leral.net | S'informer en temps réel

Cet homme là, qui nous dirige maintenant est « le prêt-à-porter du wadisme en miniature ! »

Pour une suppression pure et simple des fonds politiques du président de la république ! Après la suppression du sénat et du poste de vice-président, celle des fonds politiques s’impose dés maintenant et sans conditions !


Rédigé par leral.net le Mercredi 26 Septembre 2012 à 17:24 | | 2 commentaire(s)|

Cet homme là, qui nous dirige maintenant est « le prêt-à-porter du wadisme en miniature ! »
Pour autant et pour cause, aucune réforme potentielle n’est à l’ordre du jour pour assainir la bonne gouvernance et la salubrité publique. Macky s’attaque à son mandat présidentiel qui passe de 7 ans à 5 ans, mais passe sous silence la plaie béante et se garde bien de s’attaquer aux fonds politiques lesquels ne servent qu’à corrompre une certaine clientèle politico-conservatrice apparemment respectable. Motus et bouche cousue sur la question qui fâche.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les fonds politiques restent incontestablement un label récurrent de mal gouvernance et une machine à corruptions au service de l’exécutif ubiquitaire. Le nouvel arrivant sous des oripeaux imaginaires de bonne gouvernance de rupture sobre, vertueuse, transparente et efficace, ne déroge point à la règle, au contraire, il ne pipe mot, mais fait profil bas malgré les beaux discours torrentiels. Les fonds politiques, caisse noire, fonds spéciaux ou fonds secrets, le mal est le même. Même si le vocabulaire mute comme un serpent. Quelles que soient les appellations des uns et des autres, ils ont la peau dure. C’est un scandale, une écharde au sommet de l’état.

Nos présidents sont-ils donc des affairistes cachés, qui se nourrissent de cette manne avilissante qui n’a que trop duré ? Un manque à gagner du contribuable astiqué comme un chiffon qu’on jette à la poubelle après l’avoir pompé bassement. C’est ridicule et honteux pour des gens aux mains déjà bien pleines !

A combien donc s’élèvent-ils réellement ? Les journalistes avancent la rondelette de 8 mds, pour arrondir les angles, mais la somme exacte reste tout de même un secret d’état jalousement gardé, un tabou. Motus et bouche cousue sur ce scandale ubuesque, permanent de la république. Un petit rappel : 2007, en pleine affaire rocambolesque opposant et wade-idy, les « fonds secrets », « caisse noire », « fonds politiques », « fonds spéciaux », s’élevèrent, alors officiellement à 620 millions de francs Cfa, autorisés par l’assemblée nationale, pour atteindre finalement le chiffre astronomique de 14 mds.

Peu importe donc ses qualités, mais cet homme là, qui nous dirige maintenant et nous promet une rupture des mots est « le prêt-à-porter du wadisme en miniature ! »

Mais le ver était nécessairement déjà dans le fruit, car les mêmes causes reproduisent toujours les mêmes effets. En apparence, ceux qui sont aux commandes sont blancs comme neige. Il paraît qu’ils sont en totale rupture avec les anciens adeptes de la dictature. Il paraît que la république retrouve ses marques d’antan pour égaler celle de la cinquième république normale. Une simple vue de l’esprit. Mais la réalité est tout autre. « La transparence médiatique » au service du politique masque par son écran de fumée.

Cure d’austérité ! La crise est passée par là, vie très chère, factures suffocantes du courant électrique, inondations intempestives, sans répit, jouant les trouble-fête, créant la désillusion monumentale et le moral des ménages en berne constamment, mais visiblement, le président lui-même bien ravitaillé vit sous les ors du palais avec l’abondance des fonds politiques, coulant à flot, à disposition, ainsi que l’oligarchie du centrisme clanique débridé, déjà gloutonné par le miracle du 25 mars dernier, d’une présidence à défaut et par dépit, comme si cela ne suffisait pas, sur fond de cure de culot d’une fondation bidon « servir le Sénégal » pour mieux se servir et servir politiquement son mari, eh bien, pour ces gens là, qui ne connaissent nullement la crise, mais n’en ont cure.

