leral.net | S'informer en temps réel

Cheikh Kanté chez Mbaye Diouf : Deux « guignols » qui se jouent de Macky SALL

Le meeting organisé, ce week-end, par Mbaye DIOUF, en présence du Directeur général du Port Autonome de Dakar, le Dr Cheikh Kanté, restera à jamais gravé dans les mémoires pour avoir été caractérisé par un désarroi qui démontre combien l’ancien Dg de la SNCF paraît être vomi dans cette ville. Est-il simplement besoin de faire remarquer que les thiessois, aujourd’hui, ont réfléchi fermement pour refuser, à partir de maintenant, d’être dupés, d’être entrainés dans une pure comédie dont les acteurs ne visent qu’un profit habilement voilé. L’atmosphère vécu au cours de cette manifestation, où l’on se croirait au Grand Théâtre, ressemblait plutôt à du « bluff », un « leurre ». D’ailleurs, M. DIOUF, certainement, aura bien constaté que dans cette ville au bassin électoral si riche, à la position géographique aussi stratégique, la vague de sympathie qui lui était favorable a fortement régressé.


Rédigé par leral.net le Dimanche 28 Septembre 2014 à 23:25 | | 0 commentaire(s)|

Cheikh Kanté chez Mbaye Diouf : Deux « guignols » qui se jouent de Macky SALL
Ce qui s’est passé avec ce meeting était apparu comme un véritable festival où l’argent a coulé à flots, avec des sommes importantes dépensées pour « acheter » des figurants, organiser des festivités, distribuer des patati et des patata dans le simple but de maintenir des « militants ??? » et les transporter. en ont-ils ras-le-bol, les thiessois, des déclarations sournoises d’une certaine catégorie de politiciens, perçus comme des « affairistes » qui ne s’intéressent aux militants qu’à l’approche des échéances électorales pendant lesquelles on se poudre, on met du vernis, ou on prêche la disponibilité à l’instar du renard voulant le fromage du corbeau.

La cité du Rail refuse-t-elle maintenant de continuer d’être cette pauvre ville que certains politiciens prennent pour une « Cité d’affaires », une véritable foire à l’arnaque façonnée par des « guignols » avec, en toile de fond, la préservation des intérêts et la quête d’un statut social via la politique. Pour parler de « cette catégorie de groupuscules faisant la promotion de clans, négligeant la cité et méprisant la masse, parce que fonctionnant en marge de la vie et des réalités de la ville. Des hommes plus soucieux de leur aisance ».

On a assez trompé Macky SALL à Thiès. Mbaye DIOUF semble n’avoir rien gobé ? Il est, dirait-on, en train de gangréner l’APR à Thiès. De semer la discorde dans ses rangs. Comment expliquer un meeting présidé par le Directeur général du Port Autonome de Dakar, le Dr Cheikh Kanté, où il n’y avait aucun responsable de l’APR à Thiès ? M. KANTE, est-il venu créer expressément une crise à Thiès ? Qui lui a donné mandat de venir ? Puisqu’on ne lui connait aucune responsabilité nationale au niveau de l’APR. Pourquoi s’encombrer de cadavres politiques, de mercenaires, de guignols ? La question qu’il faut se poser, aujourd’hui, reste à savoir, véritable, la conviction de Mbaye DIOUF. Où va l’honorable Député perçu, aujourd’hui, à Thiès, comme du « Bois Mort » ? L’on semble oublier, sans doute, que Mbaye DIOUF était déjà à l’APR, ce, depuis le 2e tour de la présidentielle de 2012. D’ailleurs, il a déjà été reçu, avec sa délégation, par Macky SALL, lors de la période du Conseil des Ministres décentralisé. N’était-il pas candidat dans la liste majoritaire de BBY à Thiès-Est avec les Abdou MBOW, les Siré DIA, etc., lors des locales dernières ? Que voit-on d’attractif, aujourd’hui, autour de Mbaye DIOUF ? N’était-il pas, ce dernier, au PS avec Abdou DIOUF ? Puis au PDS avec Abdoulaye WADE ? Pourtant il n’a jamais rien gagné à Thiès.

Cette affaire là, donc, pour bien parler du meeting en question, reste un non-événement qui ne joue aucun rôle dans le climat politique thiessois. Cheikh KANTE se mystifie et trompe Macky SALL. Le Président de la République, peut-il compter sur Thiès, la ville Rebelle, autrefois appelé Diankhène, pour « asseoir son pouvoir ». Thiès où bien des responsables politiques « perturbent et agacent plus qu’ils ne convainquent ». Où des « meetings sont transformés en séances de pugilats, avec des permanences sans objets, où certains leaders politiques, loin de faire l’unanimité, préfèrent entretenir des gangs. Thiès où, donc, bien des « dirigeants locaux apéristes, loin de travailler pour la massification de leur Parti, semblent choisir délibérément de scier, à coups de machettes, de colt et d’invectives, la branche du Trône. Thiès où la « pagaille » apériste est presque érigée en une tradition quasi sacrée.

Cheikh CAMARA






Hebergeur d'image