Cinq ans sans Serigne Saliou Mbacke : La réincarnation de Bamba toujours dans les cœurs

Rédigé le Dimanche 30 Décembre 2012 à 02:49 | Lu 2418 fois | 5 commentaire(s)

28 décembre 2007, 28 décembre 2012, cinq ans déjà que disparaissait le dernier fils sur terre de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du Mouridisme, Serigne Saliou Mbacké. Pour nous remémorer cet homme de Dieu, nous nous appuierons principalement sur cette conférence du Pr Cheikh Mouhamadou Bamba Thioune, alias «Khadimul Qur aan», Professeur d’anglais au Lycée Serigne Amadou Cissé de Pire, prononcée le samedi 24 décembre 2011 à Diamaguène (banlieue de Dakar), à l’occasion d’une journée annuelle de grâces (Cant) en l’honneur de Serigne Saliou Mbacké.



Cinq ans sans Serigne Saliou Mbacke : La réincarnation de Bamba toujours dans les cœurs
Né à Diourbel le 22 septembre 1915 Serigne Saliou Mbacké, a été rappelé à Dieu à Touba, le 28 décembre 2007. Il est devenu khalife général des Mourides suite à la disparition de son aîné, Serigne Abdou Khadre, en 1991. Une anecdote de Serigne Modou Diaw Fakha, à qui Cheikh Ahmadou Bamba avait demandé d'interpréter son célèbre poème "Mawahibu naafihu", rapporte que le disciple du Cheikh s’est exécuté «jusqu'à la 53e prose qu'il ne comprenait pas. Il est revenu faire part au Cheikh de son incompréhension, et ce dernier de lui dire que s'il essayait jusqu'à l'année suivante, il n'arriverait pas à le déchiffrer». À l'époque, indique Serigne Modou Diaw Fakha, «Serigne Saliou avait sept ans et était assis à côté du Cheikh». Serigne Touba de continuer en lui précisant: «Modou Diaw, le jour où vous ne me verrez plus, je transmettrai tous mes dons à mon représentant, obéissez à ses ordres». Khadimoul Rassoul avait alors posé sa main sur la tête de Serigne Saliou disant: «Lin khaadatil udjuru wal ma Salihu bi tayyi wal djazbi wa innî Salihu». Une phrase devenue très célèbre chez les "Cantaakoon" (disciplines de Cheikh Béthio Thioune), élevé au rang de "Cheikh". Son désintéressement légendaire des choses mondaines, son effacement jusqu'à son avènement à la tête de la confrérie, ont fait de lui un homme de dimension exceptionnelle. Serigne Saliou, rappelle-t-on, a régulièrement remis aux différents khalifes l'intégralité du produit de ses récoltes et n'y a jamais «goûté», en dehors de la ristourne que lui envoyaient ses aînés.

Un don de Dieu

Fils de Serigne Touba et de Sokhna Faty Diakhaté, Serigne Saliou nous est parvenu par la grâce de Dieu, selon Serigne Mouhamadou Lamine Diop «Dagana» –un des rares disciples à avoir rendu visite à Serigne Touba au Gabon, en compagnie de Cheikh Anta Mbacké– dans son livre «Irwaa u-n-Nadim» (L’abreuvoir du commensal). Selon lui, le guide est né le 14 Dhul qi da 1333 de l’hégire (un mercredi), qui correspond au 22 septembre 1915, à Diourbel. Serigne Touba avait alors fini de purger sa peine de plus de sept ans d’exil au Gabon (1895-1902), quatre ans en Mauritanie (1903 - 1907), cinq ans de résidence surveillée à Thiéyène (1907 - 1912) et se trouvait encore consigné en résidence surveillée à Diourbel (1912 - 1927) où il passa le reste de son séjour terrestre. Quant à Sokhna Faty, sa vénérée mère, elle est la fille de Serigne Modou Diakhaté Méwane et de Sokhna Dieng Sylla. Elle est également la sœur du très célèbre Serigne Amsatou Diakhaté, disciple de Serigne Touba, et de Sokhna Mariama Diakhaté, mère de Serigne Abdoul Ahad (3e khalife) et de Serigne Souhayibou Mbacké. A la venue au monde de Serigne Saliou, c’est à ce même Serigne Mouhamadou Lamine Diop «Dagana» que le Grand Cheikh fit appel pour l’informer du nom : Assaaliha (le pur, le probe, le vertueux…) qu’il écrivit à terre. Serigne Mouhamadou Lamine Diop composa séance tenante des vers en l’honneur du nouveau-né. «Puisse Dieu, invoqua-t-il, par Sa Grâce, nous préserver Saaliha/l’Eternel Qui, par lui, nous a gratifiés de la pureté, que Dieu en fasse un soleil éternel dans le ciel de son époque/effaçant ainsi la face obscurcie de celle-ci, que Dieu l’éternise, parachevant ses dons/en bénédiction et sanctification bénéfiques.»