Contrairement aux idées reçues, les fonds politiques logés à la présidence de la république, résultent incontestablement d’une monarchie républicaine. Pour autant et pour cause, aucune réforme potentielle n’est à l’ordre du jour pour assainir la bonne gouvernance et la salubrité publique. Macky s’attaque à son mandat présidentiel qui passe de 7 ans à 5 ans, mais passe sous silence la plaie béante et se garde bien de s’attaquer aux fonds politiques lesquels ne servent qu’à corrompre une certaine clientèle politico-conservatrice apparemment respectable. Motus et bouche cousue sur la question qui fâche.

Cette caisse noire dite des fonds politiques constitue remarquablement une véritable usine dans l’art de la corruption massive et active, diligentée par le premier magistrat de la république. Ce n’est pas une démocratie, mais une dictature pure et simple !
Abdoulaye wade déclarait que Karim Wade, ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l’Energie, sûrement, des terres, des océans de la planète est plus intelligent et plus compétent que tous les leaders de l’opposition’. ‘’Personne dans l’opposition n’a la compétence économique et financière de Karim.’’

Et Macky suit la même logique décapante, faisant florès, sermonne : Je suis président de la république, je nomme donc qui je veux » ; un discours « soft fortement codifié », laissant entrevoir, en réalité, « ma tey lou manex def monou lenn ci dara ». Entre wade et son élève, la tonalité des discours se passe de commentaire. La même mécanique sémantique révulse par son caractère névrotique. Lequel des deux donc méprise autant les sénégalais ?
La nomination obscure d’Aminata Niane au poste de « conseillère spéciale » relève incontestablement d’une autre dérive sémiologique plus que parlante, qui en dit long
sur la nature de cette nomination à la fois burlesque, irrationnelle. Messieurs les Ministres et Ministres Conseillers, levez-vous et au garde-à-vous, fermez la tous donc ou démissionnez, en me rendant vos tabliers !
Conseillère spéciale, très emphatique ! Qu’est-ce qui se cache donc derrière cette nomination extraordinairement bizarre au moment où par comme hasard, une enquête préliminaire plus que fondée, diligentée par le Procureur de la République, chargée de faire la lumière sur la gestion du Projet de promotion des investissements privés (Ppip) logé à l’Apix que dirigeait Aminata Niane. Comme par coïncidence, cette dernière, « très inquiète », est reçue discrètement plusieurs fois, avant d’être nommée. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette nomination trop hâtive semble s’inscrire dans une logique d’histoire rocambolesque et hystérique, ambigüe et obscure. Comment peut-on prêcher à la fois la bonne parole d’une gouvernance de rupture sobre, vertueuse, transparente et nommer discrètement Aminata Niane, une personne présumée mouillée jusqu’au cou, décriée, coupable et capable des faits incriminés sur des histoires carambouilleuses, suscitant la curiosité du procureur, qui s’apprêtait, à faire toute la lumière sur la gestion du Projet de promotion des investissements privés sous la responsabilité de l’apix que dirigeait alors cette dernière ?
Peut-on vraiment parler d’équité, de moralité et d’indépendance de la justice supposée libre et libérée lorsque l’exécutif lui-même s’autorise tout, en étant juge et partie ? N’y a-t-il pas l’ombre d’un doute d’une politique à géométrie variable et réellement coupable des pratiques peu orthodoxes lorsque de petits larcins, pour leur grade, sont livrés aux chiens et traînés à la boue, à libre cours, sans répit, dans les tribunaux aux ordres, pendant que l’ex patronne de l’apix, choyée pour ses beaux yeux et non point pour sa compétence supposée, est épargnée ipso facto des audits audibles en la nommant conseillère spéciale ? Que dire des contradictions d’un régime au verbiage creux et verbeux, qui s’autoproclame vertueux et qui s’octroie librement le beurre et l’argent du beurre et les beaux yeux de l’infirmière ?

Or, dans la plupart des pays africains, dont le régime présidentiel est calqué sur le modèle de l’ancien maître, les mêmes déconvenues résultent en réalité d’une émanation monarchique, taillée sur mesure pour un seul homme, cette réminiscence ringarde qui ne dit pas son nom.
Dans une contribution précédente, nous avions tiré la sonnette d’alarme sur les fonds politiques, cette dérive monarchique, car même avec seulement un seul mandat de 5 ans non renouvelable, le président peut mettre légalement et librement à l’aise dans son compte personnel 20 mds en l’espace de 5 ans pour les beaux yeux d’un empereur, puisqu’il s’agit bien de cela.

