leral.net | S'informer en temps réel

Combattre les discriminations et les responsabiliser davantage : Le plaidoyer de Diatou Cissé pour les femmes des médias

L’ancienne Secrétaire générale du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics), Diatou Cissé, a appelé hier, jeudi 5 mars à Dakar, les organes de presse a davantage responsabiliser et faire confiance aux femmes dans les organes de presse et à cesser de les reléguer au second plan. Histoire de leur donner l’occasion et l’opportunité de mieux démonter leur savoir-faire. Elle s’exprimait à Dakar lors d’une table-ronde organisée par l’Institut Panos pour l’Afrique de l’Ouest (Ipao) et Article 19 avec comme thème: « Les médias à l’épreuve des droits des femmes ».


Rédigé par leral.net le Vendredi 6 Mars 2015 à 11:11 | | 0 commentaire(s)|

Combattre les discriminations et les responsabiliser davantage : Le plaidoyer de Diatou Cissé pour les femmes des médias
Combattre davantage les discriminations et responsabiliser plus les femmes dans les medias, c’est le plaidoyer de Diatou Cissé envers les organes de presse. L’ancienne Secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) se prononçait hier, jeudi 5 mars à Dakar, lors d’une table-ronde sur le thème: « Les médias à l’épreuve des droits des femmes », organisée en prélude à la célébration de la Journée internationale de la femme ce 8 mars. C’est à l’initiative de l’Institut Panos pour l’Afrique de l’Ouest (Ipao) et Article 19.

Selon le prédécesseur d’Ibrahima Khaliloullah Ndiaye à la tête du Synpics, depuis longtemps le même constat est fait et la même question dénoncée par les organisations de la société civile… mais jusqu’à présent, affirme-t-elle, « une solution satisfaisant n’a toujours pas été trouvée ». Et, sur ce point, elle pense qu’il est temps que ces associations avancent et cessent le tâtonnement. « Depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui, on parle de la responsabilisation des femmes dans les médias. Aujourd’hui, ce dont on a besoin, ce sont des résultats concrets », indique-t-elle.

Mme Cissé appelle les medias à arrêter de ternir l’image de cette couche importante de la société et de revoir leur manière de traiter les informations les concernant. « Il faut que les choses changent », a-t-elle martelé. Toutefois, Diatou Cissé demande à ces dernières d’être plus responsables et d’assurer convenablement leur travail pour se faire respecter. « Quand on choisit de faire un métier, on a le devoir de le mener correctement et d’assumer ses responsabilités, malgré les difficultés auxquels on est confronté, pour se faire respecter. Il faut aussi renforcer nos capacités par la formation », soutient-elle.

Lui emboîtant le pas, le Directeur de publication du journal Le Quotidien, Mohamed Guèye a lui aussi soutenu que les femmes font d’énormes efforts et exercent même mieux, des fois, la profession que certains hommes. « Aujourd’hui, il semble que les femmes ont plus de compétence dans ce corps de métier. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’au niveau de notre rédaction, il y a plus de femmes que d’hommes. Parce que sur les demandes de stage et d’emplois qu’on avait reçu, il se trouve que les femmes remplissaient mieux les critères », confie-t-il.

Cette table-ronde qui se fixait pour objectif de poser un regard croisé des partenaires au développement, des femmes journalistes, des organisations d’appui à la presse, des responsables de médias… ambitionne de mieux les évaluer en terme d’équité. Elle s’est voulue aussi un moyen d’appréciation de l’intérêt des acteurs susnommés pour parvenir à établir pour les femmes de media en Afrique de l’Ouest, un prix et pour renforcer leur visibilité dans les rédactions et les encourager.

Sud Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image