leral.net | S'informer en temps réel

Charivari au PS… - Par Oumou Wane

Le PS a ses raisons que la raison ignore… raisons exécrées et exercées depuis des années par un homme qui n’a jamais rien créé mais a hérité de tout. Comme tous les héritiers il fait fi des principes fondamentaux et des rêves des pères fondateurs qui ont pensé le présent et le futur de leur objet. Les héritiers, comme d’habitude, tous crocs dehors et inaptes aux principes séculaires de leur héritage, s’en servent sans penser à son futur, le suçant a coups de grands glous glous, jusqu’à le tarir. Nous y voici.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Mai 2014 à 21:56 | | 2 commentaire(s)|

Charivari au PS… - Par Oumou Wane
Le PS est mort. Désormais mort mais non enterré et longtemps nous devrons subir les odeurs nauséabondes de sa putréfaction qui va tirer en longueur et nous tenir la jambe. Mais qu’importe… Tant que sa dépouille ne sera pas définitivement portée en terre elle pourra servir de monnaie d’échange à ceux qui vivent de sa vie factice… mais nul n’est dupe, ceux qui font danser le PS savent bien que le PS est mort, assassiné sous l’autel d’ambitions présidentielles depuis longtemps abandonnées mais désormais monnayables tous les mois en clopinettes…Senghor a été trahi. Abdou Diouf non, il est encore vivant et ne pipe mot, certainement dans une autre dimension qui nous échappe et surtout vacciné à toutes nos gesticulations tropicales, à nos dégaines poussiéreuses, à nos yeux rouges et lèvres sèches… Diouf, de son trône, s’en torche et sait bien que nous ne pouvons lui apporter que des tracas…nous sommes des solutions pour accéder au pouvoir et à notre maigre pactole et après nous devenons de vrais problèmes avec nos équations insolubles… l’histoire tourne en rond pour nous et il est temps que nous nous posions certaines questions. C’est nous le problème et non nos dirigeants.

Enfin, au PS, le mot d’ordre est de fermer son clapet et aux jeunes pousses on leur demande de se tailler les canines et de repasser un autre jour.
C’est le Moscou contemporain où il y a des élections sans vote. Congrès sans congrès puisque la constante ne souffre d’aucune contestation, on remballe le tout sans peser.

Ecrire sur ces sujets éculées et révoltants au 21ème siècle est déjà une souffrance, laisser pisser s’avère pire. Donc disons le haut et fort, si le PS devait céder à la tentation de calculs bêtes ne tenant pas compte de son propre avenir mais de l’avenir de son ouaille en chef au nez et à la barbe du peuple qui les observe la nausée à la bouche, il ferait fausse route. Et si Khalifa Sall devait accompagner ce cinéma de seconde zone, il peut d’ores et déjà s’asseoir sur ses ambitions présidentielles et toutes les chances de Aissata Tall Sall hissées vers le sommet. Au Sénégal nous serons toujours solidaires des victimes. Pensez-y Messieurs.

Oumou Wane

Pdg d'africa7






Hebergeur d'image