leral.net | S'informer en temps réel

Comment Mimi Touré a vécu la sentence

Le désormais ex-chef du gouvernement sénégalais n’aura servi que dix mois et résisté deux ou trois jours avant de quitter ses fonctions.


Rédigé par leral.net le Samedi 5 Juillet 2014 à 17:36 | | 0 commentaire(s)|

Comment Mimi Touré a vécu la sentence
Le bras de fer aura été mené jusqu’au bout. Le Premier ministre Aminata Touré, qui a refusé de démissionné de son poste, a finalement été limogé par le président de la République. Comme l’a écrit EnQuête avant-hier, en se braquant, elle a voulu laisser à Macky Sall l’initiative de se séparer d’elle. Ce qui la mettrait dans une posture de victime. D’ailleurs, selon des sources dignes de foi, le désormais ex-Premier ministre s’attendait à cette décision, depuis hier tout en affichant la “sérénité”.

A 11 heures, confient nos interlocuteurs, Mimi Touré a rencontré des responsables de l’Alliance pour la République (APR) de Grand-Yoff avec qui elle a échangé sur “les résultats des élections locales” non sans “dégager des perspectives”. C’est aux environ de 15 heures, renseignent nos sources, qu’elle sera informée de la volonté du chef de l’Etat de mettre un terme à ses fonctions à la Primature. Une volonté concrétisée vers 18 heures quand l’ex Garde des Sceaux sera convoqué au Palais où son limogeage lui est notifiée, non avoir été “félicitée pour son dévouement”. Une décision que la tête de liste majoritaire de la coalition BBY a accueillie “avec sérénité”, nous diton.

Aussitôt après, Aminata Touré, qui en a informé ses collaborateurs, s’est rendue chez elle où elle a reçu quelques membres de son ancienne équipe de campagne pour certainement une séance de débriefing.

Un avenir politique en pointillés...

Dès l’annonce de la nouvelle, les militants APR de Grand-Yoff convergent vers le QG où un point de presse va avoir lieu, selon un sms balancé sur les téléphones. Ici, règne une atmosphère de deuil. La tristesse et la surprise se lisent sur le visage des uns et des autres. L’arrivée de la “dame de fer” est annoncée. Fausse alerte ! C’est finalement le porte-parole du directoire de campagne, Cheikh Ndiaye, qui s’adresse à la presse devant le QG.

Après avoir manifesté son “soutien” à l’ex PM, il dit regretter son limogeage. “Nous nous sommes démenés comme de beaux diables, mais notre détermination n’a pas été récompensée” au bout du compte, affirme-t-il. “La sanction n’est pas la solution. Macky Sall devait considérer des vainqueurs et des vaincus pour reconstruire son parti”, suggère le conseiller technique à la Primature. Dans la foule, une dame très en colère s’exclame : “Mimi ne mérite pas ça. Macky Sall n’aura pas de second mandat”. Adja Ndèye Awa Thiam, responsable de l’AFP à Grand-Yoff, est d’autant plus inquiète que le maire de Dakar Khalifa Sall risque de dérouler (encore) en 2017 faute d’adversaire dans la commune.

Visiblement, l’avenir politique d’Aminata Touré préoccupe son entourage. Selon l’un d’entre eux, elle n’a plus rien à faire à l’APR. “Elle n’y est pas aimée ; elle y est à l’étroit. Mieux vaut qu’elle quitte ce parti”.

EnQuête






Hebergeur d'image