Un érudit formé à bonne école

Serigne Touba commença lui-même l’initiation de Serigne Saliou au Saint Coran, avant de le confier à Serigne Alassane Diakhaté, auprès de qui, il fit ses humanités religieuses (mémorisation et reproduction écrite du Saint Coran, de mémoire). Serigne Thierno Mbacké «Guélongal», fils de Serigne Omar (cousin et disciple de la première heure de Serigne Touba), rapporte que Serigne Touba a dit à Serigne Alassane, en lui confiant Serigne Abdou Saad, Serigne Abdoul Ahmad, Serigne Saliou et Serigne Souhayibou, que s’il parvenait à leur faire maîtriser le Saint Coran, il garantirait son entrée au Paradis. Serigne Saliou fit sa tarbiyah (éducation religieuse), selon son petit-fils Serigne Khalil Mbacké, à l’emplacement actuel où est bâtie la résidence de Cheikh Béthio Thioune à Djannatoul Mahwa à Touba. Il n’y avait, à l’époque, que des champs. Après sa maîtrise du Livre Saint, il se familiarisa avec les sciences religieuses auprès de Serigne Modou Dème de Diourbel, Serigne Habibou Mbacké, qui eut à occuper la fonction d’imam de la grande mosquée de Touba, Serigne Mor Sassoum Diakhaté, fils du très célèbre Cadi Madiakhaté Kala et de Serigne Mokhtar Dieng Gouyaar de Tindôdi. Il devint ainsi un fin lettré, érudit à la vaste culture, maîtrisant la littérature (recueils des poètes maures, andalous…) et la langue arabe (rhétorique, prosodie…), sans parler de sa maîtrise de la géographie... Le voyage constituant une grande part de l’éducation et de la formation, comme l’enseigne le Prophète Muhammad (PSL), le Cheikh effectua des périples en Côte d’Ivoire, en Gambie et dans les différentes régions du Sénégal. Hélas ! Toute vie ayant une fin, celle de Serigne Saliou arriva à terme le vendredi 28 décembre 2007 (17 Dhul Hijja 1429), pendant qu’à la Mecque les pèlerins accomplissaient encore leurs rites. Là-bas, «sur les lieux où l’Ange Gabriel transmettait la Révélation au Prophète Muhammad (PSL)», plusieurs kaamil (Sainte Vulgate) furent lus en son honneur. Devenu khalife un jour de vendredi, il quittera ce bas monde un vendredi. Son khalifat dura dix-sept ans (nombre de «rakaa» des cinq prières canoniques). Serigne Saliou «retourna» à son Seigneur, qu’il avait toujours servi et à qui il renvoyait toujours, à l’âge de quatre-vingt-douze ans (valeur numérique du nom de Muhammad). Au demeurant, la valeur numérique de son propre nom (çaalih) renvoie au nombre des «Plus Beaux Noms» (Asmaa ul husnaa) de Dieu! Avec Serigne Saliou s’achève le cycle des fils-khalifes. Un autre s’ouvre avec l’avènement de Serigne Mouhamadou Lamine Bara (2007-2010), fils du second khalife, à qui a succédé Serigne Sidy Mokhtar, fils de l’homonyme du prédécesseur.

SERIGNE MOUR DIOP

Le Pays au Quotidien




1.Posté par talibe serigne saliou le 30/12/2012 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dieureudieuf serigne Saliou Mbacke,Dieureudieuf serigne Saliou Mbacke,Dieureudieuf serigne Saliou Mbacke,Dieureudieuf serigne Saliou Mbacke,Dieureudieuf serigne Saliou Mbacke.Sante Serigne Saliou boubakh thii barkeh Serigne Touba.

2.Posté par FocusActu le 31/12/2012 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

3.Posté par schwarzeraal le 01/01/2013 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j´ai revé cette nuit de serigne saliou mbackénous etions assis ensemble.il a deroulé un papier et on discutait la dessus.il a donné un ordre dont je ne me rappele pas.je reve souvent dans mes nuits d´etre á coté des grands hommes et femmes de ce monde.????????

4.Posté par cherif aidara le 01/01/2013 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chérif aidara le petit fils de cheikh sadibou aidara grand marabout
est la aujourdhui pour aider ce qui on besoin de lui pour tout les domaines
amour chance reussite travail mariage santé succés dans vos entreprises basé sur le saint coran incha allah kou gneuw sa adio fadiou
thi barké cheikhna cheikh sadibou thi barké yonentebi mouhamad salalahou aleyhi wa salam wa salatou wa salam hairou leumbiya badar ak ouhout
contact ;00221 77 921 57 39 ou sur skype aidara61 merci

5.Posté par "Khâdimul Qur ân" le 18/12/2013 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Assalâmu alaykum,
Heureux d'avoir trouvé un site ayant publié votre article et par le biais duquel je pourrais poster un commentaire, je tiens tout d'abord à vous remercier de votre honnêteté intellectuelle qui vous fait citer vos sources. Je suis ravi de voir mon travail sur ce Saint homme profiter à d'autres.
Je voudrais, tout de même, apporter un petit rectificatif, si vous le permettez. En effet Serigne Modou Lô "Dagana" et Serigne Modou (Mouhamadou) Lamine Diop "Dagana" sont souvent pris l'un pour l'autre. C'est le premier qui était allé trouver le Grand Cheikh au Gabon et c'est à lui que celui-ci demanda d'amener Mame Cheikh Anta. Le second est, comme vous le rapportez, l'auteur de «Irwaa u-n-Nadim». La parenthèse "un des rares disciples à avoir rendu visite à Serigne Touba au Gabon, en compagnie de Cheikh Anta Mbacké" collerait donc plus à S. Modou Diop "Dagana", dont S. Moussa Kâ dit: "kheuyé na kokki ngouy bissoub talaata/ namm ci guèdj gui bagnounaan qad maata...", qu'à S. Modou L. Diop Dagana.
S. Modou Lamine Diop est originaire de Dagana. Quant à S. Modou Diop, il ne l'est pas mais y avait été posté par le Cheikh, lors de sa déportation en Mauritanie, pour "filtrer" ceux qui pouvaient accéder au Cheikh.
A vous, Cheikh Mouhamadou Bamba Thioune, "Khâdimul Qur ân"

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >

Jeudi 24 Avril 2014 - 15:19 Macky Sall, un homme seul (Leral)

Jeudi 24 Avril 2014 - 13:09 Sall Crash !




TELEVISIONS & RADIO SENEGAL

    
 

    

    

    


Hebergeur d'image