leral.net | S'informer en temps réel

Cette hypothèse de candidature unique en 2012

Cette hypothèse de candidature unique en 2012, s’apparente à une unité en action de l’opposition. L’union dans la diversité telle que prônée actuellement dans l’opposition et qui consiste à désigner un candidat unique dès le premier tour, comporte énormément de risques en cas de second tour. La bipolarisation de la vie politique nationale, certes, est une chance non négligeable au regard de la crise sociale, mais elle risque aussi d’être un avantage pour le Président au regard des plans de succession que tante de mettre en place le président. A y voir de plus prés, il est indispensable de recentrer les positions et d’approfondir les discutions afin de trouver d’autres hypothèses moins risquées et plus démocratiques. Pourquoi ne pas aller à une élection primaire au sein de l’opposition (BSS) ? Pourquoi ne pas choisir deux candidats pour (BSS) ?


Rédigé par leral.net le Mardi 16 Août 2011 à 10:24 | | 15 commentaire(s)|

Cette hypothèse de candidature unique en 2012

La première question pourra nous résoudre le problème de leaderships dont souffre notre opposition et la seconde nous permettra d’avoir au moment opportun un poids supplémentaire sur la balance comme ce fut le cas en 2000 avec l’apport de Moustapha NIASS au second tour.
Cette élection primaire au sein de BSS, sera une réponse à l’une des crises qui paralysent l’opposition sénégalaise: la crise de leadership.
Déjà, neuf ans après son élection, la succession de Wade au poste de président de la rue publique n’est toujours pas assurée. Cette vacance au sommet de l’opposition a progressivement déstructuré la vie politique de notre opposition et menace son avenir. Hors, la primaire apportera une solution institutionnelle à une carence institutionnelle au sein de notre opposition nationale: car, l’absence de procédure adaptée pour désigner un leader digne d’être un opposant farouche pose problème.

Cette procédure de désignation populaire, ouverte aux militants, permettra aussi aux citoyens apolitiques dits du progrès ( M23, Dakar Actions sans frontières, etc..) de pouvoir eux aussi choisir leur candidat à l’élection présidentielle. Cette forme démocratique offrira au candidat ou aux deux premiers une formidable dynamique électorale, militante, citoyenne et patriote. Elle constituera avant tout la base d’un puissant élan de modernisation de notre vie démocratique nationale. Car, l’élection présidentielle de 2012 permet aux citoyens de répondre à la question :«Qui sera élu comme président?».

Une élection primaire à son tour permet un approfondissement démocratique en leur donnant la possibilité de répondre d’abord à la question : « Qui sera notre ou nos candidats à la présidence ? ». Cette prise de pouvoir et de position des citoyens sur le choix de leur représentant participe du nouvel ordre démocratique et d’une nouvelle construction de la légitimité politique.

Cependant, il faut noter que la démocratisation engagée par la primaire ne s’arrête pas au choix du ou des candidats à la présidentielle. Elle concerne aussi la ligne politique pour ne pas dire idéologique. Aujourd’hui, les actions sont décidées entre leaders et cette forme de prise de décision constitue le premier facteur de blocage à la candidature unique. Avec la primaire, le choix passe dans les mains des militants et citoyens : ils voteront en effet, non seulement pour une personnalité, mais aussi pour une ligne politique qu’ils défendront. Au final, le projet de société sera référendaire.

A terme, c’est la refonte même des partis politiques que la primaire remettra en cause. C’est pourquoi de part mon observatoire, il est indispensable voir impératif d’adopter pour notre opposition, un système de primaire populaire comme ce fut les assises nationales pour désigner un ou deux candidats à la présidentielle de 2012. Certes, les modalités sont encore à discuter, les conditions à définir. Évidement que les conditions politiques des primaires ne pourront être arrêtées qu’à l’issue d’un travail préalable dans le fond et sur la forme, permettant d’élaborer des sensibilités idéologiques communes. Mais le principe doit être arrêté dès maintenant, sereinement, et non dans l’urgence pré-électorale si nous voulons arrêter les dérives monarchiques de Wade. Car il en va de l’avenir de notre démocratie.

