leral.net | S'informer en temps réel

Clarification à propos de la réponse de Monsieur le Président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse, sur les prix des denrées de première nécessité

Rédigé le Dimanche 28 Avril 2013 à 16:51 | | 9 commentaire(s)

En réponse à une question posée, à l’occasion de la séance d’ouverture de la conférence des femmes parlementaires de la francophonie par une journaliste de la presse nationale, le Président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a répondu en des termes que nous restituons:



Clarification à propos de la réponse de Monsieur le Président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse, sur les prix des denrées de première nécessité
Quel est le Sénégalais, quelle est la Sénégalaise qui ne se préoccupe pas de la question du prix des denrées de première nécessité, à commencer par le Président de la République Macky Sall lui-même ?
Le Président de la République, Macky Sall est plus qu’engagé pour trouver une solution aux problèmes de la baisse du prix des denrées de première nécessité. Cette position est connue de tous les Sénégalais.
Vous savez que l’action gouvernementale sur les dossiers difficiles à résoudre, prend du temps,
Il se trouve que les règles de l’économie moderne et les mécanismes du Commerce internationale, obéissent aux exigences de la réalité et aux lois du marché, dans ce domaine, la structure du prix, pour chaque produit est une donnée intangible.
Si vous prenez le cas du riz comme exemple, la réalité est que la tonne de riz achetée en Thaïlande est de 136 000F. Ce prix connaîtra progressivement et à différentes étapes, une série d’augmentation.
En effet, parce qu’il s’ajoute au coût d’acquisition du produit, le coût du transport par bateau de la Thaïlande au Sénégal, sur des milliers de kilomètres, le coût de l’assurance du produit obligatoire selon les règles du Commerce International, à cela s’ajoutent le cout de la manutention du produit au Port d’embarquement en Thaïlande et au Port de débarquement à Dakar. En plus de ces frais de manutention au départ et à l’arrivée, il faut ajouter des frais supplémentaires de manutention-bord, entre le manutentionnaire et l’armateur, frais supportés par le produit en question.
A ces frais d’acconage, s’ajoutent les frais de stockage, de magasinage du produit, les taxes du Port, et toutes les charges avant le franchiment du produit au cordon douanier
Pour la mise à la consommation du produit, conformément à la législation, douanière, intervient le paiement des droits de douane, de la TVA et diverses autres taxes.
C’est l’ensemble de ces données, auxquelles s’ajoute la marge bénéficiaire du grossiste au détaillant, qui déterminent le prix du produit sur le marché.
D’autres produits très demandés sur le marché sénégalais seront soumis aux mêmes réalités.
Voila les faits.
C’est ainsi qu’il faut comprendre en des termes économiques vrais, la question du prix du riz et de certaines denrées de première nécessité.
Nulle part il n’a été dit que le Gouvernement du Sénégal faisait preuve d’impuissance pour régler la question de la réduction des denrées de première nécessité.
En conséquence, ce qui a fait l’objet de titres dans la presse n’a aucun rapport avec la réponse du Président de l’Assemblée Nationale. Il ne s’est nullement agi de suggérer que le SENEGAL baisse les bras face à ce dossier.
Cette question trouvera une solution sans aucun doute, comme le chef de l’Etat l’a déjà souligné, avec le soutien des populations et des opérateurs économiques, par la forte mobilisation de toutes les énergies. Laquelle devra conduire à l’autosuffisance alimentaire qui est inscrite au rang des priorités de l’économie sénégalaise, dans ses diverses composantes.


Le Directeur de la communication de l'Assemblée nationale

Daouda Ndiaye



1.Posté par descartes le 28/04/2013 18:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

hee daouda wakhoo fi dara. ttes ces depenses ns les connaissons et ceux que tu defends avec. cela ne les a pas empeche de formuler des promesses fermes au peuple. il y a des leviers sur lesquels l''etat peut agir pour diminuer les prix: douane,taxes..

2.Posté par kily le 28/04/2013 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour ces éclaircissements car je l'ai bien compris ainsi après avoir écouté Mr Niasse

3.Posté par BOUNKATAB le 28/04/2013 18:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant qu'il y aura des revues de presse "theatres " avec ahmed aidara et autres, il n y aura jamais de visibilite sur les declarattions de certains hommes politiques.