Le statut du président de la république fait de lui un monarque paresseux, qui vit éternellement au crochet de la république. Même s’il n’est plus président, il bénéficie incommensurablement d’une assistance élastique totalement inégalée que n’importe quel autre citoyen aussi méritant. C’est ridicule et insultant qu’il faudrait nécessairement réformer ces pratiques absolument délirantes, déroutantes et immorales. Rien ne peut justifier cette somme fabuleuse mise à sa disposition.

Sur les 8 mds officiellement disponibles pour son compte personnel, admettons qu’il en distribue seulement 4 mds chaque année pour sa clientèle politico-conservatrice, apparentée respectable, le calcul laisse apparaître incroyablement un gain d’au moins 20 mds pour 5 ans, sur lesquels on rajoute une fortune déjà énorme, obtenue bizarrement sous le règne scandaleux du régime défunt le plus scandaleux de toute l’histoire politique de la république de l’indépendance à nos jours, dont il a été un acteur principal de premier plan, sans compter des villas à la pelle au coeur de la capitale et jusqu’à acquérir un somptueux château dans l’hémisphère nord, pendant l’alternance; lesquelles contrastent parfaitement avec ses possibilités très limitées d’antan pour un homme subitement riche que crésus, en l’espace de moins d’une décennie, pour quelqu’un qui n’a hérité d’aucune fortune avérée, connue jusqu’ici, alors qu’hier, le même homme tirait le diable par la queue en 1999.
Alors, de grâce, un peu de retenue, d’humilité, messieurs les défenseurs acharnés, indéfectibles de votre soldat manifestement enrichi par le miracle de l’alternance de l’arnaque organisée, qu’est-ce que votre mentor a-t-il donc apporté à la république agenouillée par des lobbies aux allures ethno claniques sur fond de rancunes et de rapines politiques ? La question n’est plus de savoir qu’est ce-qui a porté les fonds politiques à 8 milliards, d’ailleurs un chiffre absolument fantaisiste, invérifiable ; opacité oblige, mais un président normal d’une république exemplaire doit convaincre par les preuves matérielles sur le terrain, avec des promesses en actions

concrètes et non une gouvernance de rupture sobre, vertueuse, transparente et efficace sur fond de carapace !
On aura beau maquiller broc à bric le produit de parues pour bien le vendre sur le marché, mais quelles que soient les notices et les retouches nécessairement transcendantales au nom d’une image trans-internationale pour la présenter sous de faux postulats, il n’en demeure pas moins qu’elle porte en elle-même l’estampille nocive, éternelle de wade devant l’éternel, puisque la substance magico- moléculaire laisse apparaitre nettement des défauts de fiabilité, car nous en avons déjà un goût mer.



Le combat continue !
Ahmadou Diop



1.Posté par gims le 27/09/2012 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A peine arrivé au pouvoir tu commens dja a critiquer.cmt veux tu qu'en quelques mois il fasse tout ce que tu dis.c'est pas un extra terrestre va te faire foutre Waay bande d'imbécil

2.Posté par leral le 27/09/2012 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FORA DE VERSAILLES : une réponse au Pr. Iba Der Thiam

CONTRIBUTION - Dimanche, à Versailles, nombre de spectateurs du show ubuesque au Trianon Hôtel ont été mis mal à l’aise par un discours long, répétitif, ennuyeux, maladroit, insipide, farfelu, incohérent, à la limite blasphématoire à la pensée historique, à la vérité historique, aux faits et à l’intelligence des Sénégalais.


J’ai eu honte, avec le couple assis à ma droite rameuté par des rabatteurs qui cherchaient à remplir leur salle pour un hommage politicien à un ancien Chef d’Etat qui a failli brûler son pays, il y a à peine un semestre, pour se maintenir au pouvoir et, par la suite, après 2 ou 3 années (le temps nécessaire pour finir ses chantiers, comme lui- même l’a clairement dit), passer le témoin à son fils biologique.

