leral.net | S'informer en temps réel

Chantage : La sextape du fils d’un célèbre marabout et imam à Dubai exposée


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Août 2016 à 11:48 | | 8 commentaire(s)|

Chantage : La sextape du fils d’un célèbre marabout et imam à Dubai exposée
Attrait à la barre des flagrants délits de Dakar, les sieurs Yoro et A. Ndiaye ont été inculpés pour diffusion de film pornographique. En effet, cette vidéo contient les ébats sexuels de la sœur de Yoro et de son mari M. B. Sall, un Imam de Dubaï et fils d’un célèbre marabout.

En séjour à Dakar, la dame A. Sall, qui vit à Dubaï, s’est fait chiper sa clé USB par son propre frère qui ignorait le contenu. Ce dernier, après avoir pris la clé, la visionne et retrouve dans les fichiers un film qui contient les ébats sexuels de sa sœur et de son mari, imam à Dubaï et fils d’un feu célèbre marabout. Yoro court voir son ami A. Ndiaye pour lui faire visionner la vidéo. C’est ainsi que les deux jeunes hommes décident de faire chanter le couple en achetant une nouvelle puce expresso pour ne pas se faire prendre. Se faisant passer pour des inconnus, les deux bonshommes parviennent à parler au sieur M. B. Sall pour lui faire part de l’existence de la vidéo et surtout pour lui demander la somme 15 millions FCfa. Après avoir désisté pour la première fois, ce dernier sera encore contacté par son beau frère et son ami pour une somme de 500 000 francs Cfa contre la diffusion de la vidéo. Yoro, sous le coup de la colère, diffuse une photo du couple nu sur Facebook. C’est alors que le sieur M. B. Sall décide de porter plainte contre X tout en ignorant que c’est son beau frère qui est derrière la mascarade.

A la barre, Yoro conteste tous les faits avant d’affirmer qu’il l’a fait sous le coup de la colère. Il atteste que le sieur A. Ndiaye n’est pas son complice et qu’il n’a pas voulu regarder la vidéo.

Le procureur a demandé une application bienveillante de la loi. Pour la défense, Me Djigo affirme que le sieur A. Ndiaye n’a rien fait et il n’a même pas visionné la vidéo proposée par son ami Yoro. La Défense a réclamé la relaxe au bénéfice du doute pour A. Ndiaye. Quant à Yoro, son avocat, Me Guèye, a expliqué que son client a agi sous le coup de la colère et par immaturité avant de plaider la clémence. L'affaire a été mise en délibéré au 10 août prochain.

Buzzsénégal






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image