Leral.net | S'informer en temps réel



Colère à New York, sous le choc après l'assassinat de deux policiers

le 22 Décembre 2014 à 18:33 | Lu 155 fois

Le geste meurtrier d'Ismaaiyl Brinsley, qui révolte la police new-yorkaise, intervient dans un contexte de grande tension raciale aux États-Unis.


Colère à New York, sous le choc après l'assassinat de deux policiers
New York était sous le choc dimanche, sa police furieuse, après l'assassinat de deux agents exécutés par un homme qui voulait apparemment venger deux Noirs, dont la mort a suscité de nombreuses manifestations aux États-Unis ces dernières semaines. Les deux policiers de 32 et 40 ans, Wenjian Liu et Rafael Ramos, dont l'un était jeune marié et l'autre père d'un fils de 13 ans, ont été tués de sang-froid, atteints en pleine tête dans leur voiture stationnée devant une cité HLM de Brooklyn samedi après-midi.
Leur agresseur, un homme noir de 28 ans, membre présumé du gang "Black Guerilla Family", connu des services de police, s'est ensuite suicidé sur un quai de métro. "Ils n'ont pas eu la possibilité de sortir leur arme et n'ont peut-être même jamais vu leur agresseur" a déclaré, bouleversé, le chef de la police de New York, Bill Bratton.
"#Tuons la police"
Le meurtrier, identifié comme Ismaaiyl Brinsley, était venu de Baltimore, à 300 km au sud de New York, et avait annoncé ses intentions sur Instagram. "Je mets des ailes aujourd'hui aux cochons. Ils prennent un des nôtres... Prenons deux des leurs", avait-il écrit. "#Tuons la police, #RIPErivGardner #RIPMikeBrown", avait-il ajouté, en référence à Eric Garner, père de famille noir mort lors d'une interpellation musclée en juillet à New York, et Mike Brown, adolescent tué par un policier à Ferguson (Missouri) en août. La colère a été d'autant plus forte que les policiers responsables de la mort d'Eric Garner et Mike Brown ne seront pas poursuivis.
Extrêmement graves, le maire Bill de Blasio et Bill Bratton ont assisté ensemble dimanche à une messe en la cathédrale Saint-Patrick dite par le cardinal Tim Dolan, alors que des mains inconnues venaient déposer bougies et fleurs sur (...)


Lire la suite sur LePoint.fr