leral.net | S'informer en temps réel

Charlie et les charlatans - Par Sidy Lamine Niasse


Rédigé par leral.net le Vendredi 16 Janvier 2015 à 16:00 | | 28 commentaire(s)|

Charlie et les charlatans - Par Sidy Lamine Niasse
Non, Monsieur le Président de la République, le Sénégal n’est pas Charlie. Ses citoyens, constitués en grande majorité de musulmans, ne sauraient être des charlots au point de marcher avec des porteurs de pancartes dont les caricatures insultent le Prophète de l’Islam (Psl). En vous déplaçant jusqu’à Paris pour condamner ceux qui ont réagi violemment à ces blasphèmes et soutenir ceux qui ont blasphémé, vous avez aussi commis le même péché. Et vous vous êtes auto exclu de l’Islam.

Ignoriez-vous, Monsieur le Président, que le Prophète Mouhamad (Psl) avait, en son temps, ordonné l’exécution d’un artiste qui, en panne d’imagination, s’amusait à le représenter en le caricaturant. Celui-ci ne dut son salut qu’à sa rédemption. Les poèmes qu’il dédia, par la suite, au Messager de Dieu résonnent toujours et continuent de rythmer les plus mémorables occasions. Le Prophète (Psl), pour magnifier le courage qui l’a conduit à se repentir, le couvrit d’un manteau portant le nom des poèmes les plus psalmodiés aujourd’hui (la Bourda par exemple). Or, pour nous musulmans, toute décision prise par le Prophète (Psl) a valeur de décret divin ne pouvant guère faire l’objet de compromis. Par conséquent, toute personne qui bafoue ses enseignements, s’exclut de l’Islam. Et ce jusqu’à ce qu’elle se rachète.

Par contre, vous n’êtes pas censé ignorer, Monsieur le Président, que le dernier numéro de Charlie Hebdo a déjà été vendu au Sénégal. L’interdiction brandie par le ministre de l’Intérieur ne fut que subterfuge. Les avancées technologiques dispensent de visa les journaux. Et avec un président de la République qui s’est plus que solidarisé avec ceux qui ont insulté le Prophète (Psl), que restait-il ?

Monsieur le Président, ce n’est pas en solidarité avec la France, mais plutôt avec Charlie Hebdo que vous avez donc pris part à la manifestation affublée du titre de «marche républicaine», mais parlons justement de la France. Voilà un pays de vieille civilisation qui a vendu partout la démocratie et qui rate ce que le poète sénégalais avait appelé le rendez-vous du donner et du recevoir. Un pays à la pointe de la technologie et qui se conduit tel l’homme de Néandertal. Et lorsque les plus éminents intellectuels français s’autorisent à amalgamer entre caricatures et insultes, le monde peut s’inquiéter.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image