Ainsi, l’objectif visé par l’opposition et tout les Sénégalais épris de justice, de droit et de bonne gouvernance est de changer le système actuel qui au pire des cas pourra mener notre Sénégal dans la même situation qu’a connue la Cote d’Ivoire, c'est-à-dire, nous retrouver avec autant de fils spirituels « Idrissa, Macky, Gadio, Karim » disposant de gros moyens financiers, entourés de militants alimentaires sans sciences ni consciences et capables de prendre le pouvoir par tout les moyens. Ce sont ses enfants qu’il faut barrer la route et non Wade car lui-même s’il pense à se présenter en 2012 ni son âge, ni son état de santé, ni même la constitution ne vote pas en sa faveur.

Mais chers compatriotes, n’oublions pas que le Président ou son candidat à lui dispose de quelques atouts et que chaque partie à ses forces et ses faiblesses.
Quelles sont les forces et faiblesses de chaque camp politique ?

Les forces et faiblesses du Pouvoir.

D’emblée disons qu’ils disposent des moyens financiers énormes en plus de ceux de l'État. Ils ont des militants et sympathisants qui ne maitrisent pas les données macro-économiques d’un pays pour savoir si un pays dispose d’une économie qui marche ou pas. Ce qui les intéresse c’est le statut alimentaire dont ils bénéficient. Ils disposent aussi d’hommes de main capables de semer le désordre et le chaos. Si l’on sait que dans tous les types d’élections, on observe l’existence d’un plus, phénomène parfois confondu avec d’autres sous l’appellation comité de soutien au président à l’image de la misérable CAP 21. C’est le cas aujourd’hui des nombreuses formes de regroupements autour de Wade voir même du fils, parfois pour les besoins alimentaires sans une réelle conviction. Les opportunistes affichent sans vergogne leurs positions : "l’opposition ne nourrit pas son homme" le cas Iba Der en est l’illustration parfaite. Les déclarations de soutiens et de remerciements pour avoir nommé les fils du terroir ou offrir des avantages à telle ou telle famille religieuse n’échappe pas à la règle. Même les petits succès sont amplifiés par les médiats d'État et considérés comme des exploits. Le seul handicap envisagé sera considérable que si les divisions qui seront certainement nées des positionnements deviennent le résultat d’une crise au sein de l’entourage du président. Il est évident que le Chef de l'État en voulant mettre son fils au pouvoir aura des difficultés pour garder l’ensemble de ses alliés. Et les perdants chercheront à s’abriter sur d’autres listes de l’opposition. Car, sa seule formule pour introniser son fils reste l’effet de perroquet : le nom de son fils Karim sera répété de jour comme de nuit dans tout les médiats d'État ainsi que dans toutes les chapèles politiques. Cet effet de résonance qui fait et défait les hommes politiques peut s’avérer payant si l’on sait que la quasi-totalité des citoyens sont des analphabètes prêtes à suivre la direction du vent.

En 2000 le Président Wade n’était pas candidat sortant, à cette époque le Président Diouf était en fin de période d’ajustement structurel. La volonté populaire à un changement était manifeste. Wade qui était déjà le président de la rue publique disposait d’un avantage parmi les opposants. Donc un triple phénomène qui explique son élection au second tour.

Cependant, l’hypothèse d’un état de grâce à la fonction peut durer tout au plus jusqu’en décembre 2011 pour faire place à l’effet d’usure. Mais aussi, la lassitude des sénégalais qui ont vécu les drames des inondations le manque d’électricité, le non respect des institutions et de la constitution etc. Mais quand l’impact des souffrances est fort comme en 2000, le candidat visiblement dit l’homme du pouvoir n’emportera pas la majorité des suffrages.

Les atouts et les faiblesses de l’opposition.

L’opposition sénégalaise ne dispose pas d’assez de moyens matériels et financiers pour combattre l’adversaire qui a le monopole des moyens de l'État. Seulement, l’argent à lui seul n’a jamais gagné une élection. Les résultats d’une élection présidentielle sont principalement le résultat de l’influence de trois facteurs à savoir : la prédisposition politique des citoyens, l’impact de la crise sociale et l’influence de la personnalité du candidat.

Les deux premiers ont été remplis puisque, le peuple sénégalais dispose d’une prédisposition politique qui d’ailleurs a été prouvée lors de dernières élections municipales. Le second existe compte tenu de la situation actuelle du pays. Reste le troisième, la personnalité du candidat qui est un facteur déterminant dans ce contexte de primaire. Ce choix se fera sur la base d’une seule question: « qui est le candidat le plus apte à diriger le pays ?

