Leral.net | S'informer en temps réel



Centrafrique : démission du président Michel Djotodia

Rédigé par Pape doudou le 10 Janvier 2014 à 20:48 | Lu 188 fois

Le Premier ministre Nicolas Tiangaye a également démissionné de ses fonctions lors du sommet extraordinaire de l'Afrique centrale.


Centrafrique : démission du président Michel Djotodia

Le président et le Premier ministre centrafricains ont démissionné de leurs fonctions

Le président centrafricain Michel Djotodia, accusé par la communauté internationale de passivité face aux violences interreligieuses dans son pays, a démissionné vendredi à N'Djamena, sous la pression des dirigeants d'Afrique centrale qui l'y avaient convoqué pour un sommet extraordinaire.

Son Premier ministre, Nicolas Tiangaye, avec qui M. Djotodia entretenait des relations notoirement mauvaises contribuant à paralyser toute action publique face aux tueries à grande échelle, a également démissionné. Les dirigeants de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), réunis au sommet depuis jeudi à l'initiative du chef de l'État tchadien Idriss Déby Itno, "ont pris acte de la démission" du président et du Premier ministre centrafricains, selon le communiqué final du sommet lu en séance plénière. Le sommet "prend acte de la démission du chef de l'État de la transition et du Premier ministre et se félicite de cette décision hautement patriotique pour une sortie du pays de la paralysie", indique le texte.

"Djotodia, démission"

À Bangui, signe de la tension qui montait à mesure que l'heure du verdict du sommet approchait, plusieurs milliers d'habitants ont manifesté vendredi matin contre le retour de M. Djotodia, aux cris de "Djotodia, démission". Les manifestants étaient massés aux abords du quartier de Boy-Rabe, non loin de l'aéroport, sous la surveillance de soldats français et de la force africaine (Misca).

Vendredi peu avant 4 heures, les dirigeants d'Afrique centrale avaient suspendu leurs tractations marathon entamées la veille avec les membres du Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire centrafricain), des proches de M. Djotodia issus de l'ex-rébellion Seleka qui avait pris le pouvoir à Bangui en mars 2013 et (...)

Lire la suite sur LePoint.fr