4.Posté par sareless le 28/04/2013 19:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut pas se tromper ou chercher de tromper les citoyens, la chine fait le 1/4 de la population mondiale presque 1Milliard 500 mais a reussie à regler l'auto-suffisance alimentaire grace a l'agriculture, il faut chercher une cooperation avec la chine ou taiwan pour developper et organiser la culture du riz dans la vallèe. De saint louis à matam ya le fleuve navigable toute l'annèe et des terres a perte de vue, comme mimran a fait avec la compagnie sucriere, l'etat senegalais doit encourager ces milliardaires sortis de nulle part à creer une grande entreprise de riz dans les terres de mbane ou rosso bethio pour garantir au senegal une auto-suffisance alimentaire et creer de l'emploi pour les jeunes et produire du riz en quantite pour les populations comme fait la compagnie sucriere.
On ne peut pas developper un pays avec des petits marabouts, des politiciens, des lutteurs, des danseurs et autres tassukates

5.Posté par pap le 28/04/2013 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la vérité finit toujours par éclater, c'est bien ce que j'ai entendu à la télé

6.Posté par Jamal le 28/04/2013 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ya jamais eu la moindre ambiguité. Cette une bulle médiatique créée de toute pièce par des gens malveillants. Mais Sieu est justice.
Ceux qui comptent sur les injures disséminés sur le net, ou sur des articles de presse tendancieux pour guérir de leurs souffrances et de leurs insuffisances, s'exposent au ridicule et à bien d'autres souffrances et d'autres insuffisances.

7.Posté par Nec Pluribus Impar le 29/04/2013 00:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Daouda, il n'y avait aucun besoin de clarification puisque les propos de Niass étaient limpides. L'opinion a noté que personne n'a pu produire un seul élément où il est fait mention de l'impuissance de l'Etat sur la baisse des prix des denrées de première nécessité. Il faut juste une éducation à l'information pour que les auditeurs et les téléspectateurs tout comme les lecteurs sachent que les médias ne sont ni neutres, ni objectifs, ni imbus des valeurs auxquelles ils appellent les hommes politiques. Il faut qu'ils sachent que les médias sont des entreprises de presse, avec des actionnaires, et des impératifs de rentabilité en plus des intérêts et des groupes de pression à défendre. Comment se financent les entreprises de presse, par qui et pour quoi?
Pour autant, ces entrepreneurs de presse, ces businessmen du journalisme ne sont et ne doivent jamais être vus ou traités en ennemis. C'est la liberté qui est notre bien le plus précieux. Ceux qui en ont une idée mercantile apprendront à leurs dépens que le Senegal est un pays de mémoire.
Mais à chaque incartade, il faut opposer la vérité au mensonge avec toute la véhémence de celui qui sait que Dieu est Vérité et que selon le mot de Lamartine : " L'hypocrisie n'a pas la puissance de la conviction, comme le mensonge n'a jamais la puissance de la verite."
Des hommes, sans doute amers dans leur position et impatients dans leurs ambitions, ont réagi au quart de tour sans même prendre la peine ni la rigueur de vérifier sur pièces les allégations. C'est aussi une leçon pour les acteurs politiques que l'on enfarine dans des bulles médiatiques sans autre fondement que la malveillance.
Cette pluralité, cette diversité, même si elle autorise tous les abus, est aussi et en même temps notre trésor le plus précieux, parce qu'elle est l'antidote de tous les abus et des libertés que d'aucuns s'autorisent par rapport à la vérité. Nec Pluribus Impar!

8.Posté par assane le 29/04/2013 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

daouda ya k ton nom ki est bien .mais tu as une memoire bete si tu nous prends pour des demeurer tu te trompe on a entendu ton president moustpha niasse se kil a di c claire "le pouvoir est impuissant par raport a la baisse des prix des denrhé de premiere necessité .sil a peur des foudre de son hommonime cisse lo c son probleme mais nous on a rien a ciré hipocrite il n y a k ton fauteuil ki t'interesse rien dautre

9.Posté par serbi le 29/04/2013 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Niass yaa togn sa bopp. Il est aujourd'hui communémént admis que les journalistes ne comprennent rien du français encore moins de l'analyse de la structure des prix. a une question bête, il faut leur donner une réponse bête sinon, n'y comprenant pas grand chose, il inventeront parce qu'il faut vendre.
Le pire dans ce pays c'est lorsque vous entendez certains soi disant grand journalistes parler ou poser une question (Alassane samba DIOP par exemple). On a envie de se mettre la tête entre les mains pour ne pas entendre la fin de la question, tellement c'est insipide.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site


Hebergeur d'image

Hebergeur d'image