La réponse à cette question est certes valable, mais pas pour un pays comme le notre ni pour une jeune démocratie. Elle est valable pour un pays comme les États Unis car, dans ses pays la démocratie est une religion.

Dans une jeune démocratie comme le notre, le choix du candidat ne doit pas s’apparenter à la personnalité du candidat mais plutôt aux hommes qui l’entourent. Ainsi, ce choix se fera sur la base d’une autre question : « quel est le candidat qui dispose de plus d’hommes capables au tour de lui? La réponse à cette question nous permettra d’éviter les erreurs de 2000 c’est à dire choisir l’homme Wade sans se préoccuper des hommes qui l’entouraient. Conséquence, il à gouverner ce pays avec une bande d’incompétent. Connaitre la personnalité du candidat est important, mais mieux encore savoir qui sont ses hommes, car même avec le meilleur pilote du monde de formule 1, si l’écurie n’est pas compétente il ne fera jamais de bons résultats. Dans tous les cas, l’hypothèse d’une candidature unique de l’opposition n’aura d’effet que si les leaders de l’opposition acceptent le principe des primaires. Reste à savoir si BSS aura un candidat ou deux au premier tour.

Idrissa Ben SENE



1.Posté par korsiga le 16/08/2011 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

au vu du désordre politique instauré dans le champ politique par
1- la déliquescence du parti au pouvoir suite à la défection de certains de ses membres ( Maky sall, Idy ,aminata Tall, Gadio etc....) qui viennent renforcer mais aussi perturber la cohésion de l'unité des l’opposition
2- de la léthargie congénital des parties d'opposition ( ps, ld afp pit) qui viennent du découragement de certain qui se sont sentis trahi pas l'alternance et du temps d'apprentissage du ps à s’opposer
une candidature unique est impossible et est périlleuse
le salut de l’opposition est des candidatures d'unité
ces petits ensemble formeront chacun une petit armée forte dynamique et combattante
le tire groupement fera de sort que le parti au pouvoir et sa mouvance aura du mal est a élaboré une ligne de défense tellement il recevra des tires de partout , des tireurs embusqués aux tires professionnel d'"lite aux frappement millimétrée comme Idy seck dont la forcé de frappe est concentrée a thies
ainsi le second tour sera inévitable
et l'opposition achevera son travail face à un ennemi lessivé qui n'a pas assez de temps pour reprendre ses forces
faces au découragement le champ du pouvoir enregistrement de nouvelles défection causé par les querelles internes et les guerres de positionnement car le rancoeurs tus au premier tour fera surface
et le grand baobab sera terrassé juste par le petit vent parés l'orange comme l'a était abdou diouf

2.Posté par blak le 16/08/2011 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aalyse partisane et no donc non objectif.
Le Benno ne peut pas avoir une candidature unique parceque etant un regroupement de mécontent et du PS originel. ces derniers ont pillé le Sénégal pendant plus de 40ans donc qu'ils ne viennent plus nous emmerder. La grande différence aujourd'hui entre le pouvoir et l'opposition est que l'un des deux camps à un candidat et l'autre se cherche encore

3.Posté par birame le 16/08/2011 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le TASSARO ou M33 ne trouvera jamais un candidat unique parce que 'étant composé de petites personnes qui ne soucis que de leur propre intéret. Ainsi nous allons nous retrouver avec 33 candidats de l'opposition et le Président Wade ce qui nous fera 34 candidats en 2012 et un seul vainqueur qui sera en toute évidence WADE

4.Posté par yaya le 16/08/2011 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les leaders de Benno n'iront jamais ensemble aux élections, donc discuter sur le nombre de candidats qu'ils vont présenter est dépourvu de sens,

5.Posté par yaya le 16/08/2011 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Benno ne peut pas aller aux élections avec un candidat parce que Benno est composé des leaders qui ont tous soif du pouvoir, niasse pense qu'il est meilleur de leaders de Benno, Tanor pour rien au monde n'acceptera d’être dirigé par Niasse

6.Posté par nanou le 16/08/2011 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

comment peut-on encore parler de candidature unique de Benno, après les sorties de Tanor et de Dansokho, je pense que Tanor a été clair sur cette.
Benno n'ira jamais aux élections avec un candidat

7.Posté par MOIZ le 16/08/2011 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça me fait rire quand je vous entends parler de Benno, si vraiment vous formez une alliance comment expliquer vous cet attitude du PS, pourquoi le PS a laissé l'AFP dirigé la liste du BENNO à Nioro, et aller après former un bureau les élus du PDS et trahir l'AFP