Ce machin qui se fait appeler Forum pour la Renaissance Africaine (FORA) est une pure fiction qui n’existe que dans la tête de ses initiateurs, mais nulle part autre en Afrique, en Europe et dans les Amériques. Son Secrétaire général est un militant de Wade qui l’avait fait nommer Conseiller d’Ambassade à Moscou puis à la Délégation du Sénégal auprès de l’Unesco à Paris. M. Soulèye Anta Ndiaye, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a mené une campagne active en France à la faveur de la candidature inconstitutionnelle de Me Wade ; il a même produit un livre sur ce dernier à la veille de l’élection présidentielle de février dernier, un livre heureusement invendu.

“Le demi-Dieu Wade”

Voilà que meurtri par une défaite terrible et inattendue pour son Parti, son clan et sa famille, l’ancien Président actionne son FORA pour se rappeler au bon souvenir du monde - qui l’a déjà oublié - débourse des dizaines de millions pour louer un Hôtel de Versailles, paie des billets d’avion à ses amis et démarche des vieilles amitiés françaises et ce qui lui reste de fans en France, pour se faire célébrer comme un héros, un démocrate, un panafricaniste, un résistant, un honnête homme, un demi-Dieu.

Et c’est justement le discours de Iba Der Thiam qui présente son bienfaiteur comme un demi-Dieu qui a choqué et blessé les convives de la famille Wade dont des hommes et des femmes trompés et abusés par les invitants sur le sens de la cérémonie à laquelle ils n’allaient jamais assister s’ils savaient que ça allait se dérouler comme ils l’ont vécue.

Qu’endure Iba Der décrit l’année de naissance de Wade comme une année faste, glorieuse, “ou le Sénégal s’engageait, fébrilement, dans la reconstruction de son économie délabrée et ruinée par l’effort de guerre... L’époque ou le Sénégal comprenait quatre Communes de plein exercice...” Il ajoute, sans se gêner outre mesure, avec une désinvolture intellectuelle extraordinairement provocatrice : “Par un concours de ces circonstances dont Dieu, Seul, connaît le secret et la véritable portée, l’année 1926 a été, pour le Sénégal et pour l’AOF de l’après-guerre, une année faste, une année de prospérité sociale, d’abondance économique, à la faveur d’une pluviométrie généreuse”.

Qui l’eut cru ? Wade ne pouvait donc naître que cette année 1926, pas avant ou après !!! (sic !). Est-il si sûr de la date exacte de naissance de Wade ? Et l’année de naissance du Président Abdou Diouf alors, lui qui est allé très loin dans son soutien à Diouf au point de créer un Mouvement “Abdo nu doy” ? Un intellectuel doit éviter de tenir ce genre de propos qui ne l’honore guère. Même les militants du PDS qui ont fait le déplacement depuis Dakar en étaient choqués et certains d’entre eux l’ont fait savoir en aparté.

“Les Sénégalais injuriés et méprisés”

Le plus grave, inacceptable et qui relève de la contrevérité historique vérifiable, est cette affirmation péremptoire qui a fait rigoler sous cap des participants à cette mascarade intellectualo- larbiniste : “il ne vous reste, Monsieur le Président, au vu de tout ça qui vient d’être rappelé, qu’à remercier Dieu qui vous a permis de REPÉRER votre successeur actuel, de lui avoir mis le pied à l’étrier, de l’avoir soutenu, choisi, encouragé, de conforter ses qualités, de tremper son caractère, de formater sa pensée, de l’avoir nommé Responsable des Étudiants, Responsable des Cadres de la CIS, directeur de Petrosen, ministre des Mines, ministre de l’Intérieur, Premier ministre, numéro 2 du Parti, directeur de campagne en 2007, Président de l’Assemblée nationale.” Les Sénégalais apprécieront que c’est Wade qui a repéré son successeur.

Si Wade avait réussi son projet de liquidation, Macky ne serait pas aujourd’hui Président d’une République démocratique qui s’appelle le Sénégal. Le peuple se voit ainsi injurié et méprisé par un monsieur qui aurait pu être respectable. Si Wade avait réussi son coup, Macky Sall serait aujourd’hui en prison car on n’oubliera jamais sa convocation à la Police centrale et les accusations grossières et grotesques servies par les anciens ministres de la Justice et de l’Intérieur de Wade.

