leral.net | S'informer en temps réel

Cinq (5) mois sans salaires : Amara et Cie dans la dèche

Tel un serpent de mer, le problème des salaires des entraîneurs des différentes sélections nationales ressurgit. Aucun centime n’a été versé aux sélectionneurs nationaux depuis leur prise de fonction en mi-décembre. Presque six mois que ça dure, en silence. Jamais pareille situation ne s’était posée pour un responsable technique de l’équipe fanion.


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Avril 2010 à 04:17 | | 3 commentaire(s)|

Cinq (5) mois sans salaires : Amara et Cie dans la dèche
Cette résurgence du passé dans le présent de la gestion du football sénégalais relance avec acuité le débat sur la volonté des autorités étatiques de mettre sur de bons rails, et pour de bon, le football sénégalais. Encore moins, réussir à maintenir la bonne dynamique de sa reconstruction durable. Sinon, comment comprendre que de telles pratiques puissent encore avoir droit de cité dans ce milieu où le rapport travail-argent est manifestement accommodant. Alors qu’au même moment, du ministre des Sports à son collègue de l’Economie et des Finances, en transitant par le directeur du Trésor, personne ne serait resté six mois sans salaire, et en silence, surtout. C’est dire toute la grandeur de ces Sénégalais qui vivent cette situation dans la plus grande dignité.

Surtout ne pensez pas que c’est parce qu’ils sont sénégalais que l’Etat reste leur devoir autant de mois de salaires. Une grille de lecture transversale permet de se rendre à l’évidence. Cette situation a été vécue par tous les sélectionneurs ayant présidé aux destinées de la sélection nationale. De Metsu à Kasperczak en passant par Stephan, tous sont restés des mois sans percevoir leur dû. Mais jamais après avoir signé leur contrat. Au contraire, ces derniers bénéficiaient d’une rallonge de deux à trois mois après le paraphe. Si ces techniciens étrangers émargeaient à coup de dizaine de millions, tel n’est pas encore le cas de leurs homologues locaux. Pour rappel, c’est la somme modique de 20 millions qui est allouée aux différents staffs des sélections nationales, alors que pareille somme permettait juste de payer un Kasperczak, avec les résultats connus de tous. De qui se moque-t-on ? Surtout que les tumultes qui pourraient résulter de mauvais résultats leur seraient directement imputés, à juste titre, diriez-vous. Donc après avoir gerbé pour apposer leur signature en bas de feuille pour formaliser leur situation avec l’Etat employeur, voilà que le calvaire des techniciens sénégalais vient de débuter.

Et pourtant des lueurs d’espoirs nées de Volos (match face à la Grèce) et de la qualification des locaux pour le prochain Chan, sans parler du bon comportement des sélections jeunes, laissaient entrevoir une dynamique de reconstruction favorable à un retour à la normale. Ce serait dommage de plomber cette osmose pour des problèmes d’argent. Décidément, le ballon ne roule pas rond du côté de la tutelle et des démembrements de l’Etat en charge de cette question.

Ferloo.com



1.Posté par ngaary le 23/04/2010 14:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dégnoo niack fayida rek! Magg loumou nangou tekko dagan na.

2.Posté par Bozz le 23/04/2010 16:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mauvaise surprise pour les amateurs de foot.

3.Posté par beugfalou le 29/04/2010 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

séne thiapa ndéye rek yéne il faut les payer way c'est quoi ce manque de respect là et pourquoi vous ne le faites jamais avec les blancs dites le moi svp wassalam

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image