8.Posté par YAYA le 16/08/2011 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprends maintenant pourquoi Moustapha niasse ne veut laisser TANOR porter la candidature unique de Benno, c'est qu'il ne veut pas être trahi à nouveau;
c'est tous des vautours ils se connaissent

9.Posté par nanon le 16/08/2011 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense que la meilleure solution est d'aller au premier tour en nombre limité de candidature ,les candidats éliminés s'engageant à soutenir celui qui est qualifié pour le second tour.il faut éviter la dispersion et tout faire pour nous débarrasser de ce monstre.c'est une question de salubrité publique.vouloir se présenter à 90ans c'est immoral si en plus vous n'en avez pas constitutionnellement le droit ,c'est très grave.

10.Posté par korsiga le 16/08/2011 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au vu du désordre politique instauré dans le champ politique par
1- la déliquescence du parti au pouvoir suite à la défection de certains de ses membres ( Maky sall, Idy ,aminata Tall, Gadio etc....) qui viennent renforcer mais aussi perturber la cohésion de l'unité des l’opposition
2- de la léthargie congénital des parties d'opposition ( ps, ld afp pit) qui viennent du découragement de certain qui se sont sentis trahi pas l'alternance et du temps d'apprentissage du ps à s’opposer,
Une candidature unique est impossible et est périlleuse
La seule voie de salut pour l’opposition est de présenter des candidatures d'unité c'est des candidature à la tête de partis qui logiquement et idéologiquement peuvent se mettre naturellement ensemble,
Ils formeront chacun une petite armée forte dynamique et combattante,
Et l'instar d'une guéria urbaineleurs tires groupés feront mal et leur caractère incontrôlé fera de sort que le parti au pouvoir et sa mouvance aura du mal est a élaboré une ligne de défense capable de les contenir tellement ils recevront des tires de partout,
Ainsi, des tireurs embusqués aux tireurs professionnels dites d'lite aux frappes millimétrée ou chirurgical comme Idy seck dont la forcé de frappe est concentrée a Thiès ce seront une action combinée dont la canditure est incapable de produire tellement ce qui est les divisent est plus important que ce qui est réunis
Ainsi le second tour sera inévitable et quand il arrivera toute l’opposition sera réunie autour de d’un idéal faire partir le régime en place
Ainsi l l'opposition achèvera son travail de sape entamé au premier tour face à un ennemi lessivé et qui n'a pas assez de temps pour reprendre ses forces
Il s’y ajoutera que le découragement le champ du pouvoir fruit les querelles internes des guerres de positionnement et rancœurs tus au premier sera un autre coup de massue porté au pouvoir chancelant
Et le grand baobab sera terrassé juste par le petit vent froid de l(après 'orage comme il l'a fait avec Ndiol le roi des arènes pendant plus de 20 ans Abdou diouf

11.Posté par moiz le 16/08/2011 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ceux qui ne crois pas n'ont qu'à demander à tanor comment ousmane drame est devenu maire de Nioro, si le ps est capable de trahir leurs camarades pour une simple mairie, ces gens n’hésiteront pas à les poignarder dans le dos à nouveau pour accéder à la présidence

12.Posté par moiz le 16/08/2011 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça me fait rire quand je vous entends parler de Benno, si vraiment vous formez une alliance comment expliquer vous cet attitude du PS, pourquoi le PS a laissé l'AFP dirigé la liste du BENNO à Nioro, et aller après former un bureau les élus du PDS et trahir l'AFP

13.Posté par siga diouf le 16/08/2011 15:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'opposition cherche une sortie pour justifier son éclatement parce qu'elle sait qu'elle peut pas avoir une candidature unique. Mais unie ou non elle battue à plate couture par le candidat wade

14.Posté par doole2012 le 16/08/2011 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quel est le candidat qui dispose de plus d’hommes capables au tour de lui?
MACKY SALL

15.Posté par baol le 16/08/2011 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

idée pertinente dont la mise en oeuvre pratique demande du temps et de l'argent : ce dont ne dispose pas l'opposition actuelle !
si on est d'accord sur l'essentiel tournant autour des assises : il faut choisir un ou deux candidats sur la foi de leur honorabilité et popularité : je suggère Loum ou Niasse ? ces derniers exécuteront le programme défini par les Assises nationales.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image