leral.net | S'informer en temps réel

Cité dans une sombre affaire de chantage : Cheikh Mbacké Gadiaga dément et fait dans la menace


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Janvier 2016 à 13:30 | | 3 commentaire(s)|

Cité dans une sombre affaire de chantage : Cheikh Mbacké Gadiaga dément et fait dans la menace
Cheikh Mbacké Gadiaga dément les accusations portées contre lui et sa convocation à la Division des investigations criminelles. "L'ami" de Cheikh Amar menace de traduire en justice les auteurs de ces informations. " J'ai été étonné d'apprendre ces sornettes sur moi. Je ne connais ni d'Adam ni d’Ève l'aide de Camp du président de la République. Je n'ai jamais été convoqué ou entendu par qui que ce soit. D'ailleurs, j'ai saisi mes conseils, je veux nommer mes avocats et une citation directe sera servie au journal EnQuête et à tous ceux qui m'ont écharpé de cette fausseté. Ils vont tous s'expliquer devant la justice; croyez moi. Si ce qui a été écrit est avéré, vous pensez que je resterais libre de tout mouvement ?", a-t-il laissé entendre, dans un entretien avec Dakarposte.com.

Il annonce d'ailleurs une conférence de presse au cours de laquelle il promet de "fracassantes révélations". Ce, non sans démentir l'affaire des 7 millions FCfa entre lui et Cheikh Amar. "Pas plus tard que ce matin, j'étais avec Cheikh Amar, qui reste mon ami et frère. Il n'y a aucune brouille entre nous. Nous savons ce qui se cache derrière cette campagne", conclut-il amer.

Pour rappel, nos confrères du journal "EnQuête" ont écrit: "Cheikh Mbacké Gadiaga fait encore parler de lui et toujours dans le mauvais sens ; il fait l’objet d’une plainte de la part de l’aide de camp du Président Macky Sall".

Le plaignant, selon " EnQuête", n’en pouvait plus de voir son nom être utilisé par Gadiaga à des fins peu recommandables. En effet, l’ami de Cheick Amar ferait croire au patron de TSE qu’il était tout le temps cité en conseil des ministres. Pour étayer ses propos, il disait à ce dernier que c’est l’aide de camp du Président qui lui faisait tout le temps le compte rendu de la réunion du Conseil des ministres.

Ce qui aurait conduit à sa convocation à la DIC qui lui a demandé de rester à la disposition de la justice. Outre cette affaire, note le journal, il aurait roulé le patron de TSE dans une affaire de vente de voiture à hauteur de 7 millions de francs Cfa.






Hebergeur d'image