisser manipuler depuis des décennies sans avoir conscience de cette dernière et se réclamer toujours victimes de grand père au petit fils. Et notre mémoire, notre cervelle qu'en faisons-nous? Toujours au service des plus ignobles des conduites humaines de méchanceté, de haine, de trahisons, de traîtrise; pas envers ceux qui y ont intérêts mais sur ceux qui en subissent les calvaires, c'est à dire le bas peuple sans défense. Et il faut toujours que l'extérieur intervienne pour nous départager de nos turpitudes héréditaires et légendaires aux moyens de la force pour que nous soyons raisonnables de peur du gendarme. Tant que nous serons de grands enfants, j'admettrai que l'Occident et plus particuièrement la France dont nous pensons être les enfants et qui connait nos mentalités et nos faiblesses intervienne pour nous remettre sur le droit chemin. D'ailleurs, même le Sénégal qui se croit au dessus de ces manipulations est entrain de se diriger vers l'abîme et en toute connaissance de cause que les règlements de compte ne génèrent que les mêmes effets quand celui que l'on torture ou humilie accédera au pouvoir. J'avais toujours pensé que l'humain et surtout le nègre évitera les conflits par son appropriation de l'histoire pour mieux éviter le piège du cercle vicieux de vengeance, mais je remarque que plus les années s'empilent, plus nous portons nos choix de gourvernance sur des personnes non cultivées qui ignorent tout des leçons du passé. Non, nous ne vivons pas dans une bulle hermétique, isolée de l'histoire du monde qui nous entoure. Nous sommes redevables en tant qu'humains, du bonheur, de la stabilité et de la sécurité de nos peuples qui croient toujours pouvoir faire confiance aux nouveaux venus qui leur proposent leurs services. A quoi assiste t-on, si ce n'est qu'au torpillage de nos règles de jeu "démocratique" que nous confondons avec le droit de vie ou de mort sur les peuples, parce que l'on a gagné les élections. Il ne m'étonne pas que les printemps Arabes et autres gouvernements négro-Africains échouent, même bien qu'en ayant pris le pouvoir par des élections régulières. En effet, au delà des élections, il existe et demeure des libertés fondamentales à l'exemple de l'Europe que l'on doit laisser s'exprimer. Nous n'en sommes pas encore au stade de se donner des croc-en-jambe en combat politique car notre démocratie n'est que dans ses balbutiements pour qu'il admette ce jeu réservé aux grandes démocraties stables par leur maturité et leur âge. Vive le Sénégal vive la démocratie et vive l'Etat de droit sans le machin, la CREI qui fait honte à l'Afrique et aux noirs.

3.Posté par MANE Moussa le 13/12/2013 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que doit faire la France dans la situation Centrafricaine? Une question à laquelle, il est facile de répondre qu'il n'y parait. En effet, contrairement aux Occidentaux, les Africains sont toujours surpris de ce qui leur arrive comme malheur dans et par la politique. Quand les terreaux de la violence, de la tyrannie, de l'arbitraire, de la dictature et de la torture se préparent, nous feignons de ne rien voir venir. Obsédés par une haine tenace des réglements de compte entre frères, nous n'avons de vision qu'à faire du mal à tout ce qui nous résiste sous prétexte de rétablir un nouvel ordre dans le monde, comme si l'histoire ne nous avait rien appris. Chez nous, tout est tâtonnement, essais et tentatives mais dans le sens négatif. Et lorsque l'on est tenté par les démons de la bêtise, il n'y a personne de son entourage pour vous retenir, vous conseiller, vous empêcher de commettre l'rréparable. Prenons le cas de la Centrafique qui a vu se préparer un "redresseur" de tort qui rassembla des mercenaires de pays frontaliers et à majorité musulmans pour envahir son propre pays à 90% chrétiens. L'essentiel pour Michel Djotodia c'est de prendre le pouvoir par tous les moyens sans tenir compte des conséquences éventuelles en terme du refus des populations Centrafricaines à se soumettre non pas à lui mais à ses compagnons de conquête qui sont à majorité musulmans, dans un pays à majorité chrétienne. Face à la terreur des envahisseurs qui ne répondent plus à leur "maître, Djotodia", celui-ci n'a aucun autre recours qu'à demander de l'aide de l'extérieur pour se débarrasser de ses alliés encombrants. Devant les tueries interreligieuses, faut-il que toute la planète croise les bras et laisse ces nègres se disperser dans lês forêts avec pour seule nourriture, des tubercules crues, des points de stagnation d'eau de pluie pour boire, des feuilles d'arbres pour construire des huttes avec des feuillages leur servant de toit sous la pluie, les citadins rejoignant les campagnes comme si l'on était à l'exemple des kmers rouges entrant en 1975 à Phnom Pehn (pour ceux qui connaissent l'histoire)? Bien sûr que les nègres ne fabriquent pas les armes qu'ils utilisent mais faudrait-il, ne pas réfléchir avant d'agir, de se laisser manipuler depuis des décennies sans avoir conscience de cette dernière et se réclamer toujours victimes de grand père au petit fils. Et notre mémoire, notre cervelle qu'en faisons-nous? Toujours au service des plus ignobles des conduites humaines de méchanceté, de haine, de trahisons, de traîtrise; pas envers ceux qui y ont intérêts mais sur ceux qui en subissent les calvaires, c'est à dire le bas peuple sans défense. Et il faut toujours que l'extérieur intervienne pour nous départager de nos turpitudes héréditaires et légendaires aux moyens de la force pour que nous soyons raisonnables de peur du gendarme. Tant que nous serons de grands enfants, j'admettrai que l'Occident et plus particuièrement la France dont nous pensons être les enfants et qui connait nos mentalités et nos faiblesses intervienne pour nous remettre sur le droit chemin. D'ailleurs, même le Sénégal qui se croit au dessus de ces manipulations est entrain de se diriger vers l'abîme et en toute connaissance de cause que les règlements de compte ne génèrent que les mêmes effets quand celui que l'on torture ou humilie accédera au pouvoir. J'avais toujours pensé que l'humain et surtout le nègre évitera les conflits par son appropriation de l'histoire pour mieux éviter le piège du cercle vicieux de vengeance, mais je remarque que plus les années s'empilent, plus nous portons nos choix de gourvernance sur des personnes non cultivées qui ignorent tout des leçons du passé. Non, nous ne vivons pas dans une bulle hermétique, isolée de l'histoire du monde qui nous entoure. Nous sommes redevables en tant qu'humains, du bonheur, de la stabilité et de la sécurité de nos peuples qui croient toujours pouvoir faire confiance aux nouveaux venus qui leur proposent leurs services. A quoi assiste t-on, si ce n'est qu'au torpillage de nos règles de jeu "démocratique" que nous confondons avec le droit de vie ou de mort sur les peuples, parce que l'on a gagné les élections. Il ne m'étonne pas que les printemps Arabes et autres gouvernements négro-Africains échouent, même bien qu'en ayant pris le pouvoir par des élections régulières. En effet, au delà des élections, il existe et demeure des libertés fondamentales à l'exemple de l'Europe que l'on doit laisser s'exprimer. Nous n'en sommes pas encore au stade de se donner des croc-en-jambe en combat politique car notre démocratie n'est que dans ses balbutiements pour qu'il admette ce jeu réservé aux grandes démocraties stables par leur maturité et leur âge. Vive le Sénégal vive la démocratie et vive l'Etat de droit sans le machin, la CREI qui fait honte à l'Afrique et aux noirs.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site