“Succession dynastique”

M. Le Professeur Thiam, les Sénégalais ne sont pas si amnésiques que tu peux le penser pour ingurgiter ce genre de déclaration constitutive d’une forme de violence exercée sur leur conscience et une insulte à la mémoire collective. Si Wade avait réussi son coup le 23 Juin 2011, ou en serait le Sénégal aujourd’hui ?

Dans votre plaidoyer pro domo, Professeur, vous auriez dû rappeler ce forfait du 23 juin, les violentes répressions dont le Mouvement populaire a été l’objet durant ces dernières années, les intempestives manipulations de la Constitution du Pays par ce “combattant infatigable de la dignité humaine qui a, toujours, nourri, pour l’Afrique et le monde noir, une grande, belle, noble, forte et sincère ambition, qu’il a toujours voulu traduire en actes concrets”, comme vous dites dans votre discours de la méthode.

Non, Professeur. Nous avons connu un autre Wade durant ces 11 longues années de pouvoir et surtout à partir de 2007 quand commença la mise en chantier du Projet de succession dynastique, étape après étape : après la machine à broyer déclenchée contre Idrissa Seck à coup de manipulations de la Justice et de ses militants de haut rang, s’est mise en branle la machine à liquider contre Macky Sall jusqu’au départ de celui-ci du Perchoir de l’Assemblée nationale. Il fallait aussi, Professeur, rappeler cela, sans vous contenter de vous limiter à la présidence de cette Assemblée par le successeur de votre Client du jour.

Professeur, vous avez oublié l’affaire Segura, la Vice-Présidence, le Sénat nommé par décret à 65%, l’intrusion du fils et de la fille Wade dans la gestion des affaires publiques et les scandales y consécutifs dont le peuple exige clarification immédiate et sanctions sévères des déprédateurs des biens collectifs.

“Mille et une humiliations”

Professeur, vous-même avez fait l’objet de mille et une humiliations de votre mentor, en de nombreuses circonstances. L’homme que vous peignez ainsi n’est pas celui que certains de ses proches collaborateurs ont côtoyé des années durant. Voyez seulement comment il a traité ses alliés de 2000 qui l’ont porté au Pouvoir. Voyez comment il s’est comporté après sa défaite et suite aux nouvelles mesures du nouveau Pouvoir du 25 mars 2012.

Professeur, Wade a appelé Macky ce soir du 25 mars forcé et obligé et il n’avait pas le choix. Au fait, il n’a rien inventé : Abdou Diouf l’avait fait avant lui, le 20 mars 2000. Réécoutez son point de presse post défaite et analysez tous les actes qu’il a posés contre Macky Sall. Rigolons quand même quand il a pris les mains du nouveau Président pour prier pour lui. Je prie que les prières qu’il a formulées ce jour là, en ces instants là, ne se réalisent car il s’agissait de celles d’un Homme blessé, humilié, colérique qui quittait le Palais meurtri et forcé. Il ne faut pas tromper les Sénégalais, Professeur. Ressaisissez-vous encore qu’il est temps.

La Page Wade et PDS est tournée pour toujours. Cette pseudo- mobilisation politicienne de Versailles n’y fera rien. Luimême est derrière tous les actes anti-républicains posés par ce qui reste de responsables de son Parti ; c’est lui qui donne les directives et c’est vers lui que les quelques responsables du PDS qui se disent Opposants se tournent pour obtenir les munitions contre le nouveau régime. Son rêve de se faire succéder par son fils a été brisé et stoppé net, mais il rêve encore...

Enfin, Professeur, je serais en accord avec vous quand vous avez invité le Vieux Loup Blessé le 25 mars de se retirer de la vie politique, en ces termes : “L’heure est donc venue pour vous de vous hisser au dessus de la mêlée...” En est-il capable ? Après la messe de Versailles, rien n’aura changé sous les cieux. Professeur, le pays continue sa marche avec le Président Macky Sall. Bon retour sur la terre ferme du Sénégal.

FATOU NABY KANDÉ, Professeur d’université à Strasbourg

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image